Ceux qui cartonnent sur le web aujourd’hui ? Ils savent tous faire ça (et non, ce n’est pas de la magie…)

Quelque chose qui m’étonne de moins en moins…

mais que je constate de plus en plus chez tous ceux qui obtiennent de gros résultats sur le oueb ces temps-ci ?

Cet espèce de don apparemment magique qu’ils semblent avoir.

(C’est comme si ils étaient magnétiques…)

 

Leurs clients idéaux sont bombardés d’informations et d’autres contenus où cliquer, dans leur boîte de réception, sur Facebook ou ailleurs ?

Pas de souci pour eux !

Parce qu’ils savent accrocher leur attention avec un simple bout de titre.

 

Mieux :

ils savent faire faire à ceux qui les lisent tout ce qu’ils veulent.

 

Pendant que tous les autres n’en peuvent plus que les gens zappent leurs contenus, parce qu’il y a cette autre vidéo sur YouTube, cet autre statut sur Facebook ou cet autre mail qui chatouille leur curiosité ?

Eux, ils savent réussir ce qui est devenu le plus dur sur internet tellement ça regorge de contenus :

Accrocher l’attention des gens.

Et la garder.

Jusqu’au bout.

 

Tout en faisant monter le désir progressivement, jusqu’à ce qu’il soit douloureux de ne pas savoir ce qui se cache derrière l’une de leurs puces promesses (si ce n’est toutes).

Jusqu’à ce que ça soit très difficile pour eux de NE PAS acheter leur produit.

 

Mais ça, ce n’est presque que le début…

 

Parce que ces nouveaux “magiciens” du web qui ont compris que le nerf de la guerre désormais est surtout de gagner la bataille pour l’attention des gens…

 

Ils parviennent aussi facilement à….

– tisser une relation et engager leur audience de façon bien plus rapide qu’avec des formats où tout ça semble plus facile à faire, comme la vidéo ou l’audio…(sans même qu’on ne les voient ou les entendent, donc…)

– en un simple paragraphe, totalement changer ce dont leurs prospects croyaient avoir besoin

(pour qu’il se rendent compte que ce dont ils ont vraiment besoin, c’est de leur solution…)

– dévoiler leur personnalité de façon à faire fuir en quelques phrases les personnes qui ne seront jamais clients chez eux

…et, surtout, rendre les personnes qui leur ressemblent, avec qui ils ont plaisir à travailler (en 2 mots : leurs clients idéaux) totalement accros à tout ce qu’ils partagent.

 

Mais ce n’est pas tout…

Ils arrivent aussi à complément modifier ce qui se passe dans la tête de leurs prospects !

 

Et à….

– totalement changer ce qu’ils croyaient être les meilleures façons de résoudre leurs problèmes ou d’obtenir ce qu’ils veulent plus que tout

– les motiver comme jamais, et leur montrer qu’eux aussi peuvent réussir (même si jusque là ils étaient persuadés qu’ils en étaient absolument incapables)

– les inciter à acheter tout de suite, et pas plus tard (en général, quelqu’un qui remet ça à « plus tard » finit par ne jamais acheter)

 

Est-ce que ces marketeurs là sont des magiciens ?

Est-ce qu’ils sont plus doués ou intelligents que toi ?

Est-ce qu’ils ont des techniques que tu ne connais pas pour parvenir à faire tout ça ?

Non.

 

Le seul truc, c’est qu’ils ont compris qu’ils devaient totalement changer leur façon de rédiger.

 

Pour susciter la curiosité, pour accrocher l’attention, pour convaincre, pour faire monter le désir et pour rendre douloureux le fait de ne pas acheter nos produits et services ?

Il faut oublier tous les principes de rédaction qu’on a appris à l’école.

Parce qu’on nous a appris à BIEN écrire.

Mais jamais à rédiger pour convaincre. Pour vendre.

Ce que tu veux faire ?

Que tes textes donnent envie d’être lus quand on les ouvre.

Qu’on voit en un clin d’oeil qu’ils sont faciles à lire

(et pas qu’on est envie de se barrer en voyant un gros pâté de texte…).

Les rendre aérés.

Rythmés.

Presque musicaux.

En un mot :

HYPNOTIQUES.

Et c’est exactement ce que je te montre sur cette page, et dans une formation qui s’appelle Rédaction Hypnotique que tu peux récupérer à prix bradé si tu te traines pas…

 

Songe juste à ce que ça changerait pour toi si ne serait-ce que 20% de plus de ton audience lisait n’importe lequel de tes contenus, JUSQU’AU BOUT.

Et donc jusqu’à ton bouton d’achat.

Ne ferais-tu pas bien plus de ventes ?

Je pense que tu connais déjà la réponse…

 

 

Greg