Tu as une offre irrésistible, mais elle ne convertit pas ?

Le genre de question qui revient de temps en temps, et dont les réponses peuvent bien t’aider :

 

« J’ai l’impression d’avoir tout bien fait comme il faut.

J ‘ai créé une offre absolument irrésistible comme tu l’enseignais dans une MMS.

J’ai fait une publicité sympa, que j’ai fait tourner avec 5€ de budget sur Facebook en vidéo pendant une semaine.

J’ai eu 60 visites sur mon formulaire de candidature, mais aucune demande de RDV.

Ton avis ? »

 

Mon avis tu veux, mon avis tu as :

 

Bien sûr, il faudrait que je regarde exactement ce que tu as fait comme pub.

Et ton offre.

 

Et presque surtout, comment elles sont présentées.

(Avec le wording exact de ton copywriting)

 

Mais déjà :

 

35€ de pub investies pour trouver un client, ça peut quand même être léger.

(Les gens ne se décident pas forcément de suite pour faire appel à quelqu’un qu’ils ne connaissent pas encore pour une prestation ou un accompagnement, aussi irrésistible que puisse être l’offre.

Il faut le temps qu’ils soient exposés une paire de fois minimum à ton offre, surtout si tu fais de la pub directement sur du trafic froid comme ça.

Le mieux étant toujours d’essayer de récupérer leur email dans l’opération, tout en les attirant via un offre à tomber par terre…pour pouvoir les recontacter à loisir par la suite)

 

Aussi ?

 

Tout dépend de ton ciblage.

 

Si il n’est pas bon, tu peux faire tourner longtemps ta pub sans être contacté par qui que ce soit…

 

D’ailleurs, au delà de ce scénario précis, c’est souvent ça qui pêche le plus quand on me demande mon avis sur quelque chose :

 

Le copywriting, c’est une chose.

Et oui, c’est hyper important.

 

Mais ça n’est que les 20% décisifs pour convertir.

 

Si tu n’as en place avant la bonne offre (40% du job) et le bon ciblage (40% aussi), ça va forcément être compliqué.

 

J’ai pu remarquer que les gens se concentrent toujours le plus sur leur offre.

Puis sur comment la vendre.

 

Jusqu’à souvent s’arracher les cheveux parce que ça ne fonctionne pas aussi bien ou aussi vite qu’ils espéraient.

 

Mais le problème, les 3/4 du temps, c’est leur ciblage.

 

Leur liste, donc.

 

Est-ce que le problème, c’est qu’ils n’utilisent pas les bonnes techniques pour la remplir ?

Ça peut.

 

Mais les techniques pour remplir sa liste, un peu près tout le monde les connait à force.

Et tu as forcément suivi pas mal de formations sur le sujet, vu que c’est l’un des thèmes les plus sexy.

 

Le problème ?

Il se résout bien avant.

 

En analysant les profils des gens qui tu veux t’adresser.

Et en faisant tout ce que tu peux pour les connaître mieux que ta propre mère.

 

Est-ce que c’est difficile ?

Non.

 

Mais il faut le faire.

Et bien trop peu d’entrepreneurs y consacrent le temps et l’énergie que la question mérite.

 

C’est con, parce que ça te donne tout le reste :

 

Quels mots utiliser pour les convaincre.

 

Quoi leur vendre.

Et comment.

 

Quoi leur proposer ou comment les attirer pour qu’ils aient envie de rejoindre ta liste.

(Y compris avec comment se différencier de tous les autres, et les rassurer que toi, tu n’es pas une énième arnaque sur écran)

 

Et, bien sûr :

Qui cibler exactement.

 

Les 40/40/20, donc.

Et bien plus encore.

 

Mon process pour faire ça le plus simplement possible, quelle que soit la thématique ?

Je l’avais détaillé dans cette formation :

http://lifestylers.fr/brain-hacking/

 

C’est tellement essentiel que j’en parle assez souvent, c’est vrai.

