Réussir sur le web sans quitter son canapé

Parfois, j’ai l’impression d’être un ours vivant dans sa grotte.

Pas que je sois un antisocial de nature (bien au contraire, même si j’ai, comme vous sans doute, besoin de beaucoup de temps pour moi).

Mais parce qu’on me pose très souvent des questions quant à mes fréquentations sur le web.

« Pourquoi ne vas-tu jamais dans les évènements ? Pourquoi on te voit si peu dans les groupes Facebook ? As-tu de vrais amis entrepreneurs ? »

Les réponses, en mode rafale :

– Pas envie

– Pas envie

– Non

Le truc, (et vous l’avez compris si vous vous êtes acoquiné avec ce que je partage depuis un moment) c’est qu’on a pas besoin de tout ça.

Les partenaires pour des gros lancements ?

Je ne sais pas pour vous mais je préfère faire 40k de ventes seul, en lançant mon produit dès que j’en ai l’idée et l’envie, que 150k avec des partenaires à qui je devrais en reverser la moitié, sans compter tout le travail de réseautage, d’organisation et d’administration que ça prend en plus.

Ce temps qui me permettrait de lancer un autre produit équivalent et de finalement gagner plus, en admettant que le blé soit mon unique motivation…

Aller dans les évènements ?

Pour faire quoi ? J’en parlais dans cette vidéo, je n’ai pas besoin de ça (et vous non plus !) pour que mes clients idéaux me trouvent et me contactent.

Et vu que les partenariats ne m’intéressent pas…

Vient finalement ce qui me paraît le plus intéressant : se faire des amis qui font la même chose que nous ?

Echanger entre « pairs » ?

Tout le monde dit le plus grand bien de ce genre de pratiques.

Il parait que ça permet de se soutenir, de se confier, de s’échanger des conseils, d’avoir des avis extérieurs pour améliorer notre travail.

Sans doute.

Mais il y a des façons bien plus simples d’obtenir ces mêmes résultats.

Gagner sa vie sur le web en étant nulle part ailleurs que dans l’esprit de nos prospects

Les meilleurs avis extérieurs qu’on puisse avoir sur notre travail, sur comment l’améliorer, sur comment vendre plus (etc, etc…) c’est TOUJOURS auprès de nos clients et de nos prospects IDEAUX (pas monsieur le touriste juste intéressé par de l’info gratuite en mode fast food, je précise) qu’on les aura.

Ninja en marketing ou pas, l’entrepreneur à 800K de CA annuel en saura toujours moins sur mon marché, sur mon audience que moi.

(A condition de vraiment bien travailler sur ce point, plus important que tout, bien sûr)

Le temps à passer, il est surtout là.

Avec nos clients et nos prospects.

Que ce soit sur le web, sur Skype, en coaching ou autour d’un verre.

Et rien ne nous empêche de leur poser directement des questions quand on a besoin (je le fais assez souvent).

Si on se spécialise bien comme il faut, si on a bien un positionnement unique, nos clients et prospects idéaux ne seront les mêmes que personne.

Ou, au moins, il ne viendront pas chez nous pour les mêmes choses que chez nos concurrents les plus directs chez qui ils peuvent aussi être clients.

Donc, l’avis de nos pairs…

Of course, il faut se former.

Mais pas besoin de traverser le pays pour ça.

Tout est disponible sur le web. Il faut juste trouver les bonnes formations.

Le bon coach.

Je trouve très juste cette citation qui dit qu’ »on est la moyenne des 5 personnes qu’on fréquente le plus ».

Ca ne veut pas dire pour autant qu’on ait besoin de les fréquenter « en vrai ».

Les 5 personnes que je fréquente le plus ?

Des formateurs en webmarketing américains et des auteurs.

Ils sont un peu chaque jour dans mon mac, mon casque ou mon Kindle.

Et vous pouvez faire exactement pareil que moi.

Si vous fréquentez les meilleurs, même virtuellement, très vite vous n’aurez plus besoin de conseils de gens qui ne sont sans doute pas MEILLEURS que vous.

Reste un truc.

Se soutenir. Se confier.

On a en tous besoin je crois, à plus ou moins haute dose.

