Ca serait comme partir vivre au Pôle Nord juste parce que tu as été ému par un documentaire sur la fonte des glaces

 

Bretagne,…Bretagne.

 

Beurk !

Pendant ma longue session de conseils par mails la semaine dernière, j’ai reçu un mail de quelqu’un me disant qu’il aime tellement mes mails qu’il a commencé à les recopier à la main pour s’imprégner de mes méthodes.

(Pile comme Gary Halbert recommandait de recopier les top argumentaires de vente à la main pour mieux les “imprimer neurologiquement”).

Ce n’est pas la première fois.

 

Mais…

 

Ne.

Fais.

Surtout.

Pas.

Ca !

(Pour mes mails, j’entends)

 

Sérieux.

 

Niveau efficacité, ça serait pile comme de décider sur un coup de tête de partir vivre au Pôle Nord à temps plein juste parce que tu as été ému par un documentaire sur la fonte des glaces.

(Y a mieux, oui…)

 

Ce n’est pas de la fausse modestie.

Mais juste du pragmatisme pur et dur :

 

Ce qui fait que des mailings vendent, ce n’est pas “l’écriture”.

Mais ta personnalité.

(Copier les miens te transformerait juste en “mini Greg”)

 

C’est vraiment ce que tu veux ?

Etre une copie ?

Te prouver que tu peux être un loser ?

 

C’est comme ceux qui se lancent dans le comique et qui font du Coluche ou du Gad Elmaleh.

Ils passent au mieux juste pour des versions réchauffées des miettes laissées par quelqu’un d’autre.

 

Et c’est ce qui se passerait pour toi si tu copiais mon style d’écriture.

 

Alors écris avec TON propre ton.

En utilisant des idées qui viennent de TON propre cerveau.

Et, dans TON propre style.

 

Ce qui m’amène à mon point suivant :

 

Je pense que BEAUCOUP de gens qui ont du mal avec l’emailing auraient de bien meilleurs résultats si ils arrêtaient de considérer les mailings comme des pages de ventes.

 

Les pages de ventes de légende ?

Elles sont statiques.

Donc oui, recopie les à la main.

 

Chaque jour.

Plusieurs fois par jour.

Et même la nuit.

 

Mais les emails ?

Non.

 

A la place, investis dans un système qui t’apprend à rédiger des mailings.

 

Etudies les bons, clairement.

Mais trouve ton propre flow.

Ta propre voix.

Tes propres particularités.

 

N’essaie pas de piller ceux des autres.

 

La morale ?

Mes méthodes d’emailing ne sont pas une “pilule magique”.

 

Mais elles fonctionnent vite.

Elles raccourcissent le processus de vente.

Et elles peuvent t’aider à vendre plus que jamais si tu as une offre attractive et une liste de prospects réceptifs (sans ces deux choses tu es mort quoi que tu fasses de toute façon).

 

Si tu es prêt à te bouger et à commencer à écrire tes propres mails ?

Et pas à réchauffer le taf des autres comme un plat surgelé en espérant que ça ait un goût digne de la cuisine de Paul Bocuse ?

 

Alors file sur cette page :

http://lifestylers.fr/marketing-master-school/

 

Tu vas pouvoir récupérer Emailing 3.0 de suite.

Qui va te donner tout le système en détails, et de quoi vendre plus que jamais dès les 30 jours qui viennent si tu joues le jeu comme il faut.

 

Puis, chaque mois, en plus du reste, ma formation papier “Dans la tête d’un copywriter pro” où on va toujours plus loin dans les techniques de mailings et la psychologie qui les rend irrésistibles.

Pour que tu puisses régulièrement franchir de nouveaux paliers de vente et que ton business ressemble de plus en plus à des intérêts composés sous speed.

 

 

Greg

Non, les gens ne veulent pas de tes produits. Ce qu’ils achètent ? C’est ça :

 

Un truc essentiel à comprendre ?

C’est que les gens, ils s’en foutent de tes produits.

(Et des miens aussi)

 

Au moins autant que je m’en cogne de la géo politique de la Papouasie Nouvelle-Guinée.