Et je te la remets même en promo jusqu’à demain soir, tiens.

 

Greg

C’est normal ?

Dès que tu fais les choses un peu différemment de d’habitude, les gens se posent de suite pas mal de questions.

 

Comme ça a été le cas ces jours-ci avec mes mails expédiés vers 16h30 du matin, et plus 9h.

Problème d’auto répondeur ?

Test marketing ?

J’ai découvert un nouveau moment « magique » qui fonctionne mieux pour envoyer mes emails ?

 

Va savoir… :-P

 

Même topo par rapport à la Marketing Master School.

Et au fait que j’ai retiré la page de vente il y a quelques semaines.

 

Qu’il n’est plus possible de s’inscrire pour le moment.

Et que le seul moyen pour ceux qui ne sont pas membres d’accéder à l’édition de la formation papier du mois, c’est de la commander à l’unité.

 

D’ailleurs :

Reçu ceci pas plus tard que ce matin de la part de Padawan Xeryus :

 

« l’arrêt de l’abonnement de la MMS, c’est un test marketing ?

Tu comptes nous partager les résultats dans une MMS ?

 

Du genre : si les gens préfèrent acheter chaque mois sans s’engager…

Est ce que tu gagnes vraiment plus de clients a laisser l’achat d’une seule édition ?

Comme les clients qui n’étaient pas prêts a s’engager…

… sans se rendre compte qu’ils paient quand même chaque mois ?

Ca serait intéressant d’avoir ton retour sur ta stratégie et les conclusions que tu tires. ;-) »

 

Alors, je précise :

C’est très temporaire tout ça.

 

La raison officielle ?

C’est qu’il était vraiment temps que je refasse la page de présentation de la Marketing Master School.

Pour qu’elle montre mieux ce qu’elle peut apporter à ceux qui la suivent sur la durée.

 

Et que j’étais tellement au taquet sur tous pleins de projets depuis juin que j’ai préféré planifier ça tranquillement pour dans quelques semaines, plutôt que de me speeder à faire un truc à l’arrache.

(L’éternel souci quand tu es formateur mais que tu n’es pas que formateur…)

 

Et non, ce n’est pas vraiment un test marketing.

(Je savais à quoi m’attendre en termes de ventes de ces formations à l’unité et de désabonnements en faisant ça, dans les grandes lignes).

 

La vraie raison ?

Elle est bien évidemment stratégique.

 

Et d’ailleurs oui :

Je vais en parler dès cette édition de septembre que je suis sur le point de faire expédier.

 

Mais sans dévoiler la vraie stratégie cachée derrière ce move bizarre, je peux déjà te lâcher du scoop :

 

C’est clairement une très mauvaise idée de faire ça si tu ne regardes que les ventes.

(En tout cas, pour ce que je fais moi.

Le contexte, comme d’hab’…)

 

Parce que les losers qui ne voient pas leurs activités comme un business, et les formations qu’ils suivent comme un investissement dont les résultats et l’impact se démultiplient au fil de ce qu’ils découvrent et appliquent édition après édition, sont tentés de se désabonner.

 

Si le programme du mois ne leur paraît pas assez sexy.

 

Ou si ils se disent qu’ils pourront toujours choisir de prendre ou non l’édition du mois suivant selon les indices que je donne dans mes mails de teasing sur le contenu vu qu’elles sont proposées à l’unité.

 

Niveau ventes, donc ?

Vraiment pas bon de faire ça, sans surprise.

 

Après, vu que je ne cherche pas à aider la terre entière, c’est finalement une très bonne chose.

 

Parce que ces profils là ne profiteraient pas des infos que j’y partage de toute manière, et qu’il vaut mieux donc qu’ils partent.

 

Surtout ces temps-ci, où je partage les concepts les plus game changers que j’ai découvert au fil des années.

Et qui sont bien plus responsables finalement des plus de 25 millions d’euros de ventes que mon marketing a généré que n’importe quelle technique ou stratégie.