On a tous des amis et de la famille pour ça (et si ils n’y connaissent rien et ne peuvent nous conseiller, ce n’est pas grave : souvent on a plus besoin de dire les choses à quelqu’un qui nous écoute que d’une vraie réponse)

Parce que la vraie question est, selon moi, ailleurs.

La question est « ai-je ce qu’il faut pour être indépendant ? »

(je n’écris pas entrepreneur, car j’ai vraiment du mal avec ce terme et ne me considère pas comme tel. Je suis juste quelqu’un qui cherche à aider les gens qui se passionnent pour les mêmes choses que moi et à gagner ma vie avec ça en étant le plus libre possible,  et pas un entrepreneur « dans l’âme » qui lance projet sur projet pour battre tous les records de CA)

Avez-vous besoin de permission ?

De validation permanente ?

Qu’est-ce qui vous empêche de sortir vos contenus et vos produits, à votre sauce, selon vos propres règles et de voir à qui ça plaît ?

Pas besoin d’avoir 10 000 ou 100 000 personnes dans votre audience pour très bien vivre du web.

On se lâche, on fait notre truc et le reste, on le laisse aux autres.

Les évènements, les partenariats, les centaines de likes sur les réseaux sociaux comme tous les engrais à égo.

Tous ces trucs là, il ne font pas avancer nos business.

Enfin si, mais ils sont tous remplaçables par des stratégies qui prennent beaucoup moins de temps.

Alors qu’on a tout ce qu’il faut sous la main pour créer, partager et promouvoir nos contenus, sans bouger de notre canap’.

Je sais pas pour toi, mais quand je le quitte c’est que j’ai de vrais amis à voir, d’autres passions à assouvir et des vraies tranches de vie à kiffer…

Et le quitter, je veux pouvoir le faire souvent. Sans avoir de comptes à rendre à quiconque.

Positionner ses tarifs avec un produit ultra cher qu’on ne cherche pas à vendre, une bonne idée ?

Une question super intéressante de David :

« Greg, que penses-tu de cette stratégie de positionnement :

On met en vente un produit hyper cher (trop cher pour que les gens l’achètent) non pas pour le vendre mais pour montrer que nos produits et prestations sont de très grande qualité et ainsi vendre plus ce qu’on va créer par la suite.

Selon toi, ça fonctionne bien ? Qu’en penses-tu ? »

Très bonne question my dear.

C’est borderline comme technique je trouve (limite manipulation) mais oui, c’est une stratégie de pricing testée et validée depuis des lustres en marketing.

Une chose est sûre : le cerveau humain associe TOUJOURS un prix élevé avec une qualité supérieure (même si rien d’autre ne le démontre).

C’est donc tout sauf une mauvaise idée de pratiquer des tarifs plus élevés que la concurrence, déjà.

Après, il faut bien faire attention à ce qu’on fait avec ce genre de tarification.

Parce que si tu ne veux vraiment pas vendre ce produit, il va vraiment falloir le vendre TRES cher (ne jamais oublier qu’une petite partie de nos prospects est prête à dépenser BEAUCOUP).

Mais il ne faut pas tomber dans le positionnement de ses tarifs juste pour le positionnement de ses tarifs.

Si tu proposes un coaching d’une journée à 20 000 euros ou une formation à 10 000 euros par exemple, il va vraiment falloir promouvoir ces offres là comme si tu cherchais à les vendre pour rester crédible.

Ca veut dire de façon beaucoup plus intensive que pour un produit lambda qu’on vend à 100 ou 200€.

Et ça, ça demande du travail.

Même si au bout du compte tu n’en vends pas et que tu ne crées pas le produit en question.

Ensuite, pour que cette stratégie fonctionne bien et surfer sur la vague, il faut proposer un autre produit dans la foulée.

Plus cher que la plupart des produits là aussi, mais accessible.

Que les gens peuvent se payer.

C’est un peu la même idée que de proposer un produit à 2000 euros (par exemple), que peu vont pouvoir investir d’un coup. De vraiment donner envie aux gens de l’avoir (mais ils ne peuvent pas), puis hop, miracle, quelques jours après, on leur propose des facilités de paiement sous forme de mensualités (comme par hasard) pour que là, ils sautent sur l’offre.