(Oui, j’avoue)

 

Ce que les gens achètent ?

Je vais te le dire.

 

Gratos.

Dès les lignes qui viennent.

 

Ce n’est pas ta formation sur comment gagner du temps.

Ne plus souffrir du dos ou de crise d’angoisse.

 

Ce n’est pas ton coaching pour les aider à développer leur activité ou trouver des clients.

Ou la crème anti rides que tu vends dans ta boutique E-Commerce.

 

Nope.

Ca, c’est juste des moyens.

 

Ce qu’ils achètent ?

Ce n’est donc pas ton produit.

 

Mais une meilleure version d’eux-mêmes.

 

Si tu captes ce truc tout bête ?

Tu ne vas plus rédiger tes mailings ou tes argumentaires de la même façon.

 

Et si tu suis les bonnes méthodes ?

Tes trucs, ils vont être bien plus accrocheurs.

 

C’est pour ça qu’en persuasion, on commence toujours par parler aux gens de leurs problèmes.

 

On se met dans leur godasses.

(Quitte à galèrer en talons aiguilles…)

Et on rejoint la conversation qui se passe déjà dans leur tête.

 

Ton produit ?

Ce n’est qu’à la fin de ton texte que tu vas en parler.

 

Une fois que tu leur auras démontré que tu peux les amener là où ils veulent vraiment être.

Que tu peux les aider à être qui ils veulent vraiment être.

 

Si tu taquines Mark ou Ting depuis un moment ?

Il y a de bonnes chances que tu aies déjà entendu ça.

 

Reste qu’il faut encore savoir le faire.

(Et si tu ne vends pas autant que tu le voudrais aujourd’hui, c’est sans doute parce que tu ne sais pas suffisamment bien utiliser ces ressorts psychologiques là dans tes différents contenus, argumentaires de vente inclus)

 

Mais pas de panique, cher Padawan.

Ton vieux Jedi te montre régulièrement comment faire ça dans la formation papier incluse chaque mois dans la Marketing Master School.

 

D’ailleurs, dans l’édition de novembre ?

Encore de nombreuses façons de jouer avec la psychologie des gens pour qu’il leur soit insoutenable de ne pas acheter tes trucs.

 

Rien de diabolique, je te rassure.

(C’est pour leur bien de toute façon)

 

Mais clairement des choses qui paraissent contre intuitives.

 

Notamment une qui, elle, ne paraît pas très cool.

Mais qui change totalement la façon dont les gens considèrent l’achat de formations.

 

Si tu es sur une thématique où les gens ne voient pas l’intérêt de payer pour de l’information, ou que trop de tes inscrits ne passent jamais à l’achat, tu vas adorer.

 

Mais il va falloir suivre mes recommandations à la lettre.

Et oser le faire.

 

La bonne nouvelle ?

C’est que très peu de marketeurs sont prêts à faire ça dans leurs mails.

 

Les autres ?

Ils s’amusent de voir qu’ils peuvent faire des mails entier où ils n’ont même pas besoin de parler de leurs produits pour en vendre plus qu’avec les méthodes plus conventionnelles.

 

Ninja stuff.

Mais faut pas avoir le vertige.

 

Si tu n’as peur de rien ?

Inscrits-toi ici avant qu’il ne soit trop tard pour la recevoir, et récupère Emailing 3.0 de suite :

http://lifestylers.fr/marketing-master-school/

 

Greg

Curieux de tout, expert de rien ?

 

Si tu t’es reconnu dans ce titre, tu vas te reconnaître encore plus dans ce mail de Fabien :

 

“Où j’en suis ?

Ben je galère encore dans l’idée de produit.

Tu rigoles pas hein!

Je suis du genre « Curieux de tout et expert Nulle part »

Tu vois ce que je veux dire…

Je dis Expert nulle part, car je crois toujours qu’il faut avoir une expertise dans un domaine pour vendre quelque chose.

Comme toi, quand tu a mis en place ton truc sur le jardinage et puis maintenant tu es moins passionné. 