 

Ce qui est encore le cas avec l’édition de septembre que tu peux recevoir chez toi la semaine prochaine si tu la commandes avant minuit ce soir.

 

Où, au delà de la vraie stratégie derrière ce coup de trafalgar avec la MMS, je groove pendant le plus gros des 28 pages de l’édition sur la règle complètement contre-intuitive qui influence le plus tout ce que je fais.

 

Cette règle ?

Elle est radicale.

 

Et demande donc un minimum de balls.

 

Et autant elle peut donner des résultats très rapides sur certains aspects, autant c’est surtout sur le long terme qu’elle peut vraiment propulser n’importe quel business vers d’autres sphères.

 

Clairement pas quelque chose qui est pour ceux qui veulent du sexy donc.

Ou qui ne sont pas prêts à réfléchir.

Ou qui sont du genre à dévorer de la formation pour avoir leur shoot, être excités par ce qu’ils viennent de découvrir, et finalement ne rien en faire.

 

En clair ?

C’est pour les vrais entrepreneurs qui voient leur activité comme un business, même si ils n’en sont qu’au début.

 

Mais clairement pas pour les autres.

 

Comme ceux qui ne pigent pas qu’une activité, ça se joue sur la durée, avec une vraie vision, pour que les intérêts composés aient le temps de faire leur effet et de rendre les résultats assez dingues.

 

Autant sur les formations qu’on suit que sur les actions qu’on fait, d’ailleurs.

 

Dit comme ça ?

Je ne m’attends pas à ce que beaucoup de gens cliquent sur ce lien pour commander leur édition avant minuit (après il sera trop tard) :

http://lifestylers.fr/la-marketing-master-school-de-septembre-chez-toi-au-format-papier/

 

Mais c’est vraiment pas grave.

 

Surtout que les formarketeurs qui ne vendent que du « ce que tu veux, mais pas ce dont tu as besoin » sont en forme ces temps-ci, de ce que j’ai vu…

 

Greg

Le moyen le plus efficace d’attirer les regards sur ton travail

Castiglione des poissons, Tatalie.

 

Tu connais le groove comme la mélodie :

 

Pour vendre plus, tu dois attirer tes clients idéaux.

Susciter leur attention et leur intérêt pour qu’ils cliquent sur tes contenus et te découvrent.

 

Puis leur donner envie d’aller plus loin et de s’intéresser à ce que tu fais en rejoignant ta liste.

Pour que tu puisses tisser la relation de confiance nécessaire, et te donner le temps de les convaincre.

 

Oui, tu sais que tu ne peux pas y couper.

 

Sauf qu’en pratique, c’est une toute autre musique…

 

Tu n’as pas forcément le budget publicitaire qui te permet d’aller vite.

Ou tu bosses sur une thématique qui n’intéresse pas la terre entière de toute façon.

Ce qui rend la publicité vite casse-gueule si tu ne convertis pas déjà un minimum.

 

Aussi ?

Même si ta thématique à toi, ce n’est pas la plus concurrentielle de toutes, tu te retrouves avec les mêmes problèmes que les autres :

 

Les gens sont de plus en plus sceptiques, vu toute la merde qu’ils voient à longueur de journées.

Et se demandent pourquoi ça serait différent avec toi.

 

Pourquoi ils devraient cliquer sur tes trucs.

 

Sans compter que ces gens là, ils sont exposés à autant de messages que tous les autres.

 

La concurrence ne venant pas que de tes quelques concurrents directs, mais de partout où leur attention est sollicitée.

Et de partout où ils peuvent être tentés de cliquer, ailleurs que vers tes contenus ou ta publicité.

 

Du coup, même si tu connais forcément toutes les techniques qui vont bien pour attirer le trafic qu’il te faut et remplir ta liste ?

Ton activité met une éternité à décoller.

 

Et tu ne voies pas les résultats rapides que tu espérais arriver.