Car il faut profiter de cet effet « wow, le type propose un produit à 20 000 euros, c’est vraiment que son expertise et son contenu doit être vraiment excellent ! » pendant que ton audience a ça en tête.

2 options pour ça :

– Faire la promotion de façon perpétuelle de cette offre hors de prix, et promouvoir dans la foulée un produit premium dans son tunnel de vente, en automatique.

– Ou le faire de façon chronologique, sans tunnel, mais avec un maximum un mois d’écart entre les 2 offres.

Ce que je ferais si je devais utiliser cette stratégie :

(Ce que je ne ferais pas car ça ne correspond pas à mes valeurs et que je trouve ça vraiment trop irrespectueux vis-à-vis de nos prospects, MEME SI c’est bien fait et qu’ils ne s’en rendent pas compte)

Je planifierai vraiment le meilleur produit que je puisse proposer (celui que je veux vendre donc) avant toute chose.

Puis, je créerais cette offre de positionnement  que personne ne peut s’offrir.

Je ferais autant de promo sur cette dernière que sur celle que je vais vouloir vendre.

Et je sortirais les deux quasiment dans la foulée.

(Et j’irais prier pour que personne n’achète le produit que je ne veux pas vendre, aussi !).

Si tu NE VEUX PAS vendre de coaching dans le futur, proposer une heure de coaching à 5000€ ou une journée à 25 000€ est moins risqué que de proposer un produit qui demande beaucoup de travail.

Car si un taré l’achète, au moins, tu peux assurer le truc derrière…

A ce sujet, je dois vous avouer un truc : j’ai pensé un moment faire ça avec 99 jours dans la tête d’un marketeur pro.

Pourquoi ?

Parce qu’entre le moment où j’ai lancé le truc sur Life Stylers (et le pré lancement du produit) et sa sortie, j’ai pris 2 clients dont je me charge de tout le marketing.

Des offres dures à refuser mais qui, du coup, m’ont rajouté une dose de travail incroyable pour cette année.

Et à un moment, j’avoue, je me suis dit que ça allait faire beaucoup trop de taf.

Et j’ai alors songé à vendre 99 jours dans la tête d’un marketeur pro à 25 000 euros.

Vu l’offre et vu que personne n’a jamais proposé un truc pareil, ça n’aurait pas été si choquant que ça comme tarif.

Mais bon, c’est pas dans ma personnalité déjà de vendre des trucs hors de prix, et j’avais vraiment trop envie de le faire et de partager ça avec mes clients….

Pour me poser vos questions : http://lifestylers.fr/je-reponds-a-vos-questions-en-video/

Comment créer du contenu qui marque et se remarque

Vous avez vu ça aussi ???!!!

Même les gourous du webmarketing se sont mis à parler de l’importance du contenu depuis quelques mois !!!

Bon, je taquine un peu, mais c’est vrai.

Normalement, ce qu’ils vous vendent, c’est des techniques.

Parce que c’est sexy, accrocheur et que… ça vend, tout bêtement.

Même tous ceux qui se sont lancés dans le format « vlogging » en sont revenus…

Ils ont fini par remarquer que pour vendre, c’était bien joli de montrer sa life (et là, on est d’accord : être authentique et vraiment soi-même est l’un des meilleurs moyens de fidéliser une audience qui nous ressemble) mais que ça ne suffisait pas.

Regardez l’évolution des contenus de ces gens-là ces derniers temps. Ils reviennent de plus en plus à apporter de la valeur dans leurs vidéos.

En gros, à partager du « vrai » contenu.

Parce que montrer uniquement sa vie, ça ne vend forcément pas autant que d’apporter de la valeur d’abord.

Oui, c’est top pour créer un lien, une relation.

Mais, si on vend des formations sur le webmarketing (par exemple), comment être crédible, prouver son expertise et convaincre qu’on est la meilleure personne pour nous aider à obtenir des résultats avec notre site si on passe son temps à se dorer la pilule sur la plage, boire des cocktails et faire, en gros, un peu près tout sauf ce qu’on vend ?

Après, il y a le cas de figure totalement inverse.

Et il ne fonctionne pas mieux.

C’est le cas de ceux qui ne font que donner beaucoup de valeur, de techniques, d’astuces pour réussir.

Mais de façon froide, sans âme.

(Pour ne pas dire totalement chiante).