Pareil pour moi, je creuse un sujet, car cela excite ma curiosité

Et puis quand j’en sais assez, je passe à autre chose.

 

Je me retrouve avec des tas de formations sur les bras et j’en ai jamais rien fait!

Quel gâchis!

J’ai plein de théorie dans ma tête et j’arrive pas à trouver quel problème je peux résoudre à qui et comment et pourquoi… 

Rien ! 

Je bloque”

 

 

Yep.

Pas simple ça.

 

Ce que je chercherais dans ces cas-là ?

C’est ça :

 

Est-ce que dans toutes les thématiques que tu considères, il y en a pas une où tu pourrais plus varier les angles pour parler autant que possible de ce qui t’intéresse sur le moment ?

 

Je te donne un exemple, le mien :

Je suis passionné de marketing, forcément.

 

Mais des fois je vais plus avoir envie de parler de ceci que de cela sur ma thématique.

A d’autres moments, je vais plus m’intéresser aux voyages, aux investissements, à l’optimisation fiscale, au mode de vie idéal ou à je ne sais quoi…

 

Du coup, vu que ça intéresse aussi mon audience, j’en profite pour plus parler de ça à ce moment là et de créer un produit là-dessus.

Ou je vais simplement en parler, et remettre en avant un ancien produit ou chercher un lien avec ma thématique.

 

Bien sûr, ça ne marche pour tout.

(Quoique…

J’ai passé l’été à parler de lions et de safaris par exemple et ça m’a pas empêché de vendre moulte formations sur le marketing.

 

Etre curieux de tout ?

C’est juste parfait pour créer des mails avec des angles complètement décalés qui ne lassent jamais les gens…

Il suffit juste d’arriver à faire un lien à la fin vers un de tes produits.)

 

 

Ca me permet de toujours parler de ce qui m’enthousiasme sur le moment.

Et donc de créer des tonnes de contenus sans effort.

 

A ta place, j’essaierais de réfléchir à une thématique qui te permettrait ce genre de choses :-)

 

Après, une autre option (mais qui demande plus de taf au début) :

Surfer sur ce qui t’intéresse à fond pendant quelques mois et tout mettre en automatique.

Comme j’ai fait pour le jardinage.

(Je montre comment j’ai fait en détails dans ma formation “Objectif 1000€ par jour (vraiment) en automatique”)

 

Et tu passes à autre chose si tu le souhaites ensuite.

 

 

Normalement ?

J’aurais dû te faire un bon mail de copywriter aujourd’hui pour te pitcher toutes les formations que je mets exceptionnellement en grosse promo sur cette page jusqu’à dimanche uniquement : http://lifestylers.fr/toutes-les-formations/

Mais si je peux débloquer quelques Padawans dans le même cas que Fabien avec ce conseil, ça me va très bien aussi :-)

 

 

Greg

Comment te jouer de la procrastination et enfin lancer ton projet, avec juste un testicule

 

Celui-là, je l’écris mardi matin au réveil.

Avec le décalage horaire entre ici à Tbilissi et la France?

Tu n’es probablement pas encore debout au moment où je rédige, donc.

 

Alors que 95% de ma liste est encore dans les bras de Morphée ?

(il paraît que c’est un mec, Morphée, pour info…)

J’ai lancé hier matin ma plus grosse promo sur toutes mes meilleures formations.

Et proposé à ceux qui le souhaitaient de m’en dire plus sur leur problématiques pour que je les conseille au mieux sur quoi faire.

 

Et, sans surprise, j’ai déjà reçu mucho mails concernant le même souci :

Ne pas oser se lancer.

Avoir du mal à choisir entre plusieurs idées de thématiques.

Ou toujours repousser le truc.

(On en parlait déjà un peu hier).

 

Les ravages de cette petite garce de Procrastination, donc.

(Je ne vais pas te faire remarquer que c’est une nana, elle…^^)

 

On peut continuer à procrastiner pendant 7 vies comme ça.

Et garder nos belles idées en tête, et le site avec.

Sauf qu’on n’est pas télépathes, et qu’on ne risque pas de gagner notre vie juste par la force de la pensée.

