Si toi, glander sous les cocotiers, ça te tente…

Tbilissi, Géorgie…

Petit café en terrasse à essayer de répondre à mes 100 mails de retard (damn !) quand je tombe sur celui-ci de Yann, récent membre de la MMS :

“Hello Greg, 

Je veux bien recevoir la formation offerte sur l’international.

Pour les places de coaching, pas assez de temps malheureusement pour le moment pour faire ça sérieusement (#bebe) donc je laisse ma place à quelqu’un qui en tirera un meilleur bénéfice.

Et au fait, t’es chiant, avec ta formation emailing 3.0, j’ai 27 nouvelles idées de bizz par jours…

(J’ai commencé à appliquer sur certains emails de mon site existant : ça a déclenché des ventes sur des produits qu’on n’avait jamais vendu !)

Bon voyage l’ami et au plaisir de se croiser un de ces 4 dans le plus beau pays du monde (évidemment je parle du Morbihan !)”

Bon, alors voyons voir :

1/ Je ne suis pas sectaire : le plus beau pays du monde n’est pas le Morbihan. Mais toute la Bretagne (la vraie, à 5 départements, avec Nantes comme capitale. Of course.

2/ Le coup des 27 idées de business par jour, je connais…

Faut dire que ça va tellement vite quand tu as pris le rythme de claquer des mails fun et divertissants à la Emailing 3.0 mais qui vendent plus que les mails bourrins qu’on voit partout qu’on est vite tenté de se rajouter des business en effet !

Pile comme on est vite tenté de se rajouter des projets sans cesse ou de simplement partir dans tous les sens quand on bosse sur interoueb…

Alors, je ne suis vraiment pas bien placé pour dire qu’il ne faut pas gérer trop de projets en même temps vu le nombre de business sur lesquels je sévis.

(5 à temps plein en comptant les 3 des clients dont je fais tout le marketing et mon site anglophone, même si ce dernier est complètement automatisé depuis près d’un an, et toujours l’équivalent d’un ou deux en plus avec les commandes clients qui tombent)

Même si techniquement, hormis la création de produits et les argumentaires de ventes, c’est vraiment juste 10 minutes par jour par projet.

Une idée de mail.

Le rédiger.

Et le programmer dans ton autorépondeur.

Et c’est là que du coup, on est vite tenté de s’en rajouter.

Mon conseil quand même dans ces cas là ?

S’assurer du potentiel du marché.

(Idéalement d’être sur une grosse thématique, qui intéresse beaucoup de monde, comme je l’ai fait avec le jardin).

Et d’être sur une thématique evergreen.

Où les conseils que tu donnes ne changent pas tous les 4 matins à cause de l’évolution des technologies par exemple.

Là, ça peut franchement valoir le coup de s’y mettre.

Parce que tu peux tout automatiser derrière.

Et faire du Emailing 3.0, mais en mode grande séquence automatique où tu cales tout dans ton auto répondeur et tu laisses tourner tranquillement le truc.

Tu as juste à suivre tes publicités, au pire.

(Et encore, si tu veux vraiment pas t’embêter, tu fais appel à un media buyer comme je m’explique dans Objectif 1000€ par jour en automatique)

Dans les faits, ça revient à faire ça, pour avoir un business qui tourne tout seul et ne plus avoir qu’à compter les ventes qui tombent :

– Tu créés 2 ou 3 produits (j’ai fait 3 formations sur mon projet, et je ne compte pas en rajouter)

– Tu rédiges des mails dès que tu as une bonne idée, tu fais un lien à la fin vers l’une de tes pages de vente, et tu les ajoutes dans ta séquence.

– Tu crées une bonne page sur laquelle envoyer le trafic que tu commandes, pour que les gens s’inscrivent sur ta liste et commencent à recevoir tes mailings quotidiens

– Au fur et à mesure, tu vois quels mails vendent le mieux, et quels mails tu peux virer de ta séquence

– Tu en testes de nouveaux

– Et une fois que tu es content, tu fais ce que tu veux.

Comme t’occuper de ton #bebe ou passer en mode #mojitosouslescocotiers.

Perso, depuis un an, tout ce que je fais est plus parce que j’adore faire du Mark ou du Ting qu’autre chose.

