Lifestyle et blogging : s’expatrier à Londres

Aujourd’hui j’interviewe Florence, expatriée à Londres. Florence a créé un blog : SWITG (pour Somewhere in The Globe), qui traite de la vie d’expatrié dans la métropole londonienne. Mais pas seulement. Son site aborde également le lifestyle et tout ce qui la passionne, de la vie à Londres à l’expatriation en général, en passant par ses différents centres d’intérêts.

L’occasion de voir comment on peut lancer un blog sur son domaine de connaissances et son expertise (l’expatriation et vivre à Londres dans le cas de Florence) et concilier ses passions dans un même concept de site. Sachant que vous êtes nombreux à vouloir aborder plusieurs thèmes sur votre blog, c’est une étude de cas intéressante qui peut vous inspirer si vous concentrer sur un thème ciblé ou lancer un blog de niche est quelque chose de trop restreint par rapport à vos passions.

Si vous aussi vous souhaitez être interviewé au sujet de votre blog ou de vos activités sur Internet, sachez que cette interview est née suite à cet article où vous pouvez m’envoyer vos propositions.

 

Lifestyle et blogging, s'expatrier à Londres

 

– Quel est ton prénom et le nom de ton blog ?


Dans la vraie vie, je m’appelle Florence mais mon pseudo sur internet c’est Kapoune. C’est un pseudo qui m’est sentimental car c’est celui que j’ai créé lors de ma toute première connexion à internet à domicile, c’était il y a plus de 13 ans. Depuis je l’ai toujours conservé. Le nom de mon blog actuel est SWITG, acronyme de « SomeWhere In The Globe », accessible à l’adresse suivante: http://switg.me

 

– Quelle est la thématique de ton blog ? Que souhaites-tu apporter à ton audience en bloguant ?

La thématique de mon blog est assez difficile à définir. Globalement, je blogue pour partager mon expérience d’expatriée française à Londres, mais je m’étends également à des sujets qui concernent un plus large lectorat. Outre la vie à Londres (qui regroupent des sujets comme: ma vie d’expatriée, les restos sympas à faire, les sorties et bons plans), j’aime aussi parler de sujets plus divers comme le cinéma ou les produits cosmétiques. En fait, j’aime écrire sur ce qui me plaît, ce que j’ai envie de partager. En bloguant, je veux apporter autant de diversité que celle que l’on pourrait trouver dans un journal, différents sujets pour varier les lectures.

Pourquoi avoir décidé de t’expatrier à Londres ? Qu’y fais-tu et comment décrirais-tu les avantages et inconvénients de vivre dans la capitale anglaise ?

J’avais décidé de m’expatrier depuis bien longtemps… mais pas forcément à Londres.

En fait, depuis mes études j’ai saisi la première opportunité pour partir et découvrir de nouveaux horizons: lorsque mon copain s’est fait muter à Londres, je l’ai suivi. J’ai pensé que cette ville pouvait représenter une superbe opportunité pour ajouter une dimension internationale à mon parcours et m’ouvrir de nouvelles portes. Après quelques mois, j’ai trouvé un poste de business development manager dans une société anglaise, parfait pour m’intégrer dans le pays.
Londres est un endroit où on trouve facilement des Français, et c’est facile de ne pas faire d’efforts, de se retrouver à vivre à la française tout en étant dans un environnement anglophone. Tant qu’à faire, je voulais une immersion maximum, même si mes meilleurs amis ici sont français. Le fait de trouver autant de repères familiers dans un pays étranger est pour moi autant un avantage qu’un inconvénient: on a moins le mal du pays, mais on a parfois du mal à réaliser qu’on est bel et bien à l’étranger. Ici, on trouve de tout, c’est comme si rien n’était impossible. On ne peut pas se lasser de cette ville car il y a toujours quelque chose à faire. Mais certaines choses ne se compensent pas: certaines personnes restées en France par exemple.
– Quelle est ton expérience dans le blogging ?

