Comment arriver au point où tu te demandes ce que tu as bien pu faire pour mériter tout ça

De retour dans le plus beau pays du monde pour quelques semaines et une paire de week-ends marketing avec certains d’entre vous, après un mois et demi en Afrique. Déconnecté total.

 

Tellement déconnecté que ça m’a fait bizarre quand j’ai récupéré ma caisse à l’aéroport de Nantes en arrivant.

(C’est dingue le cerveau humain quand même).

 

Au Botswana et en Namibie, ça roule à gauche.

 

Après ça ?

J’avais continué sans véhicule (pas besoin) au Cap et aux Chutes Victoria.

2 semaines et demi sans driver à la rosbeef donc.

 

Hier, dès le premier rond point ?

Bim : au lieu de mettre mon clignotant, j’enclenche l’essuie-glace.

(Et j’ai dû le faire 10 fois en 100 bornes…)

 

A d’autres moments ?

Tu cherches à passer ta vitesse.

Sauf que c’est du côté de ta portière, avec ta main gauche, que tu le fais.

(Je te le confirme : ça marche moins bien^^)

 

Ou tu te retrouves à freiner super sec parce que tu t’étais habitué au freinage nettement plus lent du 4×4.

 

Je suis sûr que ça t’est arrivé aussi si toi aussi tu as conduis à gauche pendant un moment.

Ou que tu as eu plein d’autres nouveaux réflexes similaires dans tout un tas de situations.

 

Parce que le cerveau est comme ça :

Il s’habitue hyper vite.

 

Les grands manitous du développement personnel n’ont pas tort quand ils nous rabâchent qu’en 21 jours, tu peux prendre une nouvelle habitude.

Et qu’ensuite, ça devient facile à tenir.

Automatique.

Comme un nouveau réflexe.

 

Comme rédiger un mail par jour et l’envoyer à ta liste en mode Emailing 3.0 (ok, tu la voyais sans doute venir celle-là).

Comme enregistrer un module de formation chaque jour.

Ou une vidéo.

Ou un podcast.

 

Comme suivre et gérer tes publicités chaque matin.

Ou comme juste chercher une bonne idée pour ton prochain contenu ou ton prochain produit.

 

Sur interoueb ?

Non seulement la régularité paie.

(Et bien plus que les gros coups que peux arriver à faire une fois par an)

 

Parce que tu veux être l’option évidente aux yeux de tes prospects dès qu’ils ont un problème à résoudre (ou suffisamment conscience qu’il est temps de faire quelque chose, là, maintenant).

 

Mais c’est tellement tellement plus facile de faire des petites actions comme ça chaque jour que de se lancer dans des projets énormes dont tu ne verras jamais ne serait-ce que la fin du début.

Parce qu’ils apparaissent gigantesques.

 

Au début, ces petites actions quotidiennes ?

Elles ne te donnent pas l’impression de payer beaucoup.

 

Puis ça commence à venir.

 

Et à partir d’un moment, c’est tellement la fête que tu demandes ce que tu as fait pour mériter tout ça.

 

Ca fait vraiment penser aux intérêts composés quand on y pense.

Au début, tu ramasses des miettes.

Mais si tu laisses tourner, tu finis millionnaire sans presque t’en rendre compte.

 

C’est ma façon de bosser.

La méthode Life Stylers.

 

Qui se base bien plus sur des petites astuces pour tromper son cerveau pour être hyper productif en peu de temps comme ça.

Et, surtout, sur les principes qui vendent depuis bien avant internet.

 

Que tu n’apprends à maitriser qu’une fois.

Et qui te rapportent toute ta vie.

 

Je te détaille tous ceux qui m’ont le plus aidé depuis le temps que je sévis sur le net sur cette page : http://lifestylers.fr/la-methode-life-stylers/

 

Ne t’attends à rien d’exeptionnel.

Mais baser tout ce que tu fais là -dessus et uniquement là-dessus pourrait bien te changer la vie à toi aussi…

 

Greg

A 10 dollars la minute, tu le fais toi ?

Avant dernier-jour au Zimbabwe.

(Il parait que prendre le navion pour rentrer un 11 septembre c’est pas mal…)

 

Et j’ai craqué, je me suis fait un tour en hélicoptère au-dessus des Chutes Victoria.