Parce que je pourrais LARGEMENT vivre uniquement de ce projet là uniquement.

Et tout arrêter.

Mais bon, les bébés et les mojitos, je pense que je m’en lasserais vite :-P

Si cette voie te tente, c’est sur cette page que je t’explique de A à Z comment j’ai fait pour mon site anglophone :

http://lifestylers.fr/objectif-1000e-par-jour-vraiment-en-automatique/

 

Greg

Définir où vivre (et où installer ta société à l’étranger) : l’erreur que tout le monde fait

Aéroport d’Istanbul Ataturk, 4h du mat’…

Me voilà à attendre un énième vol pas prévu pour finalement arriver à destination.

Ce qui aurait déjà du être le cas, mais vu qu’Air France me fait systématiquement rater toutes mes correspondances…

Ca me fait penser à ces éternelles histoires de choix géographique.

De questions fiscales.

Et bien sûr d’où aller pour trouver un meilleur mode de vie que chez soi.

Je suis le premier à avouer que l’herbe n’est pas forcément plus verte ailleurs.

(Bon, sauf niveau impôts hein, si tu es français, parce que là tu peux faire toute la mappemonde et ne jamais trouver pire).

Mais il faut aussi se rendre compte qu’on n’est pas vraiment objectif sur ce qu’on a chez nous.

Et qu’on a tendance à croire que tout est mieux, vu qu’on est né à l’Ouest.

Bon, prendre l’exemple d’Air France pour illustrer ça serait un peu trop facile.

Parce que pour surpayer un service catastrophique, là encore, c’est difficile de trouver pire.

Mais tu vois l’idée je pense.

Mon avis ?

C’est que croire que tout est mieux ailleurs est une grosse erreur.

Autant que de croire que tout est mieux chez nous.

Aussi, il n’y aucun endroit parfait.

Il y aura toujours quelque chose qui va te manquer.

Ou quelque chose qui sera mieux ailleurs, où que tu ailles.

C’est pour ça qu’à mon sens le mieux est de pouvoir vivre où tu veux, quand tu veux.

(Une de mes obsessions depuis des années, maintenant transformée en réalité)

Et de pouvoir te rendre là où tu es le mieux traité, en fonction de ce que tu recherches, à chaque moment.

Ras le bol de l’hiver ?

Bim, un vol et tu le passes en Asie ou en Amérique centrale.

Et tu vis toujours en été, si c’est ce que tu recherches.

Tu as ta dose d’exotisme là, et tu sens que tu as besoin d’un peu de confort, et de te poser quelques temps ?

Pas de souci, en moins d’une journée (si tu ne voles pas avec Air France^^), tu es où tu veux sur Terre.

Et tu peux te poser dans un appart sympa quelques mois.

Besoin d’une vie sociale plus riche ces jours-ci, ou de retrouver les tiens ?

Idem, pas de souci.

Un vol et tu rentres chez toi quelques temps.

Ou tu vas retrouver tes amis où qu’ils soient.

Bon, je pourrais remplir des semaines de mailings d’exemples comme ceux là, mais je pense que tu vois l’idée.

Le fait est que tout est possible.

Y compris si tu as des enfants (même si bien sûr, ça restreint un peu la flexibilité et demande un peu d’organisation).

Surtout ?

Ca ne coûte pas plus cher.

Bien au contraire.

Si tu es français par exemple, ce mode de vie là, il est financé rien que parce que tu économises en impôts.

Et très largement.

Sans parler des options de géo arbitrage qu’on a pour se rendre dans des pays où tout est nettement moins cher que de rester chez soi.

Après, c’est vraiment à chacun de voir en fonction de ses goûts et de ses critères personnels.

Ce que fait Machin qui part s’installer à l’île Maurice n’est sans doute pas pour toi.

Comme mettre ta boîte à Malte ou en Estonie n’est sans doute pas pour toi non plus.

Ce qu’il faut faire ?

C’est voir le puzzle en entier.

Et commencer par se poser la question la plus importante…

Pour certaines personnes, il vaudra mieux s’installer de façon plus stable avec les gamins dans un endroit où toute la famille sera mieux traitée (avec une bonne école internationale, une communauté d’expats, et tout ce qu’il faut à disposition par exemple)

Pour d’autres, il faudra chercher un mix entre vivre à cheval sur 2 pays, comme je l’ai fait avec la Serbie et la Bretagne pendant un an.

