Comment t’affranchir de toute concurrence, et avoir l’attention de tes clients idéaux juste pour toi

Toujours à Alsóörs, Hongrie…

 

L’un des sujets qui m’a toujours le plus obsédé en Mark comme en Ting, et sur quoi j’essaie de cogiter en permanence, pour mes clients comme pour moi ?

C’est comment s’affranchir de toute concurrence.

 

Parce qu’il faut bien l’admettre, on tombe tous dans le panneau d’attaquer notre thématique en frontal.

Au lieu d’emprunter les chemins les moins fréquentés, voire complètement déserts et donc bien plus rapides.

 

Et ça ?

C’est le meilleur moyen de se créer des problèmes pour rien.

 

Comme en cherchant à convaincre exactement les mêmes types de clients que nos concurrents.

 

Comme en proposant finalement la même chose qu’eux.

Au lieu de chercher à se différencier au maximum, de se spécialiser, pour arriver à se créer sa propre catégorie.

 

Comme en vendant finalement la même chose que les autres.

 

Comme en cherchant à se faire connaître aux mêmes endroits, ou à remplir sa mailing liste de la même façon.

 

Quelque part ?

C’est normal.

 

Parce que notre cerveau est programmé pour rechercher la facilité.

Pour suivre les normes.

Et pour faire la même chose que les autres.

 

Et je ne serais pas surpris que ça soit ce que tu fais aussi.

 

Sauf que dans les faits, faire la même chose que tout le monde…

 

…c’est l’assurance de devoir partager le gâteau avec les autres.

Si ce n’est carrément se condamner à se contenter des miettes.

 

Pire ?

Ça oblige à être 10 fois meilleur que les autres pour obtenir de vrais gros résultats.

 

Avec tes pubs.

Tes publications sur les réseaux sociaux.

Tes titres.

Tes accroches.

Tes arguments.

Et même les concepts de ce que tu vends.

 

En bossant comme ça, comme tout le monde ?

 

Tu te rends la tâche bien plus difficile pour attirer l’attention de tes clients idéaux.

Tu te rends la tâche bien plus difficile pour te faire remarquer dans ta thématique.

Tu te rends la tâche bien plus difficile pour remplir ta liste.

Tu te rends la tâche bien plus difficile pour te positionner comme le leader de ton domaine.

Tu te rends la tâche bien plus difficile pour les gens d’acheter chez toi.

 

Et pire encore sans doute :

Tu te condamnes à perdre des mois si ce n’est des années avant que ton projet ne décolle vraiment, en admettant que tu y arrives un jour.

 

D’ailleurs :

Si tu te demandes pourquoi mon marketing est aussi souvent complètement what the f*ck, ne cherche pas l’explication principale plus loin…

 

Créer ma propre catégorie pour ne plus avoir de concurrents aux yeux de mes clients idéaux étant l’une des choses sur lesquelles je planche le plus.

 

Mais ça ne s’arrête pas là.

 

Parce que tu peux aussi décider de totalement changer de terrain de jeu à bien d’autres niveaux…

 

Comme pour convaincre les clients les plus qualitatifs qui soient.

Comme pour augmenter tes ventes de façon systématique et prévisible, avec de plus en plus de revenus récurrents qui tombent chaque mois.

Comme avec un moyen simple de vendre encore plus à tes meilleurs clients, tout en étant déjà payé pour leur envoyer tes offres.

Comme pour vendre des offres high ticket facilement, sans forcer, à des gens déjà pré convaincus.

 

Et presque surtout :

Tout ça, au seul endroit où tu as zéro concurrence et toute l’attention des gens rien que pour toi.

 

Ce dont je te parle est mon arme fatale pour augmenter les résultats de n’importe quel business, chaque mois.

Comme ça l’est pour TOUS les meilleurs marketeurs anglophones.

 

Mais bizarrement, quasiment personne ne l’utilise dans dans nos contrées.

 

Peut-être justement parce que c’est si différent, et que ça va totalement à l’encontre de ce qu’on voit tous les autres faire.

 

Je te dis tout sur cette page, qui avait été retirée depuis plus de 6 mois, et qui va à nouveau ne rester en ligne que quelques jours.

