Ceci va te scotcher

Ce qui suit va te scotcher jusqu’au bout, tu vas voir…

(Et va beaucoup t’aider à augmenter tes résultats, aussi).

Ce que je vais faire dans ce mail ?

Te montrer ce que tu dois faire dans n’importe quel texte.

Que ce soit un mailing.

Un article.

Un statut (ou une publicité) Facebook.

Ou même une landing page.

Tu commences par une promesse.

Sans tout dévoiler.

Elle peut même être très vague.

Comme celle de ce mail.

Ton but ?

Amener les gens que tu cibles à te lire jusqu’au bout.

T’offrir du temps.

Comme si tu avais une bombe à désamorcer.

Et que tu trouvais un moyen de la mettre en pause d’une manière ou d’une autre.

Avant que le compte à rebours ne reprenne sa course folle.

Et que tout explose.

Ce temps ?

Il te permet de convaincre.

Mais pas seulement.

Tu peux l’utiliser aussi pour que ton audience (ou ta future audience) te connaisse mieux.

Pour qu’elle apprenne à te faire confiance.

Ce temps ?

C’est tout ce qui nous manque aujourd’hui.

Pas juste nous, non.

Oui, c’est notre ressource la plus précieuse.

(Bien plus que le flouze…)

Mais c’est surtout ce que tu veux obtenir en tout premier lieu des gens à qui tu veux vendre tes produits.

Tu veux qu’ils passent du temps avec toi.

Qu’ils te donnent un peu de ce qu’ils ont de plus précieux.

Si tu y réfléchis ?

C’est comme pour désamorcer une bombe.

Plus tu as de temps, plus tu as de chances d’y arriver.

Avec tes prospects ?

C’est pareil.

Tu veux t’offrir le temps qu’il faut pour les convaincre.

Sans avoir à les bousculer à coups de promesses racoleuses en mode pistolet sur la tempe.

« Achète ma came tout de suite sinon les terroristes vont gagner… »

C’est comme ça que tu te crées une vraie audience qualifiée.

Que tu transformes des inconnus en serial customers.

Et que tu désarmes leurs objections.

Une à une.

Ce que je suis en train de faire ?

Là ?

Tout de suite ?

C’est te montrer exactement comment faire ça.

Avec du teasing.

Des métaphores.

Et une façon de rédiger vraiment spéciale.

Rien à voir avec ce qu’on nous apprend à l’école.

Pas une seule phrase de 4 kilomètres de long ici.

Jusque là ?

Je n’ai utilisé qu’une seule virgule.

Ma phrase la plus longue ?

21 mots.

Mais très courts.

A chaque fois que je risquais de perdre ton attention ?

J’ai relancé.

Avec une question.

Hyper courte.

Ce que j’essaie de faire ?

C’est comme de la musique.

Ou comme une série dont tu ne peux décrocher.

Parce qu’il y a toujours ce petit quelque chose qui t’accroche.

Et t’empêche de vouloir faire autre chose que connaître la suite.

Là. Tout de suite.

J’appelle ça rédiger de façon hypnotique.

Parce que c’est l’objectif.

Et que ça te permet d’amener un maximum de gens pile là où tu veux qu’ils aillent :

Jusqu’à ton bouton d’achat.

Voici comment apprendre à rédiger comme ça.

(C’est beaucoup plus simple que tu ne le croies. Et pas besoin d’être doué en écriture pour ça.)

Greg