(ça tue, yep).

 

Et là tu vas peut-être te dire, il est mignon le Greg, mais on s’en fout de sa life.

(Dur de te donner tort, surtout sur la première partie :-P)

 

Sauf qu’il y a une grosse leçon qui peut te permettre d’empiler un max de choukrounes derrière ça

(et pas une monnaie en carton comme ils ont ici.

Enfin, ils n’en ont même plus en fait…).

 

Ce tour en hélico ?

Ca coûte quand même 150$.

Pour 15 pauvres minutes.

 

10$ la minute donc.

 

Bon, c’est sûr, ça ne va pas me tuer.

Mais ça fait quand même bien cher pour un quart d’heure le double tour d’hélices…

 

Je l’ai booké quand même.

 

En me disant :

“M*rde. Tu n’es pas tous les jours aux Chutes Victoria.

Tu n’y reviendras sans doute jamais.

Ca serait dommage de pas voir les chutes en intégralité, vu du ciel !”.

 

Achtung, psychologie encore :

(oui, ça aide à vendre, et pas qu’un peu)

 

Ce que j’ai fait, là ?

Pile comme tout le monde.

 

C’est-à-dire que j’ai acheté à l’émotion.

Puis que je me suis rassuré en justifiant mon achat par la logique.

 

Vi, tout le monde achète comme ça.

 

Les riches comme les pauvres.

Les gros comme les petits.

Les moches comme les…encore plus moches.

 

Le fait est que les gens adorent acheter.

(Rien que pour le coup de dopamine que ça donne).

 

Et même si ils achètent à l’émotion, ils cherchent toujours une raison de justifier leur achat.

 

Ton job, en tant que disciple de Mark et de Ting ?

C’est bien sûr de jouer sur ces émotions qui donnent envie de craquer, là, tout de suite.

 

Mais aussi d’aider tes clients à justifier leur achat de façon rationnelle.

Que ce soit auprès d’eux-mêmes, comme de leurs proches.

 

Si tu fais les 2 dans tes argumentaires ?

Tu te seras forcément donné 2 fois plus de chances de vendre.

 

C’est le genre de trucs que je préfère t’enseigner, mois après mois, dans la Marketing Master School (exemples et explications à l’appui, pour que tu puisses faire pareil).

Because ça rapporte bien bien bien plus que les derniers “hacks” du moment.

Et pas qu’à long terme…

 

(Et ça ne changera pas avec la nouvelle version dans quelques semaines.

Bien au contraire)

 

Greg

Comment vendre de l’information pour laquelle les gens ne sont pas habitués à payer

Victoria Falls, aux bords du Zambèze (non, je ne zozote pas du clavier).

Côté Zimbabwe.

De l’autre côté des chutes ?

La Zambie.

 

Elles en descendent du litron par seconde ces chutes d’ailleurs !

Truc de taré.

Je pense que même une coalition entre les bretons, les belges et les polonais à l’heure de l’apéro…bref, c’est pas le sujet…

 

Le sujet du jour ?

Comment vendre de l’information pour laquelle les gens ne sont pas habitués à payer.

(Surtout en ligne)

 

Ce n’est pas forcément l’idée du siècle de faire ça, car il est toujours bien plus facile de vendre tes produits à des gens qui ont déjà investi du temps, de l’énergie et/ou de l’argent pour le résoudre.

(Idéalement les 3 bien sûr).

 

Mais quand on creuse un peu, on remarque que ces clients “bénis des Dieux” là, ils existent sur toutes les thématiques.

Il faut juste creuser un peu.

 

Tu vends une méthode pour apprendre aux gens à mieux chanter par exemple (comme Antoine, un des Padawans que je coache) ?

Tu vas forcément vouloir cibler en priorité les gens qui dépensent déjà de l’argent pour y arriver.

 

Par exemple en prenant des cours de chant ou en achetant des méthodes audio pour progresser.

 

Le souci, donc ?

C’est que ça leur viendrait pas forcément à l’esprit naturellement d’acheter une formation en ligne pour mieux chanter.

Parce que rien ne peut remplacer un professeur qu’on voit chaque semaine par exemple.

 

Et bien c’est là justement que tu peux transformer le défaut de ton produit en gros avantage.