 

Mon conseil, si tu es dans un cas comme ça ?

 

Que tu t’intéresses à plein de choses ?

Au marketing depuis un moment maintenant ?

Mais que tu n’as toujours vraiment rien lancé ?

 

C’est le coup de la testicule…

 

Je m’explique :

Plutôt que de passer des années à chercher le système marketing parfait…

A comment tu vas configurer ton site ou ceci ou cela…

A réfléchir à quels outils utiliser…

A savoir si tu dois te créer un statut auto entrepreneur ou je ne sais quoi…

Ce que tu dois vendre en premier, ou à quel tarif…

 

… tu crées simplement UN contenu.

 

Juste ça.

Et rien d’autre.

 

Comme tu veux :

email, article, podcast, vidéo.

(Fais ce qui te paraît le plus simple).

 

En choisissant simplement une des thématiques que tu considères.

(Celle qui t’éclate le plus, là, tout de suite).

 

En choisissant simplement l’idée qui te branche le plus.

Là, tout de suite.

 

Et en partageant ce que tu sais qui peut aider les gens.

 

Ce contenu ?

Il ne sera pas parfait.

 

Et c’est normal.

Ca ne l’est jamais quand on débute.

(Ni même 10 ans plus tard)

 

A la fin ?

Tu ne cherches pas à envoyer les gens vers une mailing liste ou un produit, vu que tu n’en as pas encore.

Tu as tout ton temps pour créer ça.

 

Non, tu demandes juste aux gens de te poser des questions.

De te parler de leurs problèmes.

 

Et ce contenu, tu le publies partout où tu peux (Facebook, YouTube, wherever…).

 

Tu vas te rendre compte d’un truc marrant :

Les quelques personnes qui vont le voir ton contenu ?

Non, ils vont pas se foutre de toi.

 

Ils vont probablement juste regarder, sans commenter.

 

Certains vont t’encourager.

Et d’autres vont te répondre, et t’en dire plus.

 

Tu vas déjà commencer à récolter des infos sur ton marché.

Ces infos super utiles qui te disent exactement quoi faire ensuite.

 

Surtout ?

Tu auras enfin publié quelque chose.

 

Et tu te seras rendu compte que ce n’était vraiment pas méchant.

 

Le contenu d’après ?

Il te semblera bien plus facile à créer.

Et le troisième encore plus.

 

Tout le reste ?

La mailing liste, quoi vendre, comment, la technique ?

Ca coulera de source en temps voulu.

 

En gros ?

Jette juste une couille à l’eau, et vois si l’autre suit…

(sans vouloir te spoiler la fin du film : tu risques de constater qu’effectivement, elles se promènent souvent par deux, les louloutes…)

 

Et si jamais tu te rends compte en route que tu dois changer de changer de cap ?

Pas grave.

Au moins tu sauras déjà naviguer.

 

 

Et si tu es du genre à vouloir maitriser le sens du courant, la température de l’eau et la météo à l’avance ?

Tu peux récupérer les formations les plus à même de t’aider pour la suite sur cette page tant qu’elles sont encore à tarif donné : http://lifestylers.fr/toutes-les-formations/

 

Tu peux même me demander conseil, par email.

 

Greg

Toi aussi, tu en connais des comme eux ?

 

Je suis sûr que tu connais quelqu’un comme ça :

 

Quelqu’un qui a un rêve.

Qui en parle tout le temps.

 

“Ah, j’en ai marre de cette société de consommation, je vais partir vivre dans la forêt.

Pour être libre.

En harmonie avec la nature”.

 

Ou “je vais écrire ce roman.

Et le sortir l’année prochaine”.

 

Ou enregistrer ce disque.

Ou tout quitter et partir faire le tour du monde sans date de retour.

 

Cette personne ?

Elle en parle régulièrement de ce projet.

 

Limite ?

Elle saoule tout le monde avec.

 

Mais les semaines passent.

Les mois passent.

Les années passent.

 

Et elle n’en fait rien.

 

Parce que ce n’est jamais le bon moment.