Et voyager de là quand l’envie les prend.

Pendant que certains voudront pouvoir aller où ils veulent, quand ils veulent, sans avoir à passer de minimum de temps où que ce soit.

(Comme je le fais désormais).

Ou peut-être, que ce qu’il te faut toi, c’est une base pas trop loin de chez toi, pour simplement arrêter de redonner 50 à 70% du fruit de ton taf à l’Etat, et pouvoir rentrer quand tu veux, en moins de 2 heures de vol.

Les options sont infinies.

Et la bonne nouvelle, c’est que tout est possible.

Légalement.

Les plus gros problèmes que je vois ?

C’est que les gens cherchent où s’installer en fonction des pays à la fiscalité avantageuse.

Et ne regardent du coup que les Malte, Maurice, Panama et compagnie.

Alors que tu peux aller exactement où tu veux et payer très peu d’impôts (ou même 0) avec le bon montage.

Et, surtout, qu’ils ne cherchent pas à commencer par le plus important :

Choisir l’endroit qui les attire le plus.

Où ils se sentiront bien.

Mon meilleur conseil ?

C’est de définir où aller en fonction du mode de vie que tu veux, et qui te correspond.

Et seulement ensuite de monter un plan d’optimisation internationale pour rendre tout ce que tu veux possible.

Et surtout pas l’inverse.

Je vais mettre tout ce qui peut t’aider là-dessus dans ma prochaine formation, International (Wo)Man.

Avec tout ce que j’ai découvert en ayant mis en place mes propres montages…

… investi des dizaines de milliers d’euros depuis l’an dernier en avocats et pour me faire aider par les meilleurs spécialistes sur la question…

et rencontré des dizaines et dizaines de personnes un peu partout ayant mis en place leur plan international pour faire financer leur mode de vie idéal à eux, quelques soient leurs contraintes de départ…

Je me rends compte qu’il y a tellement à dire et à te montrer que ça va être une formation bien plus dense que d’habitude.

Je ne sais pas encore combien de temps elle va durer.

Ni à quel tarif je vais la proposer.

Mais ça sera forcément plus rentable d’être membre de la MMS pour y accéder.

Inscription ici si ça te tente :

http://lifestylers.fr/marketing-master-school/

 

Greg

C’est de la triche, mais ça cartonne !

Gros souci pour la plupart des gens qui bossent sur interoueb ?

Surtout quand on débute…

Qu’on n’est pas encore connu…

Que le bouche à oreille ne s’est pas encore mis en route…

Ou qu’on a pas encore de grosses références ou de témoignages clients (vraiment) convaincants ou de résultats qui parlent pour nous ?

C’est qu’on est pas crédible.

Même si on est bon.

Même si on s’y connaît à fond et qu’on est finalement meilleur que les références dans notre domaine.

Même si on est vraiment capable d’aider les gens à résoudre leurs problèmes et atteindre leurs objectifs.

Et c’est pareil quoi qu’on vende (produits d’informations, produits physiques en E-Commerce, coaching, prestation de service, évènementiel, bref..ce que tu veux).

Les gens tombent sur nos publicités.

Nos landing pages.

Ou notre site.

Et se demandent pourquoi ils devraient nous laisser leur adresse mail (même si on leur promet monts et merveilles).

Et pourquoi ils devraient bien acheter chez nous.

Parce que oui, les gens sont sceptiques.

De plus en plus sceptiques.

(Et chaque jour encore plus à force d’être exposés à tout un tas de m****)

C’est pour ça que la preuve sociale marche si bien.

Quand les gens voient des gros chiffres.

Quand les gens voient qu’il y a des avis positifs, des commentaires, bref, de la vie, derrière ce que tu publies.

(Sur ta pub Facebook, tes vidéos YouTube, etc…)

Une vidéo avec 100 000 vues rend celui qui l’a créée tout de suite plus crédible aux yeux des gens qu’une vidéo avec 36 pauvres vues.

Même la dernière est bien plus qualitative.

Et pas faite par un charlot.

C’est dommage, mais c’est la nature humaine.

Heureusement ?

