Comment devenir un bien meilleur copywriter, en 10 fois moins de temps

Je me suis lancé dans ma je ne sais plus combien-tième étude de Breakthrough Advertising de maître Gary Halbert hier.

 

A peine commencé ma lecture que je me suis déjà arrêté.

 

Sur ce passage, (les premières lignes de l’introduction)  :

 

“I am a mail order copy writer who makes his living by producing results—in carefully-measured dollars of profit—from the written word.

 

My income—my standard of living—depends bluntly and directly upon my ability to sell. And I have no salesmen to help me; no store-reputation to help me: no point-of-purchase reminders, no discounts, no friendly sales clerks to give my products a push.

 

I sell, or do not sell, on the basis of one tool alone—my ad”

 

 

Et c’est vrai qu’à l’époque, c’était loin d’être aussi facile qu’aujourd’hui de vendre.

 

Tu faisais une “page” de vente, et tu l’expédiais directement chez les gens.

 

Ou tu la faisais publier dans les journaux.

 

 

Les gens n’avaient jamais entendu parler de toi, ni de ton produit.

 

Ils découvraient ton argumentaire.

 

 

Et soit ça vendait.

 

Soit ça vendait pas.

 

C’était tout noir.  Ou tout blanc.

 

 

Sans que tu puisses vraiment obtenir le moindre feedback pour t’aider à comprendre pourquoi ça fonctionnait ou pas.

 

Beaucoup de travail pour préparer la moindre offre à faire donc.

 

Et beaucoup d’investissements à faire avant même d’encaisser le moindre rouble.

 

 

La meilleure école qui soit pour apprendre le copywriting, pour sûr.

 

Mais si compliqué par rapport à ce qu’il est possible de faire aujourd’hui.

 

 

De nos jours ?

 

Tu peux monter une mailing liste avec laquelle tu as une relation hors normes.

 

Surtout si tu leur envoies des mails vraiment personnels chaque jour qui sont comme programmés pour que les gens te répondent et te disent tout ce dont tu as besoin.

 

 

Tu peux créer une offre à partir de rien en quelques heures seulement et simplement la balancer par mail, sans page de vente.

 

Rien que pour prendre la température et jauger le taux de réponse auquel t’attendre (tout en commençant déjà à vendre).

 

 

Mieux encore je trouve :

 

Tu peux tester tes idées et ton marketing en temps réel et progresser à vitesse éclair en persuasion.

 

 

Je m’explique Votre Honneur :

 

 

Tu crées quelque chose pour aider tes Padawans et faire ton beurre.

 

Tu as des idées de leurs problèmes et de ce qu’ils veulent.

 

Tu pars donc là-dessus pour les convaincre d’acheter ta dope.

 

 

Mais ces arguments là, ces exemples là, tu peux les tester.

 

D’un simple email.

 

 

Si ça vend bien ?

 

Tu as gagné, forcément.

 

Et tu sais que tu as touché un nerf.

 

 

Si ça fait flop ?

 

Tu as gagné aussi.

 

Parce que tu as découvert que ces arguments que tu as mis en avant dans ton mail, ils ne parlent pas vraiment à ton audience.

 

 

Tu peux du coup simplement tester autre chose, dans un prochain mail vers cette même offre.

 

Dès que tu as une nouvelle idée.

 

 

Le lendemain.

 

Ou dès que quelque chose te passe par la tête.

 

Ce qui te permet de remettre cette même offre en avant sans jamais fatiguer les gens.

 

 

Et dès que tu trouves quelque chose qui fait mouche ?

 

Tu sais que tu dois le reprendre et le mettre en avant dans ton argumentaire pour instantanément l’améliorer.

 

Car tu as mis le doigt sur un bouton émotionnel qui fait acheter.

 

 

Tout ça ?

 

Ca ne te demande qu’une simple idée.

 

Et 10 minutes de ton temps pour rédiger un mail et l’envoyer à ta liste.

 

 

Ensuite ?

 

Tu peux vaquer pour le reste de ta journée à tes autres occupations.

 

 

Bosser sur un autre projet.

 

Enregistrer un nouveau produit.

 

Ou tout simplement te lifestyler les omoplates et faire quoi que ce soit qui t’enthousiasme ce jour là (y compris rien du tout si c’est l’humeur du jour).

 

 

En attendant ?

 

Tu progresses chaque jour en persuasion.

 

Tu gagnes des mois et des mois sur la douloureusement longue courbe d’apprentissage nécessaire pour obtenir des résultats hors normes avec ton marketing.

 

 

Et si tu suis les bonnes méthodes, tu rends déjà ta liste accro à tes mails, et tisse une relation de malade avec eux.

 

Ce qui te permet de continuer à tester tes arguments, tes offres jour après jour.

 

Parce qu’ils continuent à te lire.

 

Et que tes inscrits te disent eux-mêmes en répondant à tes mails ce qu’ils veulent, et comment tu dois leur vendre.

 

 

Jusqu’à ce que tu maitrises suffisamment ton art pour vendre systématiquement.

 

Chaque jour de l’année.

 

 

Et pour gagner encore plus de temps et t’affranchir de ce (normalement) long apprentissage nécessaire pour vendre presque sur demande, à chaque fois que tu envoies un mail ?

 

Mets tes mimines sur ma formation Emailing 3.0 qui compile tout ce que j’ai découvert de meilleur après toutes ces années à rédiger 4 à 7 mails par jour, sur des dizaines de thématiques différentes.

 

Pour vendre des formations.

Du coaching.

Des prestations de services.

Des évènements.

Des tools.

Des produits physiques.

Et un peu près tout ce qui est imaginable de vendre.

 

 

Seul souci ?

 

Cette formation, je la retire définitivement de la vente demain soir.

 

C’est-à-dire que tu ne pourras plus jamais y accéder.

 

Quelle que soit ton offre

 

 

Je ne t’en reparlerai pas demain.

 

(Je vais plutôt te faire une illustration de ce que je viens de te montrer pour vendre un truc TRES cher, sans la moindre page de vente)

 

 

Tu peux la récupérer avant qu’il soit trop tard sur cette page : http://lifestylers.fr/emailing3-0/

 

Ou en profitant que je l’offre encore comme cadeau de bienvenue dans la Marketing Master School ici pour aussi accéder à tous les autres avantages que je réserve à mes Padawans favoris.

 

Greg