La formation qui va le plus te rapporter de toutes celles que j’ai faites ?

BAM !

 

Aujourd’hui est le dernier jour si tu veux recevoir la coquine à ventes d’août de la Marketing Master School.

 

(Pas besoin de t’abonner.

Tu ne pourrais pas le faire de toute façon, vu que j’ai fermé les inscriptions pour quelques temps)

 

Et celle-ci pourrait très bien être la formation qui va le plus te rapporter de toutes celles que j’ai faites.

 

Du moins, si tu es prêt à voir au delà des techniques et des systèmes magiques, et que tu cherches au contraire ce qui peut le plus t’aider à te faire franchir des gros caps dans tes résultats.

 

Justement parce que dans cette édition, je te partage tous les concepts et principes qui m’ont le plus permis d’augmenter les résultats des business sur lesquels j’ai travaillés.

 

Ce n’est donc clairement pas pour toi si tu cherches du rapide, du tout cuit et du recopiable sans réfléchir.

 

Mais si vois tes projets comme un vrai business et que tu veux voir comment je m’y prends pour augmenter les résultats de n’importe quel projet…

 

 

Au programme très vite dans ta boîte aux lettres si tu demandes ton exemplaire avant ce soir 23h59 ?

(Ensuite, ça sera trop tard, je la fais expédier demain matin)

 

– Basées sur plus de 25 millions d’euros de ventes générées : les leçons de business d’un hyper seller, avec ce qui m’a le plus aidé à augmenter les chiffres d’affaires de mes projets et ceux de mes clients

(Et non, il ne s’agit pas de « techniques »…)

 

– Tous les principes, concepts et idées sur lesquels tu veux régulièrement réfléchir pour trouver des idées qui vont vraiment te permettre de convaincre bien plus facilement tes clients idéaux de regarder ce que tu fais, s’inscrire à ta liste et acheter chez toi

 

– Comment penser ton business pour franchir des gros caps et gagner de plus en plus (au lieu de travailler sans cesse en flux tendu, et te demander ce que tu pourrais bien vendre demain ou la semaine prochaine)

 

– Où chercher pour trouver un AVANTAGE INJUSTE que tes concurrents ne pourront jamais te reprendre

(et même si ils se mettaient un jour à faire comme toi là-dessus, ça serait trop tard pour eux : tu aurais déjà le positionnement et le leadership sur ta thématique qui t’assure d’être la référence vers qui les gens vont vouloir se tourner, à vie…)

 

– Comment convaincre bien plus facilement, instantanément te différencier de tous tes concurrents et vendre bien plus en changeant de cible

(les types de personnes à qui tu veux vendre pour bien plus de cash et de bien meilleurs clients sont 3 à 5 fois plus nombreux que les gens que tout le monde cherche à convaincre, et bien plus rentables à terme qu’eux)

 

– Comment jouer avec la psychologie des gens pour ne plus avoir à promettre gros pour qu’ils achètent tes trucs

(au contraire, ce sont eux qui vont tirer leurs propres conclusions de ce que tu leur dis, et se faire leurs propres « promesses »)

 

Rien que faire ça va te rendre instantanément plus crédible, et donc te permettre de vendre bien plus que jusqu’ici.

 

– Les « endroits » surprenants où j’ai trouvé mes meilleures idées et les nouveaux systèmes qui m’ont le plus permis de faire décoller mes ventes et celles de mes clients, et de les maintenir au plus haut mois après mois

 

– Mon stratégie en 6 coups pour vendre bien que jusqu’ici…

…et promouvoir encore et encore le même produit avec à chaque fois bien plus d’impact (et une vraie grosse raison d’acheter de suite) qu’une simple promotion

 

– Les 2 principes clés pour convaincre la majorité des gens qui s’intéressent à n’importe quelle thématique : les sceptiques

 

– Ce que j’ai changé à ma façon de présenter mes idées et de convaincre depuis un an environ qui m’a donné de biens meilleurs résultats que n’importe quelle technique de persuasion

 

– L’approche complètement contre intuitive qui permet à terme que tout paraisse presque trop facile et que tu te demandes presque ce que tu as frein pou faire pour mériter de tels résultats

(Je vais être clair : on a tous une résistance naturelle à faire ça.