Il y a plein de moyens de tricher pour convaincre les plus sceptiques.

Dès qu’ils tombent sur tes publicités ou ta page d’inscription.

En jouant sur les mots, avec un excellent copywriting par exemple.

Mais il y aussi une technique de taré qui permet de PROUVER qu’on est crédible, dès notre pub ou notre page d’inscription.

Elle a été inventée par Tonton Gary (Halbert).

Le meilleur marketeur de tous les temps.

Ce qu’il a fait pour ancrer dans l’esprit des gens que c’était le meilleur copywriter, à ses débuts (avant de vraiment le devenir, donc) ?

C’est qu’il a détourné les médias d’une façon un peu spéciale.

De façon à pouvoir mettre dans ses futures annonces qu’il était “le meilleur copywriter du monde”.

Et que c’était indiqué dans tel et tel journaux hyper connus (comme le New York Times).

Le truc ?

C’est que tu peux faire exactement pareil sur le web aujourd’hui.

Imagine :

Tu as ton site.

Et tu peux mettre partout du “Comme vu sur XXX”, avec les noms des sites les plus connus sur ta thématique.

Les trucs que tout le monde connaît.

(Même chose avec les magazines les plus lus sur ton domaine d’ailleurs).

Est-ce que tu n’augmenterais pas tout de suite le nombre d’inscriptions des gens qui voient tes publicités, tes pages d’inscriptions, ou qui visitent ton site ?

Et, du coup, est-ce que tu ne baisserait clairement pas tes coûts par nouvel inscrit ?

Est-ce que tu ne vendrais pas ensuite beaucoup plus vite ?

Bien sûr que oui.

(Je suis en train d’appliquer cette méthode sur mon site de jardinage, d’ailleurs)

Je sais :

C’est de la triche.

Mais ça cartonne…

La (double) bonne nouvelle ?

C’est que ça coûte quasiment rien de faire ça, d’une part.

Et que je te montre exactement comment t’y prendre dans la nouvelle édition de la formation papier “Dans la tête d’un Copywriter Pro” qui sera expédiée dès la semaine prochaine aux membres de la MMS.

Aussi au programme ?

Toutes mes autres meilleures méthodes (et un maximum d’exemples de copywriting expliqués pour que tu puisses les adapter à ton projet à toi) pour convaincre les gens qui ne te connaissent pas encore de s’inscrire, et d’acheter chez toi.

Pour que tu vendes encore plus vite, et puisses ré investir encore plus en pub pour faire grossir ton business, avec de meilleures marges.

Pour la recevoir ?

Tu dois être membre de la MMS avant ce dimanche soir.

Inscription ici :

http://lifestylers.fr/marketing-master-school/

 

Greg

PS : Et en bonus (exceptionnellement) si tu t’inscrits tant qu’il est encore temps, comme je te disais hier :

ma formation sur l’optimisation fiscale internationale et la création de société à l’étranger.

En plus de ma formation Emailing 3.0.

Optimisation fiscale internationale, formation offerte et 3 places en coaching

Un retour comme j’en ai reçu un paquet suite à mes news sur mon changement de résidence fiscale de Mr et Mme Padawans Jean Rémy et Johanna :

“Salut Greg c’est top ce que tu partages.

Comment mettre en place un système qui marche malgré l’évolution de toutes les lois pour mettre a l’abri son business et disposer  de plus de cash pour les siens et pour les projets qui nous tiennent à coeur ( qu’ils soient en ligne ou hors ligne) ?

Parce qu’effectivement voyager tout le temps ce qui pourrait être la solution entraîne pas mal de contraintes ( surtout quand on a une famille avec des enfants en bas âge ).

Tes conseils sont toujours pleins de sens, et vont droit à l’essentiel.

Du coup on peut se poser les bonnes questions.

(D’ailleurs  depuis qu’on a fait notre coaching avec toi en début d’année c’est ce qui a le plus aidé ).

Et y’a pas à dire ça a changé notre vision du business, de comment on prend la vie

…mais plus que ça nos résultats 

( passé de -3000€ a une opération à 5 chiffres 4 mois plus tard pour s’être posé les bonnes questions , c’est juste wow).