 

Ainsi que pourquoi tu dois snober la Ferrari 812 Superfast pour une « vulgaire » Bentley…

 

Greg

Créer de l’information payante en masse, sans y passer une seule minute de plus que ce que tu fais déjà ?

Albert Einstein avait tout compris au business de la vente d’information.

 

Et ça ?

Sans même jamais l’avoir connu.

 

Quand il insistait sur à quel point les intérêts composés changent toute la donne…

 

Qu’ils sont la 8e merveille du monde.

 

Et que ceux qui ne les maitrisent et n’en profitent pas, les subissent forcément.

 

Au profit des autres.

 

Il y aurait tellement de leçons sur lesquelles groover derrière juste ça.

 

Mais prenons un exemple que tu connais forcément :

Les formations.

 

Et plus particulièrement ces semaines de promo que font une fois ou deux dans l’année ceux qui arrivent à en sortir beaucoup.

 

Pas de mystère sur leurs chiffres :

 

Ces semaines là, où ils proposent une grosse réduction ?

Ce sont systématiquement leurs plus grosses semaines de ventes de l’année.

 

Sans parler donc des pics de ventes que tu obtiens quand tu les lances pour la première fois, et de toutes les fois où tu peux les remettre en avant.

 

Les intérêts composés là-dessus, ils sont faciles à comprendre :

 

Plus ça va, plus tu as d’audience.

Et plus ton catalogue de produits est fourni.

 

Et plus tu as de produits à vendre, plus tu vends.

 

Oui, c’est tout bête.

Juste une froide logique mathématique.

 

Mais si tu voyais le nombre de personnes dont je vois le travail qui ne sortent pas suffisamment de nouvelles offres et qui se privent du moyen le plus facile de nettement augmenter leurs revenus, c’est juste fou…

 

(Probable que tu en fasses partie aussi, car c’est le cas de quasiment tout le monde.

Y compris si tu as déjà un business qui tape dans les 6 chiffres par an)

 

Le problème qui fait qu’ils en créent si peu ?

 

Ce n’est pas le manque de connaissances.

Ce n’est pas le manque de compétences.

 

Non.

 

Si c’était le cas ?

Ils ne seraient pas aussi inarrêtables dès que tu les « branches » sur leur sujet.

 

L’astuce ?

 

Elle tient justement dans la ligne que tu viens de lire.

 

Et dans différentes choses que tu fais probablement déjà assez régulièrement chaque mois, sans penser que ça te permettrait de créer de l’information payante en masse.

Sans y passer une seule minute en plus.

 

(Le meilleur étant que tu peux bien souvent déjà être payé pour ça, et pas qu’un peu.

Avant même de créer quoi que ce soit…)

 

Quand on y pense ?

C’est tout bête.

 

Mais ça m’était revenu en pleine tête il y a quelques temps.

 

Et ça n’a jamais été aussi simple pour moi de créer de l’information de valeur que depuis que j’ai remis le doigt là-dessus.

 

(Parce que oui, je suis comme toi :

Ce qui me bloque aussi, c’est de m’y mettre…

Même après avoir créé plusieurs centaines de formations)

 

D’ailleurs ?

J’ai encore créé quelque chose que je vais facilement pouvoir vendre plusieurs centaines d’euros rien que ce samedi matin, en suivant cette idée là.

En faisant coup double sur ce que j’avais déjà à faire de toute façon.

 

Pour t’aider, si tu fais partie de ceux qui n’ont toujours pas créé leur premier produit ?

Ou que tu en as lancé que 3 cette année, alors que tu aurais pu en sortir 12 ?

 

Et même si comme moi, tu as déjà l’habitude de sortir beaucoup de contenus payants ?

 

J’ai décidé de rendre accessible jusqu’à ce soir minuit uniquement un épisode de Breakthrough que j’avais partagé il y a quelques mois aux membres de la Marketing Master School, et où j’expliquais cette simple idée.

(Le numéro 6, si tu es membre de la MMS et que tu te demandes si tu l’as déjà ou non)

 

Par contre ?

Cette information que tu vas pouvoir proposer à ton audience, sans rien avoir à faire de plus que ce que tu fais sans doute déjà aujourd’hui ?