 

Par exemple :

 

“Ton prof de chant ?

Il n’est disponible pour toi que 2h chaque semaine.

Le reste du temps ?

Tu ne peux que pratiquer le chant dans ton coin.

 

Pas l’idéal si toi, tu veux rapidement arriver à enregistrer ton premier album, chanter dans un groupe ou te produire sur scène…

 

Le principe de ma formation “Machin truc” justement ?”

 

Etc, etc…

Et là tu listes les bénéfices pour tes clients idéaux, et leur démontres que ça peut les aider aussi.

 

Ca, tu peux le faire quelle que soit ta thématique.

 

Il te suffit de (vraiment) bien savoir quelles sont les motivations profondes de tes prospects.

(Pour savoir appuyer sur les boutons émotionnels qui vont les faire passer à l’achat).

Et savoir comment leur démontrer que ça va vraiment les aider d’acheter ton produit.

 

Une façon quasi imparable de le faire ?

Le “Ca te viendrait à l’idée de faire ça ?”.

 

Ou comment leur prouver par l’évidence que ne pas acheter ce type d’informations, c’est complètement illogique.

 

Je te montre de nombreux exemples de comment faire tout ça dans la prochaine formation “Dans la tête d’un copywriter pro” incluse dans la MMS.

 

Inscription ici avant qu’il ne soit trop tard pour la recevoir : http://lifestylers.fr/marketing-master-school/

 

 

Greg

 

PS : Oui, comme tu le sais, je planche sur une nouvelle version de mon abonnement pour encore mieux t’aider.

 

Mais la formation papier spéciale copywriting/persuasion/emailing, elle ?

Elle sera toujours là.

 

Pas de panique :-)

Tu vis sur la même planète que tes clients ???

Chutes Victoria, Zim-ba-bwe !

(Hâte d’aller observer ça demain, mais en attendant, je te préviens : mailing d’énervé today !)

 

Hmmm ?

Ce titre ?

 

Il suscite la curiosité.

Vi.

 

Ca tombe bien.

C’est mon job.

(Et le tien aussi d’ailleurs)

 

Mais je te pose la question HYPER sérieusement :

Vis-tu sur la même planète que tes clients ?

 

Je pense que pour 99 virgule beaucoup de 9% des gens qui liront ceci, la réponse est oui.

 

Si tu en fais partie ?

J’ai une bonne nouvelle pour toi.

 

Parce que tant que tu vis sur le même astéroïde que tes Padawans, tu ne peux pas leur envoyer TROP de mails.

Tu ne peux pas leur proposer TROP de contenus.

Et, wait for it…tu ne peux pas leur proposer TROP de trucs à acheter.

 

Cherche pas, c’est juste pas possible !

(A moins d’y aller en mode vente au bazooka à chaque fois ou d’être aussi chiant qu’un dictionnaire…)

 

Réfléchis-y comme ça :

On a tous des trucs qui nous passionnent.

Et des problèmes.

 

Comme le Mark, le Ting, le fait de vouloir absolument réussir, de gagner sa vie sous les cocotiers et de quoi repeupler de cocotiers un pays entier.

 

Quand on s’intéresse à un domaine comme ça, et qu’on cherche des solutions ?

Est-ce que quelqu’un peut TROP nous en parler ?

 

Nope.

C’est juste pas possible.

 

N’oublie jamais ça :

Ce qui nous intéresse le plus, ce sont NOS problèmes.

NOS rêves.

NOS objectifs.

 

Comme des saletés d’égoïstes qu’on est tous.

 

Et si toi tu arrives avec du contenu sur ce que je cherche absolument à faire ?

Tu ne peux pas trop m’en parler.

 

Surtout si tu rends ça un minimum intéressant et que c’est pas trop chiant à lire ou à regarder.

 

Donc parle à ta liste.

TOUS LES JOURS.

De ce qui les intéresse.

 

Rien qu’une histoire toute bête qui t’est arrivée ou un truc que t’as vu à la télé (si t’es assez ouf pour la regarder) ou n’importe quoi en rapport avec votre monde à tes Padawans et toi.

 

Et glisse un lien vers une de tes offres…

(Même si c’est foutu en plein milieu d’une phrase comme je te mets ce lien juste ici si tu veux apprendre à transformer des petits riens en mails qui vendent chaque jour de l’année…)

…et qu’après tu continues ton histoire tranquille.