Le souci avec ça, c’est que ça n’émeut pas les foules, ça ne surprend personne (généralement 90% des blogueurs sur une thématique partagent les mêmes choses, en boucle).

Et ça n’aide pas à tisser une relation quand on joue un rôle ou qu’on ne se lâche pas et qu’on n’ose pas être soi-même à 100%.

Le meilleur mix (et je vous saoule avec ça depuis au moins 2 ans), c’est justement de mixer les deux approches.

Apporter du contenu de top qualité, tout en étant soi-même.

Et tant pis si on n’est pas parfait (ou devrais-je dire, tant mieux !).

Le meilleur mix, c’est l’infotainment.

Soit de mélanger contenu et divertissement.

Parce qu’on a rarement envie de se taper quelque chose de trop sérieux, trop « tutoriel », trop « formation » quand on consulte du contenu sur le web.

Ce qu’on veut, c’est apprendre des choses qui nous aident, tout en passant un bon moment.

Et c’est exactement les contenus qui fonctionnent le mieux sur la toile aujourd’hui.

Surtout alors qu’on a, chaque jour, encore plus le choix de cliquer ailleurs, et d’aller voir ce que font les concurrents, ou les derniers exploits du chaton qui fait du skateboard dans la vidéo juste au-dessus sur Facebook…

Pourquoi y compris les experts en webmarketing aujourd’hui parlent (enfin !!!) plus de contenu que de tout le reste ?

Parce que c’est essentiel, tout simplement.

Sans bon contenu, tout ce que vous pourrez bien faire ensuite ne servira strictement à rien.

C’est exactement le même principe que pour vos titres d’articles ou de vidéos.

Si vos titres sont pourris, si ils ne ne suscitent pas la curiosité de vos prospects cibles (qui doivent d’ailleurs comprendre dès le titre que ce contenu, il est vraiment pour eux !)…

… vous aurez beau faire le meilleur contenu du monde.

Personne, ou presque, n’en saura jamais rien.

Puisque personne ne cliquera pour le voir.

Avec le contenu, c’est exactement la même chose.

A quoi ça sert de promouvoir un contenu, d’investir en publicité, de proposer des choses pour que les gens rejoignent votre mailing liste, etc, etc…(de faire n’importe quoi qui soit des techniques marketing en fait)…

… si votre contenu n’est pas bon ?

A rien.

Strictement à rien.

La qualité du contenu, c’est la base de tout.

Le premier chaînon indispensable pour que tout le reste soit possible.

J’en avais parlé à l’époque : lorsque j’ai créé Life Stylers, il s’est passé un an et demi avant que je fasse la moindre publicité pour mettre mes trucs en avant sur Facebook.

Est-ce que ça m’a empêché de me faire connaître, de fidéliser une audience, de vendre ?

Absolument pas.

Car la qualité du contenu était là. Au moins assez pour atteindre mes objectifs.

Le truc avec les techniques marketing, c’est que, bien sûr, elles sont très importantes pour réussir.

Mais ce ne sont que des amplificateurs de résultats.

Des multiplicateurs.

Si notre contenu est zéro, on aura beau faire tout ce qu’il y a de mieux en stratégies marketing derrière, ça restera toujours zéro.

1x 0 ou 10 000 x 0, ça fait toujours…0.

Alors…

Comment créer du contenu qui marque et qui se remarque ?

Du contenu qui va vraiment accrocher l’attention ?

Du contenu qui va à la fois convaincre vos prospects de votre expertise, et vous permettre de tisser une relation quasi amicale avec eux ?

Du contenu qui va vous permettre de vous faire remarquer (et que les gens cliquent sur vos liens !) et de fidéliser ces nouveaux visiteurs, jusqu’à ce qu’ils soient ravis d’acheter vos produits et services ?

En changeant totalement d’approche !

En osant lâcher les chevaux, enfin.

(Ce n’est vraiment pas difficile, et surtout, quel pied de créer du contenu quand on est vraiment soi-même et qu’on s’amuse à le faire !)

L’enthousiasme, le plaisir, c’est vraiment communicatif. Vos visiteurs le remarquent, en un clin d’oeil.

Mais pas seulement en étant enfin vous-même.