Mais quand tu vas savoir de quoi il s’agit, tu vas te rendre compte que TOUS les top players du web que tu suis s’y prennent exactement comme ça…)

 

– Comment simplifier tout ton business, et pourquoi le faire te donne des résultats bien plus gros, et bien plus vite

(et à quel moment exact tu veux complexifier un peu le truc ou tester de nouvelles approches)

 

– Le leitmotiv numéro un derrière tout ce que je fais (suis le, et ton mindset va de suite changer pour le meilleur)

 

Et bien plus encore…

 

 

Je préfère te prévenir :

 

Cette édition pourrait complètement te retourner le crâne.

(Et c’est pile le but)

 

Tu vas vouloir la lire et la relire un paquet de fois.

Notamment pour en retirer un éclairage différent à chaque fois, et penser à de nouveaux concepts et idées qui pourraient tout changer à ton activité et à tes résultats.

 

Mais il va falloir aussi que tu te poses et que tu réfléchisses à ce que tu vas y découvrir.

 

Pour trouver tes propres réponses et les nouvelles approches complètement game changers qui pourraient tout changer pour toi à ton tour.

 

Mais si ça ne te fait pas peur, tu peux clique ici avant 23h59 si tu veux recevoir tout ça chez toi (ou où tu te trouves ces temps-ci) :

http://lifestylers.fr/la-marketing-master-school-daout-chez-toi-au-format-papier/

 

Ensuite ?

Je range ça à tout jamais dans mes cartons personnels.

 

Et ça n’en sort plus jamais.

 

Greg

Ce qui m’a le plus aidé à faire grossir mes business et ceux de mes clients

Il y a une courbe d’apprentissage naturelle logique à laquelle personne n’échappe quand on bosse sur le World Wide Oueb :

 

Au début, ce qu’on veut ?

C’est des techniques.

 

Puis, une fois qu’on commence à obtenir des résultats, on cherche plus des systèmes.

 

Pour rendre notre travail plus facile.

Plus rapide.

Et augmenter nos résultats.

 

 

Puis, passé un certain stade, on va plus chercher à améliorer notre mindset pour continuer à franchir des paliers.

Parce qu’arrivé à ce niveau, c’est dans la tête que ça se joue.

 

Ca ?

C’est ce qu’on va avoir tendance à chercher le plus en fonction d’où on en est.

 

Et c’est on ne peut plus naturel.

Humain.

 

Sauf qu’il faudrait faire tout le contraire :

 

D’abord bosser son mindset.

(Scoop de ouf : non, on n’obtient pas des résultats fou fou avec des bouts de ficelles, du tout gratuit et sans être prêt à faire certaines choses…)

 

Puis se concentrer sur les fondamentaux.

 

Avant de penser système.

 

Et enfin s’intéresser aux techniques.

 

Parce que sans mindset ni fondamentaux…eh bien bon courage.

 

Bosser son état d’esprit, pour moi ?

(Sans parler de devenir un vrai « entrepreneur » dans les règles de l’art, vu que les gens comme toi et moi ne partagent finalement rien avec ces profils là)

 

Ça ne veut pas forcément dire uniquement voir son activité comme ce qu’elle est vraiment :

 

Un vrai business.

 

Avec ce que ça implique en investissements.

 

En temps.

En argent.

En montée en compétences.

 

Ca veut aussi dire (du moins si tu veux obtenir de vrais GROS résultats) y investir de la matière grise.

 

Parce que le cash, il ne tombe pas vraiment grâce à ta super page de vente ou à ton mail de taré.

 

Il vient de tout ce qu’il y avant que tu ne rédiges ma moindre ligne ou enregistres la moindre phrase.

 

Ce que je fais quand je veux augmenter mes résultats (ou ceux de mes clients) ?

C’est que je me pose.

 

Et que je cogite.

 

Oui, ça te parait évident ce que je dis.

 

Sauf que dans les faits, quasiment tout le monde bosse end flux tendu.

 

En mode « tiens, qu’est-ce que je vais lancer comme prochaine offre ? »

« Tiens, de quoi je vais bien pouvoir parler dans mon mail de demain ? »

 

Sans surprise, tu vas pas aller bien loin si tu fais ça.

 

C’est comme si un gérant de camping décidait en plein mois d’août de créer un nouvel emplacement pour tentes sur ton terrain, plutôt que d’installer un nouveau bungalow.