 

Ce problème là, si ça peut te rassurer ?

On l’a tous plus ou moins.

 

Quelque soit notre expertise, nos références ou notre branding.

Qu’on soit déjà (re)connu ou non.

Qu’on ait tout en place pour convaincre sur notre seule nom/marque ou qu’on parte de zéro aujourd’hui.

 

Et c’est normal.

 

Parce qu’il y a de plus en plus de concurrence chaque jour pour l’attention des gens.

Et des gens chaque jour plus sceptiques à force de voir tout et n’importe quoi.

 

La solution, comme souvent ?

Ce n’est pas d’essayer de se battre avec les mêmes armes que les autres pour essayer de récupérer des miettes du gâteau.

 

La solution ?

C’est d’être ingénieux.

 

La solution ?

C’est de tricher.

 

La solution ?

C’est de choisir de mener sa bataille avec des armes différentes des autres.

 

Parce qu’après tout, le moyen le plus efficace d’attirer l’attention et de se faire remarquer est toujours de proposer quelque chose qui tranche avec ce qui se voit partout ailleurs.

 

Comme la fameuse vache pourpre de Seth Godin flashe au milieu d’un champs de meuhs toutes blanches et noires.

 

D’ailleurs ?

Ça rejoint l’un des fondamentaux du marketing direct :

Savoir susciter tellement de curiosité qu’il est impossible pour les gens de nous ignorer.

 

Et de ne pas au moins aller voir ce qu’on a à raconter derrière ce qui parait être un OVNI.

 

Ça rejoint aussi la règle numéro une qui influence tout ce que je fais, quel que soit le projet, le client ou la thématique.

Justement pour gagner la bataille de l’attention bien plus facilement, tellement tu deviens remarquable.

 

Mais ça, ce n’est presque que le début de ce que cette règle vraiment particulière te permet de faire.

 

Tellement que j’ai décidé d’y consacrer l’intégralité de la formation papier de septembre de la MMS.

 

Avec pourquoi tu veux absolument la suivre.

Et des tonnes d’exemples de comment tu peux l’intégrer à absolument tous les niveaux de ton business, pour à la fois susciter bien plus d’attention vers ce que tu fais, mais aussi convaincre bien plus facilement tes clients potentiels d’acheter chez toi…sans avoir à mener les mêmes batailles que tous les autres.

 

Ça ne me surprendrait absolument pas que suivre cette simple règle puisse tout changer pour toi aussi.

 

Tout comme je ne serais pas surpris que tu sois mal à l’aise à l’idée de le faire.

 

Car elle va vraiment impliquer, quoi que tu fasses aujourd’hui ou quels que soient tes résultats, que tu sortes de ta zone de confort.

Surtout au début.

 

Après, avec l’habitude, et en voyant les résultats ?

Ça ne m’étonnerait pas que tu t’en amuses comme c’est le cas pour moi.

 

Et que tu aies même du mal à te retenir et à ne pas aller de plus en plus loin…

 

J’ai déjà envoyé cette édition à l’imprimeur.

Et je suis sur le point de la faire expédier aux membres de la Marketing Master School.

 

Mais tu peux y avoir accès toi aussi sans t’abonner (ce qui n ‘est pas possible ces temps-ci de toute façon) en la commandant sur cette page avant demain soir :

http://lifestylers.fr/la-marketing-master-school-de-septembre-chez-toi-au-format-papier/

 

Après ?

Tu ne pourras jamais plus y accéder.

 

Ce que j’y partage étant bien trop précieux, bien que pas pour tout le monde…

 

Greg

Ça n’a rien à voir avec le marketing, mais ça influence tout ce que je fais

Castiglione della Pescaia, Toscane.

 

Ma plus grosse influence en Mark et en Ting ?

Ça n’a jamais été un marketeur.

 

Oui, comme tout le monde, j’ai énormément appris en étudiant le travail de Gary Halbert.

Celui de Gene Schwartz.

De David Ogilvy.