Pas besoin de faire des offres en mode “achète où je te bute” à tout bout de champs.

(Le fait est que ça vend bien moins d’ailleurs que d’y aller naturel et décontracté du hahaha)

 

En attendant, en maillant ta liste chaque jour (au moins la semaine)?

 

Tu progresses en rédaction.

Tu progresses en persuasion.

Tu découvres les boutons émotionnels qui font acheter ton audience.

Tu connais mieux ton marché.

Etc, etc…

 

Et tu deviens une machine à écrire.

Et à vendre.

 

Si tu vas avoir plus de désinscriptions ?

Bien sûr.

(Mais qu’est-ce que tu t’en fous ?)

 

Si tu vas avoir des ventes ?

Devine…

 

Si ça t’éclate de ramer à construire ta mailing liste juste pour ne pas… oser lui envoyer de mails ?

Pourquoi pas.

(Ca peut être un délire après tout…)

 

Mais viens pas te plaindre que tu ne vends pas.

 

Ah, tiens avant qu’on me pose la question :

 

Et si toi, tu n’as encore rien à vendre ?

Ce n’est pas une raison.

Mailes tous les jours !

 

Ca reste le meilleur moyen de découvrir ce que veulent les gens sur ta liste.

 

Tu peux mettre un lien vers un questionnaire pour leur demander ce qu’ils veulent tes Choupies.

(Et il y a le bouton “Répondre” que je t’invite à solliciter…)

 

Et si toi, tu n’as que 12 inscrits sur ta liste aujourd’hui ?

 

Et bah tout pareil :

Tous les jours !

 

Tu auras déjà tellement progressé d’ici ne serait-ce qu’un mois que tu vendras bien plus quand tu vas te mettre à collectionner les emails !

(Et tu ne sais pas qui se trouve dans tes 12 inscrits que tu as aujourd’hui. Crois-moi, je te dis ça d’expérience, mais ça c’est une histoire pour un autre jour…)

 

Greg

 

PS : Et, par pitié, mets un lien vers n’importe quoi que tu as à leur vendre.

Dans CHAQUE mail.

Tu caches ton lien au milieu d’une phrase si tu veux, mais tu le mets^^.

 

Avoir une solution aux problèmes des gens et ne pas au moins leur dire que tu l’as ?

Ca devrait être puni par la loi ! :-)

 

PPS : je t’avais prévenu : le Zimbabwe ça m’é…moustille.

On verra demain si les Chutes m’auront calmé…

Pourquoi tes clients ne restent pas abonnés aussi longtemps sans drogue

Le Cap, avant de filer au Zimbabwe tout à l’heure…

(rien que d’écrire le nom me fait marrer. Zim-bab-we !)

 

Tu as forcément vu des contenus tourner sur le web qui te disent de combien de clients tu as besoin pour gagner ta vie.

C’est fait pour te montrer que tu en as besoin de bien moins que tu ne le pensais, of course.

Histoire de te convaincre d’acheter la came du marketeux en question.

 

Et pour une fois, je ne vais pas échapper à la règle.

(Yes, c’est le dernier mail où je te parle de Marketing Héroïne, et yes, c’est ta dernière chance de profiter du tarif spécial lancement que tu n’es pas près de revoir après ça)

 

Mais essayons de faire des vrais comptes.

Une simulation proche des stats que je vois tout le temps.

Pas du mode Bisounours.

 

Si tu vends des produits à 50€ (et un abonnement aussi à 50€/mois), pour prendre une moyenne bien plus réaliste ?

(Tu vends peut-être certains trucs à 27 balles, et d’autres à 77…d’où la moyenne de 50)

 

Pour gagner 3000€ par mois ?

Il te faut 60 ventes.

Et donc 60 clients.

 

Peu importe que tes 50 euros, tu les fasses en vendant une formation seule ou un abonnement.

 

Quand on débute ?

On a tendance à faire 80% de nos ventes sur des produits seuls.

Et c’est seulement ensuite qu’on commence à avoir plus d’abonnés.

Et des paiements qui tombent mois après mois.