 

Elle ne se vend pas exactement de la même manière qu’une formation plus « traditionnelle ».

 

C’est pour ça que je te montre aussi comment t’y prendre pour la vendre dans cet épisode.

 

Le plus souvent juste par email.

Sans page de vente.

 

Exemples à l’appui, en plus de ton épisode.

 

Si tu as déjà un minimum d’audience ?

Ou que tu comptes faire ce qu’il faut pour remplir ta liste ?

 

Aucun doute que ce que tu vas y découvrir va rentabiliser un sacré paquet de fois l’investissement dans ce seul épisode.

Et potentiellement même dès cette semaine, selon ce que tu fais aujourd’hui dans ton activité.

 

Sans parler du temps que tu vas gagner à chaque fois…

 

Tu peux y accéder de suite derrière ce bon de commande direct :

https://lifestylers.thrivecart.com/creer-de-l-info-payante-en-masse/

(Attention : tu es redirigé vers tes accès juste après ton règlement)

 

Par contre ?

Je le retire déjà ce soir de la vente, à 23h59.

 

Greg

Ton nouvel assistant à l’intérieur ?

Tu l’as forcément remarqué aussi :

 

Il y a les actions qui nous plaisent le plus.

Celles où on est le meilleur.

Celles qui nous rapportent des €€€.

 

(Soit, yes, celles qui valent notre temps…)

 

Et puis il y a toutes les petites merdes qui doivent être faites.

 

Du genre ton support clients, et répondre à tous les mails que tu reçois.

Caler tes mails dans ton auto répondeur et les programmer.

Publier tes vidéos sur YouTube ou ailleurs.

Créer des miniatures pour ces vidéos.

Créer tes pages et tunnels de vente et y insérer tes contenus, tes boutons de paiements, etc, etc…

Mettre en place je ne sais quel truc technique.

Relayer tes contenus sur tes différents réseaux sociaux.

Gérer tes demandes de factures.

 

Ou même réserver ton prochain vol.

 

Bref :

Toutes les petites merdes qui doivent être faites mais qui ne valent pas ton temps.

 

Et peut-être aujourd’hui que tu fais encore tout ça, alors que ton activité fonctionne plutôt bien.

 

Si c’est le cas ?

 

Je connais quelqu’un qui pourrait t’aider, et se charger de tout ça pour toi.

 

(A toi de voir avec lui tes besoins exacts et comment il pourrait te faire gagner un temps fou)

 

Ce gars ?

Il s’appelle Fabrice.

 

Et c’est l’un de mes tous meilleurs potes.

(Je le connais depuis 1995…)

 

Et après avoir travaillé pendant des années et des années dans des banques, à faire de la programmation et à gérer des projets et des équipes (à voir si ça peut t’être utile d’une manière ou d’une autre)…

 

…il se lance comme assistant web.

(en parallèle de se former activement à toutes les joyeusetés que ton loustic de marketeur enseigne)

 

Et c’est là que je me suis dit que ça ne me couterait pas grand chose (hormis ce mail) de faire 2 heureux :

 

Lui, en lui amenant des clients potentiels.

Et toi, si tu cherches ce type de profil.

 

Si c’est le cas ?

 

Tu peux lui écrire à contact@fabricemaigne.com pour programmer un RDV avec lui, et que vous discutiez de ce qu’il pourrait faire pour toi.

 

Comme tu peux imaginer :

 

Vous allez être quelques uns à recevoir ce mail.

Et Fabrice ne va pas pouvoir prendre 36 clients.

 

(Pour bien le connaître, je sais que ses journées ne sont pas plus extensibles que les tiennes ou les miennes…)

 

Donc si tu sais ce que tu veux…

Et si tu sais ce que ce type de profil pourrait changer à ton activité et à ta vie…

 

Je te laisse voir avec lui avant qu’il ne soit full.

 

Greg

 

PS : Encore mieux si tu sais faire des procédures claires que tu n’auras qu’à lui demander de suivre.

 

(Il parait que c’est le secret de la réussite quand tu fais appel à un assistant)

L’interview qui va t’en apprendre bien plus que nombre de formations payantes

J’ai répondu aux questions de Padawan Alex Spiga lors de ma toute dernière interview en date.