Mon tout premier blog a été créé en 2006-2007 où je tâtonnais un peu, je bloguais en privé en autorisant que quelques lecteurs (amis et famille) à accéder à mon blog. Puis je me suis lancée un peu plus tard avec un blog public en choisissant le thème du cinéma, pour donner mon avis sur les nombreux films que j’allais voir dans les salles obscures. Puis un jour on m’a offert un nom de domaine, hébergé sur un serveur externe, où j’ai pu élargir ma thématique sur la culture, regroupant ainsi non seulement le cinéma mais aussi la littérature, les spectacles et comédies musicales… Finalement, plus le temps passait et plus j’avais la sensation de me perdre dans la blogosphère, il est très facile de n’être qu’un blog parmi tant d’autres. J’ai laissé tomber ce dernier sans me rendre compte que je laissais sur la fin les quelques lecteurs réguliers que j’avais réussi à acquérir. Fin 2012, je n’avais pas blogué depuis un an et j’ai réalisé que cela me manquait beaucoup. C’est donc lors de mon déménagement à Londres que j’ai saisi l’opportunité d’en recréer un, comme si j’avais besoin d’un prétexte, d’une occasion. Cette fois par contre en élargissant la thématique, pour me donner un peu plus de champ libre sans me restreindre. Quand j’ai créé switg.me, j’ai pensé sur le long terme. Je parle en ce moment de Londres parce que c’est la ville dans laquelle je vis actuellement, mais l’objectif est de continuer ce blog même quand je serai amené à déménager ailleurs, d’où le titre: Somewhere in the globe. 
lifestyle et blogging
– Au niveau personnel et sur ton mode de vie, qu’est ce que t’apporte le fait d’avoir un blog ?

Au niveau personnel, cela m’apporte beaucoup de choses car il me donne une influence que je n’aurais pas aussi facilement dans la vie réelle. Internet me permet d’atteindre des personnes que je n’aurais peut-être jamais été amenée à rencontrer. Au niveau professionnel, il me sert également beaucoup car tout le monde n’aurait pas forcément la patience et l’énergie nécessaire pour investir autant de temps sur un blog. Il montre un certain sérieux, des capacités à susciter l’intérêt, une régularité. Créer un blog est facile, mais l’entretenir sur le long terme est beaucoup plus difficile.
– Comment qualifierais-tu ton lectorat, l’audience de ton blog ?
Il existe pas mal de blogueurs expatriés français à Londres, mais nous avons tous une façon différente de bloguer, un style d’écriture différent, un rythme différent, des sujets différents. Au final, je pense que nous avons donc un lectorat sensiblement différent. J’ai la chance d’avoir des lecteurs très variés, souvent des expatriés, mais aussi des curieux qui s’intéressent à la culture d’autres pays. Il y a aussi des blogueurs de catégories très variées: mode, beauté, culture mondiale, cinéma…
– Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui souhaiterait commencer à bloguer?

Personnellement je ne cherche pas à bloguer dans le but de gagner de l’argent. Les publicités présentes sur mon blog viennent de wordpress, ne sont visibles que pour les internautes qui ne sont pas inscrits sur wordpress, et les revenus éventuels vont vers cette plateforme, car elle est gratuite d’utilisation pour les blogueurs. Je pense que le meilleur conseil à donner serait celui de bloguer pour le plaisir avant tout. Bloguer prend du temps et demande de la régularité, mais on n’écrit pas de la même manière si c’est à but lucratif ou simplement pour soi. Si le blog prend de l’ampleur et qu’il tient depuis des années, on peut alors reconsidérer la question. Dans ce chemin vers la notoriété, les réseaux sociaux ont un rôle indispensable. Une page Facebook me paraît incontournable, pour tenir au courant des nouveaux articles publiés mais aussi pour y ajouter de la plus-value, en profiter pour discuter avec ses lecteurs, susciter le débat. Twitter ne marche pas tant que ça en France mais a un réel succès outre-manche, il est donc pour moi tout aussi important.

 

Comment décrirais-tu le lifestyle, le mode de vie à la londonienne à ceux qui songent s’y expatrier un jour ?