De Dan Kennedy ou John Carlton.

 

Puis, pour les plus contemporains de Matt Furey et de quelques autres obscurs copywriters américains.

 

Notamment pour tout ce qui est mailing.

Vente pure.

Infotainment.

Susciter un niveau de mystère énorme.

Ou démonstration et preuve que tes méthodes, elles fonctionnent.

 

Mais ma plus grosse influence, bien qu’aussi anglophone, n’a rien à voir avec ces gens là.

(Et donc rien à voir non plus avec le marketing, même si ils ont aussi révolutionné leur industrie à ce niveau…)

 

C’est elle qui m’a poussée à prendre les décisions les plus payantes (et de très loin) de ma carrière.

 

Comme sortir des concepts de produits vus nulle part ailleurs.

Tels que « 99 jours dans la tête d’un marketeur pro », « Je double ma liste et je te montre tout » ou « Inside ».

 

Comme chercher des systèmes marketing basés sur toute autre chose que le marketing pur.

Comme avec Marketing Héroïne qui joue tant sur la psychologie de l’addiction pour remplacer toutes les formations par une seule offre, à abonnement.

 

Comme présenter mes argumentaires de vente (et mes emails) totalement différemment de ce que font tous les autres.

 

Comme décider de « pousser » des concepts et formats encore jamais vus dans mon domaine.

(Parler de copywriting à l’époque où personne ne savait ce que c’était, vendre des formations papier et maintenant des gros livres très chers à l’ère du tout numérique).

 

Ou tout simplement aller à l’envers de tout ce qui se fait dans mon domaine.

(Une excellente façon de ressortir du lot et d’attirer instantanément l’attention sur ton, travail, ça…)

 

Le fait est que j’ai tellement de respect et d’admiration pour le travail de ces mecs là que je n’ai jamais osé parler d’eux avant aujourd’hui.

Et que je trouve même impossible de leur rendre hommage tellement ils ont changé ma vie.

 

(Et pas qu’au niveau business.

Tu vas sans doute voir entre les lignes que c’est pareil aussi pour ma vie perso)

 

Surtout :

Ce sont eux qui m’ont inspiré mon leitmotiv numéro un.

 

La raison derrière absolument tous mes choix stratégiques.

Et même derrière absolument tout ce que je fais.

 

Et la seule règle que je suis depuis que je me suis lancé avec les deux loustics que tu connais.

 

L’ironie ?

C’est que cette règle est l’antithèse absolue de ce qu’est normalement une règle.

 

Ce qui n’est pas une mauvaise chose si, comme moi, tu détestes les systèmes et la routine.

 

Et vu que c’est pour sûr ce qui m’a le plus facilement permis d’atteindre des résultats que je n’aurais jamais crû possible moi-même, surtout en travaillant en solo comme je le fais et en bossant avec un sytème tellement simple qu’il parait tout sauf sexy, je me suis dit qu’il était d’utilité publique que je consacre une édition complète de la formation papier de la Marketing Master School à cette règle.

Et à ceux qui sont donc la plus grosse influence derrière tout ce que je fais.

 

Mais il faut que je te prévienne :

Ce que tu vas découvrir dans cette édition n’est pas du tout cuit à appliquer sans réfléchir, une fois de plus.

Et ne va pas forcément te donner que des résultats rapides.

 

Mais si ce que je vais te montrer t’inspire ne serait-ce que 10% de ce que ça m’a inspiré, aucun doute que ce sera LA formation qui te rapportera le plus de toutes celles que tu suivras dans ta vie.

 

Seul moyen de le savoir ?

Cliquer ici avant que je ne la fasse expédier et qu’il soit donc trop tard :

http://lifestylers.fr/la-marketing-master-school-de-septembre-chez-toi-au-format-papier/

 

Greg

 

PS : La MMS étant encore fermée pour quelques semaines, tu ne peux pas t’inscrire.