(Il s’est inspiré de l’excellent « The Boron Letters » de Gary Halbert pour nombre d’entre elles)

 

Et bien possible une fois encore qu’elle t’aide plus que nombre de formations payantes…

 

Au programme ?

 

– Travail dans l’ombre et loin des réseaux sociaux, positionnement d’alien et branding hardcore en mode « rien à foutre » : la vérité sur mes stratégies si différentes des autres

 

(et comment tu peux t’en inspirer pour obtenir des résultats bien plus facilement, en te moquant de tout, sauf de qui tu es vraiment…)

 

– Pourquoi je ne cible pas du tout les mêmes personnes que mes « concurrents », et comment je les fait travailler pour moi sans même qu’ils ne s’en rendent compte

 

– Comment arriver au stade où tes clients idéaux sont obligés de finir par tomber sur ton travail à un moment ou un autre, et où tu peux quasiment t’affranchir de faire de la publicité

 

– Pourquoi tant de gens se plantent en s’inspirant de ceux qui sont déjà des rock stars de leur thématique, et que faire à la place

 

– Le moyen le plus rapide d’attirer l’attention sur ton travail, même si tu toi tu t’es lancé la semaine dernière

 

– Le truc ancré dans la nature humaine qu’on fait tous qui nous fait perdre des mois et des années

 

– Ce que tu veux vendre en tout premier quand tu te lances

(L’intérêt principal ? Même pas que ça soit ce qui rapporte le plus, et le plus vite…)

 

– Mon process pour découvrir ce qui va forcément bien se vendre

 

Et bien plus encore…

 

(Ceci n’est que le programme de la première partie de l’interview)

 

Elle est ici si tu veux la voir :

https://www.youtube.com/watch?v=Nm8g8h0A_K0&feature=youtu.be

 

Greg

Comment arriver à rendre ton marketing…complètement superflu

Ce que j’ai le plus reçu de ceux qui étaient sérieusement tentés par « Je créé tout le marketing d’une formation devant toi, de A à Z », mais qui n’ont pas encore embarqué pour l’aventure ?

 

C’est ça :

 

« Oui, mais tout ce que tu vas montrer va être sur ta thématique »

(Le Mark et Ting en l’occurence, même si j’aurais pu en prendre une autre)

 

« Pas sûr que ça s’applique à la mienne »

 

Excellente objection, Votre Honneur !

Que je comprends tout à fait.

 

Mais objection non valide quand même.

 

Parce que la mécanique de la réflexion, elle est exactement là même quelle que soit ta thématique.

Et quoi que tu vendes.

 

Là, je vais vendre une formation.

Mais je devrais me poser exactement les mêmes questions si je vendais du consulting, une prestation de service, un évènement, une app, une offre affilée ou que sais-je encore…

 

Bien sûr ?

Pour te montrer comment je m’y prends pour créer une nouvelle offre et la vendre (jusqu’à faire la page de vente et les mails de lancement devant toi, en te montrant la stratégie que j’utilise, et pourquoi) ?

 

Il fallait bien que je prenne quelque chose comme cobaye.

(Ma prochaine formation, en l’occurrence)

 

Pour t’illustrer tout le truc de façon concrète.

 

Mais ce cobaye ?

Il n’est justement là qu’à titre d’exemple, et d’illustration.

 

Et ce sont justement les réponses que je vais trouver à ces questions qu’on doit se poser qui vont dicter tout le reste.

 

Ce sont elles qui vont m’aider à mettre le doigt sur ce qui va faire mouche, en fonction de l’audience à laquelle je m’adresse et des spécificités de ce que j’ai à vendre.

 

Ce sont elles qui vont m’aider à mettre le doigt sur ce qui va prouver aux gens que ma dope, elle marche.

Et qu’elle va marcher pour les gens qui me suivent.

 

Ce sont elles qui vont m’aider à mettre le doigt sur ce qui va les convaincre.

 

Et du coup sur les meilleures façons de la présenter pour rendre irrésistible de ne pas acheter, là, tout de suite, si on est concerné par le problème ou qu’on désire le résultat.