Du coup la question du jour que tu soulèves tombe à point : comment mettre a l’abri du pays du racket ( j’étais plié en lisant ça tellement c’est ce que l’on ressent en ce moment) le fruit de ces efforts pour mieux servir nos clients ( et nos enfants au passage)?

As tu prévu de partager cette expérience de création de systèmes Légaux Avec l’essentiel sans les détails inutiles ( comme pour le RGPD dans ta dernière formation de la MMS ).

En tout cas merci pour tes conseils .

Jean Rémy Et Johanna” 

My pleasure sweeties !

Et félicitations pour vos résultats suite au coaching, ça fait toujours plaisir :-)))

Alors, répondons à ces quelques questions qui reviennent sans arrêt :

J’avais créé l’an dernier une formation sur le sujet de l’optimisation internationale (mais pas que).

La présentation est sur cette page, mais ne l’achète pas via ce lien…

Le truc, même si tous les grands principes sont là, c’est que j’ai découvert tellement de choses sur le sujet depuis que je l’ai enregistrée qu’il faut vraiment que j’en fasse une nouvelle, intégralement sur le sujet cette fois.

(Et aussi parce que certains trucs sont entrés en vigueur depuis)

N’empêche que si tu dois vite monter ta société à l’étranger, elle peut déjà vraiment t’aider, en attendant la nouvelle version que je vais sortir dans les semaines qui viennent.

Du coup, je ne compte plus la vendre.

Mais j’ai décidé de l’offrir aux membres de la Marketing Master School que ça intéresse.

Si tu es membre de la MMS donc ?

Envoie-moi un petit mail, et je t’enverrais tes accès par retour.

Si tu n’est pas encore membre ?

Tu peux t’inscrire maintenant via cette page, et je vais t’envoyer à toi aussi cette formation en plus d’Emailing 3.0 déjà offerte en bonus à l’inscription et de la nouvelle formation papier spéciale copywriting et emailing qui sera expédiée la semaine prochaine.

Ensuite ?

Les membres recevront, comme d’hab’, la nouvelle formation complète sur le sujet dès qu’elle sera enregistrée.

Vous êtes aussi nombreux à me demander si j’ai des nouveaux créneaux disponibles en coaching…

Oui, quelques uns.

Juste 3 pour être précis.

(Je ferais peut-être une pause en août vu que je serai en pleine savane et que je suis pas sûr d’avoir un web suffisamment bon, mais on peut déjà se caler 2 ou 3 sessions pour bien faire avancer ton business d’ici là, avant de reprendre si tu as toujours besoin de mon aide pour augmenter tes ventes en septembre).

Si ça t’intéresse ?

Envoie moi un simple mail avec tes besoins, tes problématiques, ce que tu fais, la taille de ta liste, ce que tu as à vendre, ton CA actuel, tes objectifs et pourquoi tu veux bosser avec moi.

Vu que je ne peux prendre que 3 nouveaux clients (et que je respecte mes engagements), la priorité sera donnée aux membres actifs de la MMS.

N’hésite donc pas à t’inscrire ici si tu ne fais pas encore partie de mes Padawans.

Possible que je ne puisse envoyer les liens d’accès à cette formation “Comment faire plus de cash, sans faire la moindre vente en plus (et devenir un Jedu du temps)” et répondre à toutes les demandes de coaching que d’ici 3 ou 4 jours car je finalise un gros lancement pour un client ces jours-ci et que je traverse toute l’Europe entre demain et samedi.

Mais je fais au plus vite, comme d’hab’ :-)

Greg

Pourquoi tu dois faire du hors piste (et une petite folie)

Ca dérape un peu dans tous les sens ces temps-ci par chez moi.

Pour l’instant ?

Tout est encore sous-contrôle.

Même si je fais déjà du hors piste.

(Je suppose que c’est ce qui arrive quand tu vois ta vie comme un gigantesque road trip…)

Dimanche soir, après avoir été au taquet sur la préparation d’un lancement pour un de mes clients presque tout le week-end ?

J’ai booké un vol.

Pour une capitale dont je ne connaissais même pas l’existence encore une heure plus tôt.

Un aller simple.

Sans date de retour donc (oui, c’est le principe^^)

En soi ?

Rien de bien méchant, parce que je commence à avoir pas mal roulé ma bosse à travers The World.