Mais tu peux commander cette édition seule et la recevoir chez toi dès les jours qui viennent.

A condition de ne pas traîner…

Elles t’attirent, mais t’empêchent de réussir…

Je le répète sans arrêt (et de plus en plus).

Mais toujours pas assez :

 

Ce que je cherche à faire pour toi avec mes formations ?

Ce n’est pas juste te donner des méthodes.

 

Te montrer les techniques qui fonctionnent.

Et te dire comment les utiliser.

 

Pour qu’elles marchent pour toi.

 

Non, le plus important de mon travail, c’est de t’apprendre à penser comme un marketeur de top niveau.

 

Pourquoi c’est si important ?

 

Tout simplement parce que ce n’est pas parce qu’on connaît les notes d’un piano, comment placer ses doigts et le solfège qu’on sait composer quelque chose qui va envoûter les foules.

 

Les méthodes que tu vois partout dans les formations en Mark et en Ting ?

(y compris dans les miennes)

 

Elles fonctionnent.

 

(Sinon ceux qui ne font que vendre des formations sur le sujet seraient retournés bosser à Mc Do depuis belle lurette)

 

Mais rarement telles qu’elles.

 

Et c’est bien normal.

 

Un exemple tout bête ?

Les articles invités.

 

Oui, ça marche.

 

A condition de savoir trouver les gens qui les publient.

De leur donner envie de lire le texte que tu as préparé pour eux.

De leur fournir un texte qui correspond à leur cible.

Et qu’il soit bon.

 

La pub ?

Pareil.

 

Bon courage pour obtenir de vrais bons résultats si ton titre et ton texte ne sont pas accrocheurs.

Que tu la diffuses en face des mauvaises personnes.

Ou si ce que tu proposes sur ta page d’inscription ne correspond pas à ce que veulent les gens.

 

Je sais, je sais :

Ca parait évident tout ça.

(et je pourrais te faire une liste interminable d’autres exemples du genre)

 

Pourtant ?

Dès que quelqu’un qui n’a pas encore des résultats intéressants me demande son avis sur son travail ?

C’est toujours ce qui ressort.

 

Et qui ressort tellement qu’il ne me faut que quelques secondes pour me rendre compte de l’étendue des dégâts.

 

Le problème, donc ?

Ce n’est pas les méthodes et les techniques.

 

Mais ce que tu en fais.

 

Comment tu les adaptes à ton projet à toi.

A ton positionnement.

A tes clients idéaux.

A tes offres.

A ta personnalité.

A ton expertise.

Etc, etc…

 

Et non, ce n’est pas difficile.

 

Le truc, c’est juste d’apprendre à penser comme un vrai marketeur.

 

Et savoir pourquoi tu veux faire telle ou telle action plutôt qu’une autre.

Et comme ça plutôt qu’autrement.

 

Parce que ça va faire bien plus sens et être bien plus efficace dans ton contexte.

 

Et, comme je te le disais :

C’est l’objectif un peu caché derrière toutes mes formations.

 

Et c’est pour ça que je refuse de proposer des trucs trop scolaires.

 

Justement pour t’inviter à analyser ce que tu découvres, et à réfléchir sur comment l’utiliser pour tes projets.

 

C’est aussi pour ça que je suis convaincu qu’il est sans doute 100 FOIS PLUS RENTABLE ET EFFICACE de creuser les fondamentaux que de toujours chercher la dernière technique.

(Surtout que quand tu maîtrises les bases, les techniques et les stratégies, tu peux les modifier à ta guise.

Voire les inventer toi-même.

 

Le marketing n’étant que de la psychologie appliquée à la vente, après tout…)

 

C’est aussi pour ça que dans la prochaine édition de la coquine à ventes papier de la Marketing Master School, je vais passer tout le temps qu’il faut à te détailler la règle numéro une derrière tout ce que je fais.

 

Cette règle ?

C’est quelque chose dont les formateurs ne parlent jamais.

 

Pourtant ?