Parce que c’est plus facile de remplir son camping comme ça avant la rentrée.

 

C’est pour ça que quand j’ai réfléchi à faire une édition spéciale pour fêter les 25 millions d’euros de ventes générées par mon marketing, et marquer le coup…

… je n’ai pas voulu te parler de techniques.

 

Même pas de copywriting ou de persuasion en tant que tels (même si les leçons que tu vas tirer de cette édition d’août vont impacter tout ton marketing et se ressentir dans tes contenus).

 

Pas plus que du système que tu devrais utiliser.

 

Au contraire ?

 

Je n’y développe que les principes qui m’ont le plus aidé et qui m’ont permis de franchir (ou de faire franchir) à chaque fois de nouveaux paliers de chiffre d’affaires.

 

De façon à ce qu’une fois que tu sais quels ont été tous ces plus gros game changers (bien au delà de tout le reste), tu puisses réfléchir à comment adapter ces principes pour toi.

 

En gros ?

Plutôt que de dire quoi faire, tel quel (ce qui ne s’appliquerait pas à ton propre contexte)…

…je te dis dans quelle direction chercher si tu veux atteindre des résultats hors-normes.

 

Cette édition ?

Je pense que c’est probablement celle qui va le plus rapporter de toutes celles que j’ai crées depuis 2014.

 

Du moins, pour ceux qui l’utiliseront comme il se doit :

 

C’est-à-dire en la relisant régulièrement, pour bien s’imprégner des principes, et du mindset qui avec.

Et en prenant le temps nécessaire pour réfléchir à comment utiliser ces principes là dans ce qu’ils font.

 

Les autres, eux, n’en retireront bien sûr rien.

Au delà d’assouvir leur curiosité sur ce qui m’a le plus permis d’augmenter mes résultats et ceux de mes clients au fil des années.

 

Maintenant que tu sais à quoi t’en tenir ?

Tu peux recevoir cette édition vraiment spéciale chez toi en passant par ce lien avant demain soir minuit :

http://lifestylers.fr/la-marketing-master-school-daout-chez-toi-au-format-papier/

 

Ensuite ?

Je fais expédier tout ça, et il ne sera plus jamais possible d’y accéder.

 

Greg

C’est complètement contre intuitif, mais ça permet de vendre bien plus qu’avant

Tu le sais tellement tu le constates par toi-même (et pas que sur la thématique du Mark et du Ting…) :

On nous pitche tout et n’importe quoi à longueur de journées.

Encore et encore.

 

A coups de promesses toujours plus grosses.

 

Venant à la fois d’illustres inconnus dont on ne sait pas encore si ils ont la moindre légitimité pour nous aider sur la question…

… que de « noms » plus reconnus mais qui ne s’embêtent pas à faire dans le détail.

 

Et qui préfèrent promettre gros aux gens.

En se disant que dans le lot, de toute façon, il y en aura bien assez pour succomber à la tentation d’acheter leurs trucs.

 

(Ce qui est une approche qui fonctionne bien, et qui est même bien plus facile, mais qui ne te permet pas de monter un business aux gros résultats sans sans cesse devoir trouver ce genre de loulous à qui vendre ta dope)

 

Si tu es sur une thématique plus petite ?

Ou que tu as une petite mailing liste ?

 

C’est la pire chose à faire.

 

Parce que ta liste, tu vas la griller.

 

Tout ceux qui en ont ras le bol des promesses de marchands de tapis ?

Ils vont vite se barrer.

 

Et même chose pour ceux qui vont se laisser tenter une fois, mais qui vont justement être déçus parce que tes promesses étaient trop grosses.

 

Difficile de vendre à nouveau à des déçus, forcément.

 

(D’ailleurs, tu peux avoir un bon produit et quand même décevoir les gens si tu leur promets trop gros dans ton marketing…)

 

Une approche bien plus efficace ?

C’est de faire quasiment tout le contraire.

 

Est-ce que ça veut dire ne rien promettre du tout ?

Non, pas exactement.

 

Ce que ça veut dire, c’est de faire des promesses mieux calibrées.

 

Qui ne vont pas d’adresser à la petite partie des gens prête à se laisser tenter par n’importe quoi qui parait « magique » pour eux.