Sauf que là, le trip s’annonce un peu plus…technique.

Pas complètement kamikaze.

(je ne pars pas en zone de guerre non plus)

Mais technique.

Je te raconte l’histoire complète, parce qu’il y a 2 leçons qui m’ont énormément aidées depuis que je traine avec les 2 loustics là (Mark, et l’autre).

Le fait est que je change ma résidence fiscale, comme je te disais lundi.

Ciao Belgrade, bonjour somewhere else.

Mais ça n’empêche pas, même si je n’aurais plus à passer le moindre minimum de temps où que ce soit sur terre, que je dois quand même passer moins de 183 jours dans l’année loin de ma belle Bretagne si je ne veux pas que notre cher gouvernement ne rackette entre 50 et 70% des fruits de mon travail.

Et là, je suis déjà en retard sur mes jours à l’étranger par rapport à ceux passés dans l’ancien pays des Droits de l’Homme.

Sachant qu’en plus, je compte bien passer le mois de juillet à profiter de ma belle Bretagne.

Fallait donc que je planifie un premier trip.

Et vite.

Le souci, quand tu tombes dans la dope du voyage ?

C’est qu’il y a tellement de destinations qui t’attirent que le plus dur, c’est de choisir.

(En passant, c’est aussi pour ça que tu dois limiter les options que tu proposes à tes clients potentiels quand tu vends un truc.

Parce que devoir choisir, ça paralyse)

Je cherchais un endroit où passer tout le mois d’août donc, au minimum.

Avec de l’espace.

Envie de me refaire un road trip, comme j’avais fait en 4×4 pendant 3 semaines et demies en Islande il y a quelques années.

J’abrège, vu toutes les options que j’ai considérées, mais c’est là que l’idée de l’Afrique du Sud a re pointé le bout de son nez.

(Grands espaces, pays à road trip, dernier continent où je n’ai pas encore mis les pieds, et l’envie d’aller voir des lions et tout un tas de bestioles funky de mes propres (beaux) yeux…)

Résultat des courses, après quelques heures de recherches sur les trucs à voir dans la zone ?

J’ai pris un vol pour…

Windhoek, en Namibie.

Avec une escale à Luanda, capitale de l’Angola, comme tu sais forcément aussi…

Départ le 26 juillet.

Puis advienne que pourra.

Après avoir regardé un peu plus en détails, ça sent le trip en 4×4 avec tente sur le toit, et nuits passés au milieu du désert ou des parcs naturels peuplées de bestioles qui doivent être bien moins efficaces qu’un somnifère ou une tisane pour tomber dans les bras de la coquine Morphée.

Et le Botswana, à côté, me taquine sérieusement aussi.

Sans parler d’aller voir les chutes de Victoria encore plus loin, au Zimbabwe.

(Le nom de ce pays m’amuse tellement depuis des années que je me DOIS d’y aller un jour).

Bref, pas dit que j’enchaîne sur l’Afrique du Sud si je fais tout ça.

Mais je verrais bien.

Juste avant d’arriver aux pépites qui peuvent beaucoup t’aider aussi, la partie marrante (bah ouais, c’est une expédition le truc..),

faut que je trouve les moyens…

… d’avoir un visa rien que pour l’escale en Angola

… de me faire vacciner à temps de tous les trucs qui me manquent pour groover dans la savane

… de me faire à l’idée que le wifi dans des pays de désert et de savane, j’en croiserais moins souvent que des lions ou des rhinocéros

(pas simple quand tu bosses sur interoueb le manque de wifi…)

… de voir comment on se débrouille si on tombe seul en panne au milieu de vraiment rien (j’y connais que dalle en mécanique, et pas plus en survie)

et pas mal de choses dans le style qui feraient abandonner la plupart des gens l’idée d’une telle expédition .

Le truc, je pense ?

(et c’est là que c’est pareil sur le web)

Faut se jeter dans le vide.

Et seulement après voir comment tu peux faire pour retomber sur tes papattes.

D’expérience ?

C’est ce qui permet le plus de lancer des projets super lucratifs.

Comme une offre à abonnement.

Un gros produit cher, comme j’ai fait récemment avec E-Commerce 3.0, sur un angle qui n’a rien à voir avec ce que je faisais d’habitude (et avec partenaires, pour la première fois).