 

Allez, accroche toi à ton string :

 

Ca veut donc dire que si tu veux faire tes 3000 euros tous les mois, tu dois faire tes 60 ventes à 50 balles, chaque mois.

 

Dès que tu commences à avoir 10 abonnés à ton offre à 50€/mois ?

Tu n’as plus que 50 ventes à faire.

 

Enfin, plutôt 53 ou 54, parce que tu as forcément 3 ou 4 personnes qui se désabonnent dès le premier mois.

 

Quelques mois plus tard ?

Tu peux arriver au point où tu as déjà tes 60 abonnés.

 

Bien sûr, tu as ceux qui se désabonnent chaque mois.

 

Les deux plus gros facteurs de désabonnement (et de très loin) ?

 

C’est toujours les mêmes :

 

Quelqu’un s’abonne pour voir.

Et ça ne lui plaît pas.

Donc il se désabonne dès le premier mois.

 

Quelqu’un est abonné depuis quelques mois.

Adore ton contenu (si tu en fais du bon, of course).

Mais se retrouve avec tellement à appliquer (ou à se lasser) qu’il se demande si ça vaut le coup de rester un mois de plus et de te lâcher encore 50 balles…

 

C’est ce qui fait qu’un très bon taux de rétention moyen, en règle générale en Mark comme en Ting, c’est 6 mois.

 

Comment faire alors pour remédier à ça ?

Et avoir bien plus de gens qui s’abonnent en premier lieu ?

Puis une bien plus grosse proportion de membres qui passent le premier mois ?

Et enfin bien moins de gens qui se désabonnent à terme parce qu’ils ont leur dose ?

 

En trichant.

En la jouant stratégique (et pas que sur tes tarifs).

En allant fouiller dans la psychologie des gens.

 

L’idée ?

C’est de prendre en compte tous les principes de psychologie qui font que les gens…

 

…agissent, ou pas.

… achètent, ou pas.

… sont prêts à investir sur eux-mêmes, ou pas.

… continuent à s’intéresser à un domaine, ou pas.

… continuent à suivre quelqu’un sur le web, ou pas.

… continuent à acheter chez le même formateur, ou pas.

 

…ou tout simplement comment on parvient à ce que la majorité de notre mailing liste ait envie de lire tous nos mailings.

(Ou arrêtent très vite de le faire comme pour la plupart des marketeurs qui n’envoient que des promotions ou des contenus chiants comme la mort)

 

Et de vendre et délivrer tes contenus en se basant exactement sur ces principes comportementaux et psychologiques qu’on suit tous sans même s’en rendre compte.

 

Pas de panique :

Je l’ai fait pour toi.

(avec le client dont je me charge du marketing depuis plus de 3 ans qui n’en pouvait plus de créer des nouveaux produits chaque mois)

 

Nos résultats, à ce jour ?

40% de personnes qui se désabonnent dès le premier mois en moins.

Et déjà 37% de membres toujours payants en plus après 6 mois.

(C’est un chiffre qui va augmenter, vu qu’on n’a lancé ça qu’il y a 7 mois maintenant.

Je m’attends plus à du 50% de plus sur la durée)

 

Ce que ça veut dire ?

(hormis bien sûr plus de revenus récurrents qui tombent chaque mois)

 

C’est que c’est autant de ventes que tu n’as plus à faire chaque mois pour atteindre tes objectifs.

 

Le tout ?

Sans plus créer de nouveaux produits.

Ni la moindre page de vente en plus.

 

Pour y arriver :

Joue à fond sur le dosage des types de contenus payants que tu donnes.

Et sur l’addiction.

 

En gros ?

C’est comme si tu les droguais pour qu’ils deviennent accro et ne puissent plus se passer de tes contenus payants.

 

Je t’explique tout dans ma nouvelle formation “Marketing Héroïne“ que tu peux encore récupérer avec 200 euros de réduction sur cette page.

Mais plus que pendant quelques heures seulement.

 

 

Greg

C’est un peu Webmarketing 4.0

Cape Town, Afrique du Sud.

 

Tu le sais si tu me suis depuis un moment :

je ne bosse pas du tout comme les autres formateurs en marketing qui te vendent aussi leur dope.

(Peut-être parce que je passe mon temps à FAIRE du marketing, et pas que pour moi)

 

La plupart d’entre eux cherchent toujours la dernière technique “magique” qui brille pour obtenir des résultats rapides.

