J’étais dégoûté pour eux quand j’ai lu ce mailing. Pourtant…

Belgrade, petit café carte postale en terrasse…

Il y a pas longtemps, un titre de mailing à suscité ma curiosité (bien joué donc) et j’ai ouvert pour voir…

C’était pour un des gros lancements que tu as sans doute vu passer récemment, mais peu importe.

Je ne me rappelle plus du titre du mail, mais son contenu m’a marqué.

Ce que ce marketeur a fait ?

C’est qu’il a complètement déglingué la vie de merde que vit très probablement à peu près tous ceux qui ont ouvert ce mail :

Encore un lundi.

Patron sur le dos.

Job que tu détestes.

Et scénario que tu vas répéter jusqu’à une éventuelle retraite, en admettant qu’il y ait encore 3 sous dans les caisses de l’Etat d’ici là.

Je te passe les détails, mais c’était super direct.

Agressif.

Vraiment du je te rendre dedans et je te mets en face de ta situation.

Le genre de truc que tu as beaucoup trop vu si tu t’intéresses au marketing depuis un moment et que tu as suivi pas mal de lancements…

Ensuite ?

Hormis te vendre un système qui va (forcément) te libérer de tout ça et te rendre indépendant financièrement ?

Une ligne d’humour en mode « Vous inquiétez pas je plaisantais en en faisant des tonnes ».

Avant de pitcher sa méthode.

Mais le « mal » était fait.

Quand j’ai lu ça, ma première réaction a été de trouver ça « too much ».

J’étais dégoûté pour les gens vivant ce cas de figure et lisant ça.

Je me suis dit que jamais j’irais aussi loin pour vendre ma came.

Ce mec pourtant ?

(me demande pas qui sait, c’est pas le sujet.

Je l’apprécie en plus, et il adore et recommande mon travail)

Il a juste tout pigé.

Pour vendre ?

Un des éléments les plus importants est de savoir à qui tu t’adresses.

Et, contrairement à moi, lui ne ciblait pas des passionnés de marketing comme je le fais avec toi.

Mais les masses qui cherchent une lueur au bout du couloir et une bouffée d’oxygène le lundi matin au bureau

(le mail a été subtilement envoyé un lundi…).

Je suis persuadé que ce mail a plus que fait le job, même si il a du faire grincer un  paquet de dentiers…

Pourquoi ?

Parce qu’au delà de viser juste, il faisait l’une des autres choses les plus importantes pour vendre :

Appuyer sur la douleur.

Remuer le couteau dans la plaie.

C’était pas subtil pour un rond, et presque plus remuer la plaie dans le couteau pour le coup (désolé mec si tu me lis…).

Mais c’est aussi ça la persuasion.

Savoir où placer le curseur.

Savoir quand te la jouer doux matou à patte de velours.

Et quand envoyer la meute de loups enragés.

Parce que le plus important pour rédiger des argumentaires qui vendent un max,

ce sont les mots que tu utilises.

Et la psychologie derrière.

C’est le plus difficile à apprendre (et même à comprendre).

C’est pour ça qu’on va beaucoup se concentrer là-dessus dans ma nouvelle formation, Copywriting 3.0.

Je suis en train de te préparer ça, et je vais faire de mon mieux pour ne pas seulement t’apprendre quels ingrédients mettre dans tes argumentaires, mais aussi comment les doser.

Pour qu’il soit presque douloureux de NE PAS acheter tes produits.

Que tu fasses du marketing de boucher sur les foules ou que tu joues du scalpel sur une audience sophistiquée.

Ca sort demain ou après demain.

Et ça va être plus cher que les formations habituelles.

Comme toutes les formations que je labelle « 3.0 ».

(Tu le sais si tu me suis depuis un moment, c’est du lourd celles-là).

Meilleur moyen de la gratter à tarif cadeau ?

Etre membre de la MMS avant que je la sorte.

Parce que pour mes Padawans, c’est toujours tarif cadeau, quoi que je sorte…

Inscrits-toi ici tant qu’il est encore temps si ça te branche.

Greg