 

Il y a toujours quelque chose de mieux à faire avant.

 

“Je le ferais dès que j’aurais économisé tant, ça sera mieux !”.

Ou dès que j’aurais ceci ou cela.

 

Ce que c’est, ça ?

Juste des excuses.

Bien sûr.

 

Pour éviter quelque chose de bien précis qui nous paralyse.

(On est tous plus ou moins pareils)

 

La peur de l’échec.

Et souvent même pire : la peur de réussir.

 

Ces sentiments bizarres qui nous font préférer le statu quo à ce qui nous fait vraiment vibrer.

Parce qu’on a peur du regard des autres.

De ce qu’ils vont penser de nous.

Parce qu’on a peur de ne pas être assez bon.

 

C’est comme si on préférait notre situation actuelle (qu’on déteste pourtant !) que de de risquer de devenir un mauvais écrivain.

Ou musicien.

Ou ce que tu veux.

 

Sur le oueb ?

C’est (comme d’hab’) tout pareil.

 

C’est juste fou le nombre de gens qui n’osent pas se lancer par peur de ce que vont penser les autres.

C’est fou le nombre de gens qui n’osent pas créer et vendre un premier produit parce que ce n’est pas encore parfait.

C’est fou le nombre de gens qui n’envoient pas de mail ou ne publient pas de vidéos parce que ceci, ou parce que cela.

 

La vérité ?

C’est que je connais personne sur internet qui pense avoir fait un jour un truc “parfait”.

 

Par contre ?

Je connais un paquet de gens qui ont vendu pour des centaines de milliers, voire des millions d’euros de produits tout pourris (on va pas citer de noms hein).

 

Il y a des tonnes de trucs que j’ai fait aussi qui sont vraiment pas top.

Mais alors vraiment pas.

 

En attendant, comme pour eux ?

Ca a aidé des gens.

Et ça m’a fait gagner ma vie.

 

Je pense que je prendrais ma retraite avant d’avoir faire le moindre truc parfait d’ailleurs.

Sauf coup de bol.

 

Que ça soit demain ou dans 10 ans.

 

Désolé si tu es comme les personnes dont je parlais plus haut.

Mais si c’est le cas, c’est peut-être pas plus mal que tu prennes conscience que ce qui t’empêche d’avancer, c’est juste les excuses que tu te donnes.

 

Je n’ai pas de formation en stock pour t’aider à passer au delà de ça, désolé.

 

Il y a plein de bouquins de dev perso pour ça.

(Même si je suis persuadé que les lire est plus une énième excuse pour procrastiner qu’autre chose…

Mieux vaut se mettre un bon coup de pied au boule)

 

Par contre ?

Des formations, j’en ai créées quelques unes où je te partage tout ce que j’ai appris de meilleur depuis que j’ai commencé à bosser sur le web.

A faire le marketing ou le copywriting des autres, en plus du mien.

A coacher personnellement des gens comme toi.

 

Et cette semaine, tu peux récupérer celles que tu veux, à tarif fracassé.

Sur cette page : http://lifestylers.fr/toutes-les-formations/

 

 

Greg

Si j’y connaissais ketchup en marketing

 

Nourredine pensait innover en me posant cette question par mail l’autre jour :

“J’en profite pour te poser une question qui me trotte dans la tète et je ne sais pas si l’un de tes padawans te l’aurait déjà posé mais si tu devrais reprendre ton apprentissage du marketing a son début et repartir de zero, nada, ketchi, wallou, sur quel sujet, quelle base, quelle fondations construirais-tu ton savoir?”

 

Cette question ?

On me le pose aussi souvent qu’on me demande une prestation en copywriting je crois.

 

Mais c’est pas un souci.

 

Si j’y connaissais “ketchi” ketchup ?

 

Je ferais 2 choses.

 

Je me chercherais tranquillement une thématique où vendre mon expertise.

 

Peut-être que je ne l’aurais pas encore cette expertise d’ailleurs.

Dans ce cas, je réfléchirais à ce que j’aime faire qui résout des problèmes qu’ont les gens.

Pas n’importe quels problèmes hein.