 

 

Une page de vente qui fait un vrai carnage ?

Et les mails qui vont avec ?

 

On n’arrive jamais à les créer si on ne sait pas mettre le doigt sur ces points là.

 

Ou si on reste dans le classique.

 

Avec les premiers arguments et les premières promesses qui nous passent par la tête, et qui semblent être les trucs évidents à mettre en avant.

 

(Le meilleur moyen que ton offre ressemble à toutes les autres ça.

Avec les résultats forcément médiocres que ça implique…)

 

Et c’est finalement ça, le seul et unique job d’un marketeur :

(Et ce qui fait toute la différence entre ceux qui sont excellents et tous les autres)

 

Etre capable de penser son marketing quelques coups puis loin que les autres.

Ou quelques coups plus justes que les autres.

 

Jusqu’à, d’ailleurs, arriver …à rendre ton marketing complètement superflu.

 

Je sais :

Ca parait très contre intuitif dit comme ça.

 

Mais ce que tu veux, au bout du compte, c’est justement que les gens n’aient même plus l’impression d’être face à un argumentaire de vente.

Ou face à quelque chose à acheter.

Et même face à la décision de sortir leur CB ou non.

 

(Tu as dû remarquer aussi que c’est pile ce qui nous arrive quand ce qu’on nous présente nous absorbe vraiment…)

 

Là où tu veux arriver ?

 

C’est au point où les gens voient justement instantanément que ton produit ou service est pile ce qui leur faut.

 

Et au point où ton truc se vende justement tout seul.

De lui même.

 

Te montrer comment arriver à faire ça ?

 

C’est justement mon vrai objectif pour ceux qui suivront « Je créé tout le marketing d’une formation devant toi, de A à Z » :

 

Et la vraie différence de ce programme avec tout ce que tu peux trouver d’autre sur le marketing et le copywriting.

 

Bien sûr ?

 

J’aurais pu créer une formation « normale ».

Où je t’aurais montré toutes les questions à te poser.

Et te laisser te démerder avec.

 

(Pour le coup, tu aurais pu être sûr qu’elle se serait appliquée à ta thématique…)

 

Sauf que là où tout se joue, c’est justement à partir du moment où tu trouves tes réponses.

Et que tu réfléchis à comment les mettre en musique dans tes pages et mails de vente.

 

Et là encore, c’est pareil pour toutes les thématiques.

Tous les projets auquel tu peux penser.

Tous les niveaux de prix que tu peux pratiquer, du no brainer à 20 balles jusqu’aux offres à plusieurs dizaines de milliers d’euros.

 

Bref…

 

Tu fais absolument ce que tu veux de ce que je viens de te dire.

 

Mais sache que c’est le dernier appel avant un très long confinement pour « Je créé tout le marketing d’une formation devant toi, de A à Z ».

(Et même pas dit que je trouve un jour le vaccin qui me donnera une bonne raison de la ressortir dans le futur)

 

Car sur les 60 clients à qui j’avais décidé de laisser accéder à la formation avant de tout boucler, 57 avaient pris leurs accès ce matin.

 

Ce qui ne laisse, you guessed it, que 3 places dispo.

 

Si tu veux sauter sur l’une d’entre elles ?

 

Envoie moi un mail avant qu’il ne soit trop tard, et dis moi combien tu es prêt à investir pour pouvoir accéder à la formation.

 

Et si tu ne t’es pas trop foutu de ma gueule par rapport à la valeur du truc, je t’envoie dans la foulée ton lien de règlement (possible en 2 fois), puis les épisodes déjà enregistrés, en attendant les autres qui vont vite s’enchainer.

 

Parce que oui, je vais tout te montrer, épisode par épisode, en filmant mon écran et en t’expliquant tout ce que je fais et pourquoi je le fais comme ça, de l’idée à tout le marketing rédigé pour vendre cette formation.

 

Justement pour que tu saches enfin vraiment comment s’y prend un copywriter pro pour créer de l’argent sur demande.

 

Greg

Ce que les marketeurs qui tapent les 100 ventes font différemment de ceux qui rament à en faire 10

Je le répète sans arrêt (et de plus en plus).