 

A Londres, ça va, ça vient. La plupart des expatriés ne restent pas à vie, on y rencontre des gens sans savoir combien de temps ils vont rester. A part ça, le quotidien n’est pas si différent de celui que j’avais à Paris, sauf que les gens sont bien plus tolérants et agréables. Les londoniens sont aussi stressés dans les transports aux heures de pointe mais je n’ai jamais ressenti d’atmosphère pesante. Les londoniens sortent beaucoup en fin de semaine, il y a des vigiles devant les bars/pubs les vendredi et samedi soir, là où il n’y en a pas en semaine. C’est comme pour fêter le début du week-end (qui est bien souvent trop court) et puis rebelote pour une autre semaine. Ici on travaille beaucoup mais on s’amuse beaucoup aussi, il y a beaucoup de choses à faire. C’est vrai que la vie à Londres est réputée très chère mais il y a toujours moyen de trouver des bons plans un peu partout dans la capitale pour les sorties! Difficile de répondre à cette question de façon synthétique, j’aurais tellement de choses à dire… Mais si je dois dire quelque chose à ceux qui songent s’y expatrier un jour, je pense que c’est toujours une bonne idée de se lancer à l’aventure: il y aura toujours du bon à en tirer, quelle que soit l’expérience vécue. 

 

Quels sont les principaux obstacles que tu as dû affronter en t’installant à Londres ? Comment les as-tu surmonté ?

 

Le principal obstacle est l’isolement et la difficulté de se sentir chez soi. C’est en effet très différent de venir à Londres dans le cadre d’un stage de quelques mois ou de venir s’y installer sans durée déterminée. Mais ce n’est sûrement pas spécifique à Londres, je pense que c’est le cas pour n’importe quelle destination, avec une échelle de difficulté d’insertion plus ou moins difficile en fonction des pays. J’ai déjà eu la chance de ne pas avoir ressenti de barrière de la langue car j’avais déjà acquis un très bon anglais suite à un séjour de 6 mois en Australie en 2006. Après il ne faut pas rester cloîtré chez soi: sortir, trouver un travail rapidement et accepter de changer ses habitudes restent les meilleures solutions.
s'expatrier à Londres

 

Selon toi, une expatriation c’est quelque chose qui doit vraiment être préparé ? Au risque de perdre le charme de l’aventure du départ « à l’arrache » ?

 

Je me demande si tu as tiré cette question du premier article de mon blog: Changer de vie, ça se prépare ?
Pour tout te dire, non. Mais le fait de m’être moi-même expatrié (j’ai vécu à Amsterdam puis à Prague) en partant sans rien avoir préparé rend probablement cette question assez logique pour moi ;-)

 

Dans mon cas, j’ai bien préparé mon déménagement, mais il s’est malgré tout plutôt fait à l’arrache. Malgré toutes les démarches administratives réalisées en temps et en heure (faire router mon courrier par la poste, déclarer mon expatriation aux impôts, demander les références nécessaires pour le futur propriétaire londonien, s’assurer que le passeport du chat est bien en règle avant le départ…etc), je ne pouvais pas prévoir certaines choses (que la machine à laver ne se vendrait pas, que le ménage dans l’ancien appartement allait prendre autant de temps, qu’il était si difficile de trouver un propriétaire à Londres qui acceptait les chats…). Je pense que même si on essaie de préparer un maximum, il y aura forcément des imprévus auxquels il faudra faire face. Pour résumer: plus on est préparés et mieux c’est ! Avec une bonne organisation, je me suis retrouvée à passer la frontière en pleine nuit et à décharger le camion vers 4h du mat (et me prendre une contravention au passage) alors que rien de tout ça n’était prévu ! Le charme de l’aventure, comme tu dis… :)

Si tu devais quitter Londres et t’installer ailleurs, quelles villes considérerais-tu ? Pourquoi ? Qu’est-ce qui t’attire dans ces destinations ?

 

M’installer ailleurs est déjà prévu, je suis une vraie nomade! C’est surtout que je ne vois pas Londres comme la ville dans laquelle j’ai envie de faire ma vie. Je pense qu’une expérience de quelques années, 2 ou 3 ans par exemple, est très enrichissante sous tous points de vue. Après j’aimerais m’expatrier sur la côte ouest des Etats-Unis pour vivre encore autre chose. Mais la destination finale pour moi sera l’Australie, je voudrais y retourner depuis le jour où je l’ai quittée. Mais entre les souhaits, les projets et ce que nous réserve la vie… Il peut y avoir quelques disparités. En tout cas, mon rêve est de m’installer définitivement dans un pays où on parle anglais et où le climat est agréable toute l’année. Inutile de préciser lequel de ces deux éléments Londres n’a pas !

 

Non classé