Ce qu’on va faire ensemble, c’est surtout totalement transformer votre façon de « penser » contenu.

Car le principal souci aujourd’hui, c’est que tous les contenus se ressemblent.

Sur toutes les thématiques, c’est la même chose : tout le monde parle des mêmes sujets, plus ou moins de la même manière.

Comment marquer les esprits et se faire remarquer quand on fait pareil que tout le monde ?

C’est presque impossible, hormis en faisant accrocher les gens sur notre personnalité (et pour ça, il faut être soi-même, on y revient toujours).

D’ailleurs, vous avez dû le remarquer, souvent, à niveau de contenu plus ou moins égal, on suit ceux avec qui on prend du bon temps. Ceux avec qui on accroche. Ceux qui nous inspirent le plus, ceux qui nous motivent.

(Ou tout simplement ceux dont la tête nous revient le plus).

Ce qu’on va faire, c’est qu’on va aller beaucoup plus loin que ça vous et moi.

On va non seulement, de façon très simple, injecter votre personnalité dans tout ce que vous faîtes (vidéo, emailings, textes, etc…), mais surtout on se concentrer sur ce pourquoi vous êtes le meilleur, et uniquement ça.

On va aussi totalement changer votre façon de trouver vos idées de contenus.

Puisque le meilleur moyen d’attirer l’attention, de se faire remarquer et de marquer les esprits est, forcément, de proposer des choses totalement différentes de tout ce que font les autres, on va virer tout le déjà vu, pour se focaliser uniquement sur ce qui vous rend différent.

Et…largement meilleur que vos concurrents.

Parce qu’en choisissant uniquement de traiter les sujets exacts sur lesquels vous êtes le meilleur, le plus passionné, le plus calé, et en laissant le déjà vu partout à tous les autres, vous allez ressortir du lot 100 fois plus vite (et c’est logique).

Dans la nouvelle formation que je viens de créer, je vais vous montrer, étape par étape, comment enfin créer du contenu de qualité, qui marque les esprits quand on les consulte (et qui donne envie de revenir) et qui se fait remarquer là où vous les publiez (notamment là où il y a le plus de trafic mais aussi de concurrence : sur Facebook et YouTube).

Je vais vous dévoiler toutes mes astuces de copywriter pro pour créer des titres sur lesquels il est douloureux de ne pas cliquer…

Je vais vous montrer comment (et où !) trouver des idées de contenus que vos concurrents n’auront jamais.

On va aussi voir ensemble, bien sûr, comment organiser votre contenu gratuit et votre contenu payant (vous allez ne plus jamais être embêté par ce problème, et même pouvoir jouer du gratuit plus que jamais jusqu’ici pour vendre plus vos produits).

Vous allez aussi découvrir mes meilleures techniques pour…

miser sur votre différence (et l’amplifier) pour séduire une audience de passionnés, prêt à vous suivre longtemps et à acheter chez vous (et pas qu’une fois) 100 fois plus vite qu’avec les stratégies de contenu traditionnelles

être vous-même et séduire l’audience qui vous ressemble, celle avec qui vous avez envie de travailler (et de boire un verre), sans avoir à mettre une perruque et un nez de clown (le principe n’est pas de devenir comique, mais juste que votre audience passe du bon temps avec vous)

comment mixer information et divertissement, pour toujours surprendre vos visiteurs, et leur donner envie de cliquer sur vos mailings et contenus AVANT ceux de tous les autres

rédiger des textes qui divertissent, apportent de la valeur, fidélisent et vendent (et comment faire exactement la même chose en vidéo)

la seule structure de contenu (elle tient en seulement 5 points) à suivre pour accrocher l’attention, faire passer vos idées, convaincre et inciter vos prospects à faire ce que vous voulez qu’ils fassent

vous fixer les bons objectifs pour chaque contenu que vous publiez, placer votre contenu de façon stratégique dans votre calendrier de publication, pour obtenir un maximum d’inscrits, de ventes, de partages (et quand et comment varier vos objectifs pour chaque contenu de façon à obtenir de très bons résultats à tous les niveaux)

et bien plus encore….

Pour accédez à la formation « Créer du contenu qui marque et qui se remarque » tout de suite, cliquez ici

(Comme d’habitude, le tarif augmente chaque jour)

Greg