Mais toujours pas assez :

 

Ce que je cherche à faire pour toi avec mes formations ?

Ce n’est pas juste te donner des méthodes.

 

Te montrer les techniques qui fonctionnent.

Et te dire comment les utiliser.

 

Pour qu’elles marchent pour toi.

 

Non, le plus important de mon travail, c’est de t’apprendre à penser comme un marketeur de top niveau.

 

Pourquoi c’est si important ?

 

Tout simplement parce que ce n’est pas parce qu’on connaît les notes d’un piano, comment placer ses doigts et le solfège qu’on sait composer quelque chose qui va envoûter les foules.

 

Les méthodes que tu vois partout dans les formations en Mark et en Ting ?

(y compris dans les miennes)

 

Elles fonctionnent.

 

(Sinon ceux qui ne font que vendre des formations sur le sujet seraient retournés bosser à Mc Do depuis belle lurette)

 

Mais rarement telles qu’elles.

 

Et c’est bien normal.

 

Un exemple tout bête ?

La pub.

 

Oui, ça marche.

 

Mais bon courage pour obtenir de vrais bons résultats si ton titre et ton texte ne sont pas accrocheurs.

Que tu la diffuses en face des mauvaises personnes.

Ou si ce que tu proposes sur ta page d’inscription ne correspond pas à ce que veulent les gens.

 

Je sais, je sais :

Ca parait évident tout ça.

(et je pourrais te faire une liste interminable d’autres exemples du genre)

 

Pourtant ?

Dès que quelqu’un qui n’a pas encore des résultats intéressants me demande son avis sur son travail ?

C’est toujours ce qui ressort.

 

Et qui ressort tellement qu’il ne me faut que quelques secondes pour me rendre compte de l’étendue des dégâts.

Et c’est aussi le cas quand ils me demandent leur avis sur leurs pages de vente.

 

Les 3 quarts du temps ?

(Pour être gentil)

 

Une page de vente juste « adaptée » d’une super page de vente qu’ils ont vu quelque part.

 

Qu’ils ont juste modifié comme ils pouvaient pour qu’elle colle à leur offre.

 

Ou un argumentaire où ça se voit tellement qu’ils ont suivi une template que ce qui « ressort » le plus quand tu la lis, c’est la structure qu’ils ont suivi, justement.

 

En mode « là il faut que je parle du « problème », puis des «  fausses solutions » », etc, etc…

 

Le souci quand tu fais ça ?

 

C’est que tu vas surtout être enclin à mettre tout ton focus à chercher à remplir les trous.

Et à cocher les cases de ta check list, les unes après les autres.

 

Jusqu’à finir ta page de vente.

Et à te dire « Ok, j’ai bien mis tous les éléments qu’il faut ».

 

Au lieu de te poser, et de te demander ce que tu dois dire et mettre en avant pour rendre irrésistible pour les gens de ne pas lire la suite de ta page, puis de ne pas acheter.

 

Il faut d’ailleurs que je t’avoue quelque chose là-dessus :

 

Les meilleures pages de vente que j’ai rédigées dans ma carrière ?

Celles qui ont le plus converties ?

 

Elles n’ont jamais été rédigées en suivant à la lettre les structures de vente traditionnelles.

 

(Tu peux regarder des pages comme celles de Clients Flash ou Marketing Magnétique par exemple pour t’en rendre compte.

Toutes comme les meilleurs argumentaires de vente jamais rédigés dans l’histoire…)

 

Pourquoi ?

Simplement parce que si je suivais les structures classiques en 18 ou 20 points, je ne mettrais pas assez en avant ce qui va vraiment convaincre les gens d’acheter.

 

Et que je passerais trop de temps sur des points finalement pas si importants.

 

Car le gros truc, il est justement là :

 

Selon ce que tu vends (et à qui tu t’adresses), ce que tu veux mettre en avant pour vendre le plus possible ne va jamais être la même chose.

 

Tout va dépendre de ton offre spécifique.

De ce que tu vends derrière.

De ce que les gens savent ou non sur le sujet aujourd’hui.

De ce qu’ils croient.

De ce à quoi ils sont régulièrement exposés sur ta thématique.