Et te la vendre.

(Bien souvent sans l’avoir testé ailleurs que pour eux, en admettant que ça soit le cas, mais bref…)

 

De mon côté ?

Ca fait belle lurette que je ne m’intéresse même plus à ça.

 

Je l’ai fait, comme eux.

J’ai trouvé ça intéressant.

Mais ça ne m’a jamais bluffé.

 

Au mieux ?

Tu grattes quelques % d’inscriptions ou de ventes en plus, le temps que les gens s’habituent au truc et que ça perde le plus gros de son effet.

 

A chaque fois que j’ai trouvé des systèmes qui ont vraiment amélioré mes résultats et ceux de mes clients ?

C’est en cherchant sur le fond.

 

Sur comment fonctionnent les gens.

Sur comment tu fonctionnes.

Sur comment je fonctionne.

 

Quoi qu’on puisse en dire, et malgré toutes nos différences.

 

C’est pour ça que se former à la persuasion est de très loin la meilleure chose que tu puisses faire.

Parce que ça te sert tout le temps, et pour tout ce que tu as à faire sur le web.

 

Là, pour le nouveau système que j’ai créé pour l’un des clients dont je me charge de tout le marketing pendant l’hiver et que je vais bien sûr adapter à la place de la Marketing Master School dans les semaines qui viennent ?

 

C’est exactement pareil.

 

Une partie du système ?

Il ressemble aux systèmes que j’utilise depuis des années, parce qu’ils donnent des résultats dingues.

 

Comme le fait d’envoyer un mailing complètement différent de ce que les gens en ont marre de voir, chaque jour, en mode infotainement.

 

Ce nouveau système ?

J’ai longtemps pensé l’appeler Webmarketing 4.0.

 

Parce que c’est la suite logique de ce que je te présentais en 2014 dans ma formation Webmarketing 3.0, pour créer un business juste autour d’un abonnement.

 

Avec une seule page de vente pour tout ton business.

Un seul produit à créer.

Et plein de stratégies pour donner envie aux gens de récupérer tout ce que tu mets de nouveau dans ton espace membre (entre autres pépites avancées qui jouent sur la curiosité et l’urgence).

 

Où est la (grosse) différence alors ?

(en plus de tout ce que j’ai forcément découvert de plus en 4 ans)

 

Sur les principes de psychologie à utiliser pour que les gens aient encore plus envie de d’abonner…

mais surtout pour qu’ils restent abonnés bien plus longtemps chez toi.

 

Pour qu’il y ait notamment toujours un truc qui les incite à rester au moins un mois de plus.

Alors qu’ils pensaient peut-être se désabonner.

Et encore.

Et encore.

 

Le plus gros du travail qu’on a fait avec mon client ?

C’est sur tout ce qui rend addict.

(D’où le nom “Marketing Héroïne”)

 

Et comment intégrer ça dans des contenus payants tout bêtes.

Enregistrés comme si tu papotais avec un ami.

 

Afin que tes membres deviennent littéralement accros.

Et n’aient plus envie de se désabonner.

(C’est en quelque sorte les principes de psychologie qui font que mes méthodes de mailing donnent envie à ceux qui accrochent de tous les lire, même si j’en envoie un par jour, mais là pour tes contenus payants)

 

La seule méthode efficace qu’on a trouvée pour qu’il ne baisse pas son chiffre d’affaire (près de 2 millions annuels…) sans plus vendre de nouveaux produits ni créer de pages de ventes ?

C’était ça.

Cette nouvelle façon de vendre un abonnement.

 

Ca impliquait donc beaucoup plus de gens qui s’abonnent, pour commencer (ça, c’était la partie facile).

Puis beaucoup plus de gens qui passaient le premier mois payant sans se désabonner.

Et, bien sûr, un taux de rétention (le nombre de mois moyens où tes membres restent abonnés) bien supérieur.

 

Ce n’est peut-être pas pour toi.

 

Mais si tu manques de temps pour tes projets web, ou que tu en as marre de devoir créer produit sur produit et page de vente sur page de vente, et que tu veux ne faire aucune concession sur tes ventes, je te montre tout le système de A à Z ici : http://lifestylers.fr/marketing-heroine/

 

Greg