Vraiment quelque chose pour lesquels les gens sont prêts à payer pour avoir la solution.

 

Soit parce que ça leur fait gagner de l’argent.

Soit parce que que ça leur fait gagner du temps.

Soit parce que ça leur libère le cerveau de choses auxquelles ils pensent très souvent.

 

Exit tout ce qui m’intéresse qui ne répond pas à ces critères là donc.

 

Et si je n’avais rien de tout ça dans ce que j’aime faire ?

Je songerais à ce qui pourrait m’intéresser de développer comme connaissances qui répond à ces critères là.

 

Et je commencerais à bouquiner sévère…

 

Et si je devais repartir de zéro sans rien connaître à Mark ni à Ting ?

Je me plongerais encore plus vite dans l’étude de la persuasion.

Le copywriting donc.

 

Et j’essaierais aussi d’apprendre le max que je peux sur la psychologie humaine.

 

Parce que tout est persuasion et copywriting.

 

 

Tes titres.

Tes contenus.

Tes appels à l’action vers tes pages ou vidéos de ventes.

Tes publicités.

Les accroches de tes produits.

Les mots que tu utilises pour convaincre les gens d’acheter.

 

Bref :

TOUT.

 

Même si tu ne fais pas de texte mais des podcasts ou des vidéos, tout est persuasion et copywriting.

 

 

Gagner sa vie sur internet ?

C’est vraiment pas compliqué en fait.

 

Tu réfléchis à ce que les gens veulent vraiment.

A ce qui pourrait leur rendre la vie bien plus facile.

A ce qu’ils ne te disent pas forcément, mais auquel ils pensent très souvent.

 

Et tu crées une solution pour leur permettre de résoudre ce problème là, ou d’atteindre ce qu’ils désirent plus que tout…

… bien plus vite, bien plus facilement, et de façon bien moins chiante qu’avec tous les moyens qu’ils connaissent aujourd’hui.

 

Et tu leur présentes ça.

 

En leur parlant d’eux.

De leurs problèmes.

De pourquoi ils n’avancent pas (aussi vite qu’ils ne le voudraient).

 

Et tu leur montres qu’il y a un meilleur moyen…

 

Ce moyen ?

C’est ton produit (ou ton service).

 

Tu n’as plus ensuite qu’à leur faire visualiser comment ça va leur changer la vie pour le meilleur pour qu’ils achètent.

 

Ce n’est pas bien compliqué en fait.

 

Le problème ?

C’est les fausses pistes.

 

Tout ce sur quoi on a ENVIE de se concentrer quand on se lance plutôt que sur comment convaincre.

 

Du style quel outil utiliser.

Le plug in ou le Click Funnels magique.

Ou quel système utiliser pour vendre.

 

 

Oui, il y en a des meilleurs que d’autres.

Mais à la limite, peu importe.

 

Tu peux utiliser un système technique tout pourri et un site tout moche.

(et je sais de quoi je parle !)

Et un système de vente qui ne soit peut-être pas le plus efficace de tous.

 

Mais si tu te concentres sur l’essentiel (je viens de te dire ce que c’est), tu ne peux pas vraiment te planter si tu es régulier.

 

Bien sûr, ça demande du temps de devenir bon en copywriting.

Mais c’est pareil pour tout.

 

 

Si tu débutes, donc ?

Forme toi en copywriting avant tout le reste.

 

Et si tu as déjà de beaux résultats et que tu as du mal à passer au niveau de vente supérieur ?

Forme toi sur le copywriting PLUS que sur tout le reste.

 

Réfléchis notamment plus aux offres que tu crées.

Pour voir si tu ne peux pas trouver quelque chose de plus accrocheur pour les gens.

 

C’est ça qui fait le plus la différence.

 

Pour t’aider sur tout ça, quelques soient tes résultats aujourd’hui ?

Regarde cette page : http://lifestylers.fr/toutes-les-formations/

 

Tu y as toutes mes meilleures formations.

Et cette semaine, exceptionnellement, une promo de dingue sur tout le catalogue.

 

 

Greg