Le syndrome de la page blanche ? Mort et enterré !

C’est une question que l’on m’a reposée récemment. Une fois de plus…

 

Par un client cette fois, qui connaît tous les pans de mon activité. Les faces cachées de l’iceberg.

 

« Greg, comment fais-tu ? Comment tu t’y prends pour rédiger tant de pages de ventes, d’emailings, de contenus ? Tu attends que l’inspiration vienne, ou tu ne fais qu’écrire ? »

 

Sacrément bonne question.

 

C’est vrai qu’entre ce que je fais sur Life Stylers, mes autres sites et, surtout, les mailings et pages de vente que je crée pour mes clients, ça fait un paquet de caractères couchés sur écran chaque semaine.

 

(Ce n’est pas pour rien que j’ai autant travaillé pour créer Webmarketing 3.0 et ainsi m’éviter de nouvelles pages de ventes d’ailleurs…mais bref…)

 

Comment m’y prends-je (funky, ça !) ?

 

Suis-je juste une espèce de super rédacteur ?

 

Ai-je simplement l’inspiration facile ?

 

Est-ce que je passe toutes mes journées à écrire, Ecrire, ECRIRE ?

 

Non, non et non.

 

En fait, je déteste devoir rédiger (même si écrire est grisant, voire thérapeutique…). Et si je devais me comparer à d’autres copywriters, je devrais avouer que je suis juste une grosse feignasse qui passe plus de temps à glander ou à faire ce que j’ai envie au moment T qu’autre chose.

 

Mais j’ai un atout qui m’aide à gérer mon business.

 

Un secret qui rend l’écriture facile.

 

Et même… fun.

 

Vous voulez savoir ce que c’est ?

 

Ok, voici :

 

Je me donne la permission de NE PAS écrire.

 

Bizarre, n’est-ce pas ?

 

Mais c’est vrai : je me mets ZERO pression.

 

J’ai un objectif, comme écrire un mailing quotidien pour tel ou tel client, rédiger une publicité, une page de vente, etc…) mais je ne me force jamais à l’atteindre.

 

Je n’attends pas non plus d’être inspiré.

 

(Si je le faisais, je ne finirais jamais rien)

 

Au lieu de ça, je regarde juste ce que je veux accomplir. Me donne la permission complète de NE PAS le faire. Et,…Allez Luia ! (oui, écrit comme ça, j’aime bien) : les mots coulent (généralement) aussi facilement et sans effort que les mensonges des bouches des politiques.

 

Il s’agit simplement de s’enlever toute pression.

 

Bien sûr, j’ai d’autres astuces, comme des filtres pour savoir quel contenu créer.

 

J’en parlais d’ailleurs dans cette vidéo. Si vous vivez trop souvent le syndrome de la page blanche ou n’êtes pas certain de créer du contenu qui va aider votre audience, vous allez y trouver le remède.

 

En espérant que tout ça vous aide…

Et pour aller plus loin :

 

[hcshort id= »20″]

 

Non classé