 

Parfois ?

Tout va se jouer sur le fait de prouver ce que tu avances.

 

Dans d’autres cas ?

Le plus important va être de casser certaines objections.

Ou de montrer que tes trucs vont fonctionner aussi pour les gens qui vont te lire.

Alors que pour une autre offre, il faudrait que tu appuies bien plus sur la douleur qu’autre chose.

 

Et que pour vendre encore autre chose, que tu privilégies surtout ceci ou cela.

 

Et c’est exactement là, et nulle part ailleurs, que se situe la plus grosse différence entre les meilleurs marketeurs et tous les autres.

 

Et la différence aussi entre les formations qui font 100 ventes et celles qui n’en font que 3 ou 10.

 

On entre une méthode que tu peux vendre 200 balles, alors que tu ne pensais pas pouvoir dépasser les 37 euros sur ta thématique.

 

Bien sûr ?

 

Ça serait impossible pour moi de te dire sur quoi tu dois mettre le focus en toute priorité dans ta prochaine page de vente, sans passer tout le temps nécessaire à comprendre ce que tu vends, et à qui.

 

Ce que je peux faire, par contre ?

 

C’est te montrer comment te poser les bonnes questions pour que tu trouves facilement tes réponses.

 

Ainsi que les processus de réflexion que je suis à chaque fois que je dois vendre quelque chose.

 

Puis (et sans doute mieux encore)…

 

Comment je m’y prends une fois que j’ai mes réponses pour enchainer.

 

Et décider de mon offre.

Des modalités pour la rendre la plus irrésistible possible.

De mon tarif.

 

Et de comment je choisis de penser stratégiquement mon lancement.

 

Avec ce que je vais mettre dans ma page de vente et dans mes mails de lancement, pour obtenir les meilleurs résultats possibles.

 

Tout en t’expliquant où et quand je décide de faire chaque chose.

Et pourquoi.

 

Pour que tu puisses faire la même chose sur tes propres projets.

 

Jusqu’à même te montrer comment je rédige cette page de vente et ces différents mails de lancement.

 

Et ça ?

 

Sans que tu aies à me payer 1000 euros ou plus de l’heure ensemble en consulting ou un billet de 10k pour une immersion copywriting.

 

C’est pile l’objectif de ce que je lance en ce moment avec « Je créé tout le marketing d’une formation devant toi, de A à Z ».

 

(la formation la plus ambitieuse que je n’ai jamais créé, pour sûr)

 

Et puisqu’on parle d’objectif ?

 

Mon objectif pour toi, en te montrant tout ça au fil des épisodes où tu vas me voir tout faire, de l’idée à tout le marketing de ma prochaine formation rédigé intégralement…

 

C’est que tu deviennes après l’avoir suivie un marketeur capable de vendre bien plus que jamais jusqu’ici.

 

Quoi que tu vendes.

 

Jusqu’à peut-être taper des 100 ventes là quand tu en faisais 5, 10, ou 30 jusque là.

 

Ou vendre 2, 3 voire 5 fois plus cher qu’aujourd’hui.

 

(Quand tu sais être persuasif et montrer à quel point tes trucs vont aider les gens…)

 

Cette formation hors du commun ?

Qui peut autant aider les débutants à gagner des années que ceux qui tapent déjà dans les 7 chiffres ?

 

Je pourrais bien sûr la vendre plusieurs milliers d’euros.

 

Mais j’ai décidé de ne demander qu’une fraction seulement de ce prix là.

 

Par contre ?

Tu dois me faire ton offre par email.

 

Et si je l’accepte ?

Je renvoie ton lien pour la régler dans la foulée.

 

Puis les épisodes déjà enregistrés dès que c’est fait.

 

Mais vu que j’ai limité à 60 clients seulement le nombre de personnes qui vont pouvoir y accéder, avant de tout fermer pour un sacré bout de temps (si ce n’est à tout jamais, je verrais plus tard)…

 

… et que plus de 40 places ont déjà été pourvues au moment où je rédige ceci, n’espère pas pouvoir la suivre si tu ne m’écris pas genre pour hier..

 

En admettant qu’il ne soit pas déjà trop tard…

 

Greg