Elle peut à elle seule changer radicalement ton activité.

 

Parce qu’elle est justement là pour te rappeler sans cesse comment tu peux proposer quelque chose qui soit, en plus d’être pertinent, complètement différent de tous les autres sur ta thématique.

 

Et tu t’en doutes :

Ce qui est différent, ça se remarque.

 

Surtout de nos jours où il y a de plus en plus de concurrence et de gens qui ont des choses à vendre aux mêmes personnes que toi sur la toile.

(D’ailleurs, tes vrais concurrents ne sont pas que tes concurrents directs.

Qui bossent sur la même thématique que toi.

Mais tous ceux qui se battent pour l’attention de tes clients idéaux d’une manière ou d’une autre…)

 

Le meilleur ?

C’est que tu peux l’utiliser à tous les niveaux de ton business :

 

Pour te positionner comme un expert.

Pour attirer l’attention des gens qui ne te connaissent pas encore et donc pour séduire du nouveau trafic et de nouveaux inscrits.

Pour te faire remarquer dans les boites de réception ou autres Facebook surpeuplés des gens.

Pour donner hyper envie de cliquer ou passer à l’action pour savoir ce qui se cache derrière ce que tu proposes.

Pour susciter un niveau de curiosité dingue.

 

Ou encore, bien sûr, pour vendre bien plus facilement.

 

Tu vas voir que la liste de ce que ça te permet de faire est quasi infinie.

 

Et que j’ai inclus dans cette édition de nombreux exemples de comment l’adapter à n’importe quelle activité pour que ça soit encore bien plus parlant pour toi.

 

Tu as peut-être remarqué qu’il n’est plus possible de t’inscrire à la Marketing Master School pour le moment.

 

Par contre, en attendant sa ré ouverture et sa nouvelle version sur vitaminée, tu peux recevoir chez toi cette édition.

 

A condition toutefois de passer par ce lien avant que je ne la fasse expédier aux membres :

http://lifestylers.fr/la-marketing-master-school-de-septembre-chez-toi-au-format-papier/

 

Ce qui va arriver très très vite maintenant…

 

Greg

Les 2 meilleures façons de ne pas cramer ta mailing liste

Tu le sais :

Ta mailing liste, c’est le nerf de la guerre.

 

Les entrepreneurs stressent sur comment ils vont bien pouvoir la remplir.

 

Y mettent une énergie dingue.

Un temps fou.

Et investissent énormément pour collecter le maximum d’adresses mails les plus intéressées possibles par ce qu’ils ont à proposer.

(Que ce soit en argent, via la publicité, ou en temps à coup de méthodes gratuites qui reviennent souvent plus cher, finalement…)

 

Tout ça pour ne pas oser l’utiliser.

 

Si tu as peur de cramer ta mailing liste, et de la perdre avec d’éventuelles desinscriptions ?

Tu as deux options.

 

Les deux fonctionnent superbement bien.

Mais seule l’une des deux est profitable.

 

La première, c’est de ne pas envoyer de mails à ta liste du tout.

Ca te permettra qu’absolument personne ne se désinscrive.

Ou ne clique sur le bouton « spam ».

 

Par contre, tu ne risques pas que qui ce soit achète…

 

La seconde ?

C’est de rédiger tes mails comme je l’explique à partir de la page 44 de mon livre Master of Tease.

 

Ce n’est pas quelque chose que j’ai inventé, soit dit en passant.

 

C’était utilisé (sur d’autres médias) par des gens comme David Ogilvy il y a 50 ans.

Puis plus récemment par Jim Straw pour vendre des dizaines d’ebooks chaque mois, à …997$…l’unité !

 

Soit nettement moins finalement que le tarif de Master Of Tease.

Surtout si tu entres après cette page le code promo TEASE qui te donne 300,00€ de réduction dessus, avant que je ne le désactive définitivement ce soir, à 23h59 :

http://lifestylers.fr/master-of-tease/

 

Greg