Quand tu prends un client pour le coacher, faire son marketing ou n’importe quelle prestation de service sur un domaine que tu ne connais absolument pas.

Ou même plus simplement quand tu décides de te lancer sur interoueb, ou de te mettre au mailing quotidien.

En gros :

Tu ne regardes surtout pas tous les obstacles qui te décourageront forcément.

Tu te lances.

Tu t’engages (idéalement auprès de ton audience et de tes clients, pour ne plus pouvoir revenir en arrière).

Et tu te rends compte que tu vas forcément trouver les moyens de faire fonctionner le machin.

Parce que tu n’as plus le choix.

Et tu réalises que c’est presque toujours la meilleure chose que tu pouvais faire.

(D’ailleurs, ce qui nous attire mais nous fait peur est presque toujours la meilleure chose à faire.

Et pas que sur le web)

2e leçon qui peut t’aider ?

(Rien à voir)

Parfois, on n’a pas la tête à parler une énième fois des choses habituelles sur notre thématique.

Parce qu’on manque d’idées de bon contenu sur le moment.

Ou qu’on est concentré sur autre chose.

(comme moi ces jours-ci avec mon changement de résidence et la “préparation” de ce road trip).

La meilleure chose à faire dans ces cas là ?

Parler de ça, justement.

De ce qui te fascine.

De ce qui t’enthousiasme le plus sur le moment.

Ca te permet de créer du contenu de qualité au lieu d’improviser un truc pourri juste parce tu dois publier un contenu ou envoyer un mailing.

Ca te permet de continuer à surprendre ceux qui te suivent.

Et de leur montrer une partie de toi qui les rend forcément accro à ce que tu fais, même si ils ne sont pas pile dans le même délire.

Parce qu’être soi-même et dévoiler sa personnalité, c’est l’un des meilleurs moyens pour que les gens te voient aussi comme un ami.

Et pas juste comme quelqu’un qui cherche à leur vendre sa came.

Ca ?

Ca fait partie de mes meilleures astuces pour toujours être efficace.

Et c’est ce qui me permet de gérer autant de projets et de clients en même temps.

Tu peux d’ailleurs retrouver toutes mes meilleures techniques pour ne faire que faire que ce qui t’enthousiasme le plus, au moment où ça te branche le plus, sur cette page.

Ca marche bien mieux que toutes les méthodes d’efficacité usines à gaz qu’on nous présente partout.

Parce que quand on tourne au plaisir, tout devient facile…

Greg

Pourquoi les “gourous” te vendent de mauvais rêves

Ce que je vois chez tous les entrepreneurs ou presque ?

(Chacun fait ce qu’il veut hein, je ne suis personne pour juger ou te dire comment tu dois vivre…)

Des gens qui ont fuit le salariat parce qu’ils n’en pouvaient plus.

Pour reproduire exactement le même schéma maintenant qu’ils n’ont plus de patron sur le dos :

Travailler sans cesse.

Toujours plus.

Pour gagner toujours plus.

Pour ne pas perdre le mode de vie auquel ils se sont habitués maintenant qu’ils y ont goûté.

Pour s’acheter des choses luxueuses dont ils n’ont pas vraiment besoin.

Et au bout du compte ?

Ils bossent sans cesse.

Ils engrangent des sommes parfois hallucinantes, année après année.

Mais, quand on y regarde bien, ils ne sont pas plus heureux qu’avant.

(Ne pas se fier aux photos d’évènements, de voyage ou de lieux paradisiaques où ils sont parfois.

Parce que ça, par définition, c’est juste des photos.

Des instantanés.

Pas le reflet de ce qu’est réellement leur vie jour après jour…)

Et je serais juste ravi si écrire ces quelques lignes pouvait t’aider à y voir plus clair sur ce que tu veux vraiment.

Ne serait-ce qu’à y voir plus clair.

Et à ne pas tomber dans ces erreurs si classiques qui nous font nous acharner sur des combats qui ne sont pas les nôtres.

A suivre des rêves qui ne sont pas les nôtres.

A chercher à montrer qu’on a réussi, pour flatter un égo qui finalement n’en à rien à foutre.

 

Pourtant, ce que te vendent les experts en marketing ?

(Au delà de formations sur comment gagner plus de cash)

C’est un mode de vie.

C’est la liberté.

C’est la tranquillité.

C’est la possibilité de travailler d’où tu veux.

Quand tu veux.

Avec qui tu veux.

En faisant pile ce qui te passionne le plus.

De façon à ce que tu n’aies plus jamais l’impression de travailler…

Et, une fois n’est pas coutume ?

Je ne fais pas exception.

(Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si mon site s’appelle « Life Stylers »…)

Parce que le plus important pour moi, c’est ça :

Ne faire que ce qui me plaît.

Avoir un maximum de temps libre pour faire ce que je veux.

Ce qui m’enthousiasme le plus, à chaque moment…

Et financer tout ça en quelques heures par jour en « travaillant » uniquement sur ce qui m’enthousiasme le plus sur le moment.

(Ce qui est le meilleur moyen non seulement de ne plus jamais avoir l’impression de travailler…

mais aussi faire un maximum de choses qui rapportent bien plus que les normes, y compris sur le web, en un minimum de temps )

Et, au delà de ça,

d’appliquer chaque jour de l’année un autre principe simple qui est selon moi l’autre critère essentiel pour être heureux comme jamais :

Etre 100% soi-même.

En toute circonstance.

Où qu’on soit.

Quelques soient les personnes en face.

Une fois qu’on arrive à faire ça ?

On n’est vraiment plus loin du paradis sur terre, j’en suis persuadé.

Il ne nous reste plus qu’à passer le temps libre qu’on a enfin à disposition chaque jour pour se faire plaisir.

Jour après jour.

Pas besoin de gagner au loto pour ça.

Pas besoin de forcément tout changer et de repartir à zéro pour ça.

Pas besoin de forcément partir au bout du monde voir si l’herbe y est plus verte.

Parce que la vie, c’est ce qu’on en fait.

Exactement comme se passionner pour un projet a priori impossible et qui nous demande de vraiment nous creuser la tête pour y parvenir est l’un des facteurs d’épanouissement les plus efficaces qui soient.

Et l’une des recettes du vrai bonheur.

Quand on y pense, être heureux et se créer une vie dont on n’aura jamais envie de divorcer,

c’est complètement contre intuitif.

C’est tout l’opposé de ce qu’on nous enseigne depuis qu’on est gamins.

C’est tout l’inverse de la vie pour laquelle on nous formate depuis le début.

C’est peut-être pour ça que c’est si dur d’y parvenir.

Tu en fais absolument ce que tu veux, mais sache que j’avais compilé sur cette page toutes les idées sur lesquelles je réfléchis depuis plus de 10 ans pour créer la vie de mes rêves.

Si tu penses comme moi…

si la liberté et vivre à 100% tout en faisant uniquement ce qui te plaît est ton objectif numéro un…

tu vas aimer ma « formation » :

« Comment te créer une vie dont tu n’auras pas envie de divorcer : les méthodes hors-système pour être enfin heureux…

sans avoir à gagner au loto, tout mettre à la poubelle ou partir au bout du monde »

Je mets le mot « formation » entre guillemets parce que ce n’en est pas une.

Ce qu’on va faire, plutôt, si ça te tente ?

C’est qu’on va partir en mode discussion toi et moi.

On va faire le point sur ta vie.

Sur tes envies.

Sur ce que tu ne veux plus faire.

Sur ce qui te manque.

Bref, on va papoter de tout.

Et réfléchir ensemble à comment changer une paire de trucs chaque semaine.

Comme virer un truc qui ne te plaît plus.

Et le remplacer par quelque chose qui te passionne.

Jusqu’à ce que tout ce dont tu aies encore besoin soit de continuer à expérimenter et à accumuler ce qui n’a pas de prix :

les expériences.

Tu sais, ce truc dont on se rappelle toute notre vie.

Et qui coûte souvent bien moins cher que le dernier Iphone ou n’importe quelle merde inutile qu’on cherche à nous vendre en nous promettant que ça va changer notre vie…

C’est dispo ici à prix cadeau jusqu’à ce soir si tu veux :

Comment te créer une vie dont tu n’auras pas envie de divorcer, sans avoir à gagner au loto, partir dans des délires de dev perso ni tout changer

 

Greg