Mais au contraire pensées pour convaincre les personnes les plus sceptiques de nature.

 

Ceux qui réfléchissent leurs décisions d’achats.

Ceux qui se posent des questions avant d’appuyer bêtement sur le bouton « acheter ».

Ceux qui se demandent si tu es vraiment the « real thing », ou une énième imposture sur écran.

 

Ca peut paraître complètement contre intuitif, parce que ça parait bien plus difficile de vendre aux sceptiques comme ça.

 

Mais « s’attaquer » à eux a trois énormes avantages :

 

1/ ils sont bien plus nombreux

2/ vu qu’il est plus dur de vendre à ces profils là, la plupart de tes concurrents, si ce n’est tous, ne vont pas vraiment pitcher leurs offres spécifiquement pour eux

3/ une fois qu’ils se sont laissés tenter par l’une de tes offres, ils vont te suivre très longtemps si ils ont été séduits par ce que tu leur as vendu.

 

Tu te retrouves avec des gens conquis.

Qui vont te suivre pendant très longtemps.

Qui vont acheter chez toi encore et encore.

 

Et, du coup, avec un business bien plus profitable sans avoir à vendre à la terre entière, vu que tu te montes une liste de vrais fans et de « clients », au lieu de simples « acheteurs ».

 

Ce choix stratégique ?

C’est devenu ma nouvelle religion depuis que j’en ai pigé l’intérêt, autant en € qu’en plaisir de dealer avec des gens comme ça.

(Et pas que sur Life Stylers et la thématique du make money)

 

Le meilleur ?

C’est que contrairement à ce qu’on pourrait croire, ça devient vite bien plus facile de vendre aux sceptiques qu’aux ultra acheteurs.

 

Tellement tes contenus se différencient de ce que font tous les autres quand tu choisis de t’adresser à eux.

Et que tu te retrouves avec quelque chose d’instantanément bien plus crédible à leurs yeux.

 

Alors, oui, sur le très court terme, ce n’est pas forcément le meilleur calcul.

Parce que les sceptiques, par nature, mettent plus de temps à acheter.

 

Mais très vite, ça devient un autre monde.

 

Comment t’y prendre pour vendre aux sceptiques et donc à bien plus de gens qu’aujourd’hui ?

Au delà de changer ce que tu promets dans tout ton marketing ?

 

Je t’en parle dans la nouvelle formation papier de la Marketing Master School.

 

Avec notamment un principe de psychologie bien plus efficace que d’essayer de prouver aux gens que, grâce à toi, ils vont obtenir tel ou tel résultat dingue.

 

Qui permet d’ancrer bien plus facilement une promesse élevée dans l’esprit des gens…

…sans rien promettre du tout.

 

 

Ca, et toutes les leçons de business les plus game changers que j’ai découvertes au fil des années à faire du Mark et du Ting sur je ne sais combien de thématiques différentes ?

C’est le programme de la coquine à ventes d’août.

 

Seul moyen de la recevoir chez toi ?

Passer par ce lien avant que je ne la fasse expédier…

Greg

Mon secret ? La sous-traitance de neurones…

J’en «discutais » encore par email en conseillant Padawan Julien (un des avantages d’être membre de la School…)…

 

Julien, comme beaucoup ?

Il a tout plein d’idées pour passer au niveau supérieur avec son activité.

 

Il a bien isolé sa priorité numéro une du moment :

Augmenter la taille de sa liste.

 

Mais sur sa liste d’options ?

What mille trucs.

 

Du SEO à partir de ses meilleurs mailings repris en intégrant des mots clés pour un bon référencement.

Des vidéos pour du trafic par YouTube.

Choper des mails sur Insta.

 

Et puis ceci.

Et puis cela.

 

Toutes les stratégies qu’il m’a dit songer mettre en place ?

Toutes bonnes, si bien exécutées.

 

Mon avis là-dessus ?

Pas good.

 

Parce que le trop est l’ennemi du bien.

 

Perso ?

Je veux des systèmes qui soient simples.

 

Simplistes.

Voire même simplets.

 

Comme rédiger un simple mail par jour, et l’envoyer à ma liste.

Créer un simple produit chaque mois, et le vendre.

Et maitriser un bon moyen de remplir ma liste, et m’y tenir.

 

Est-ce que ça veut dire ne jamais être créatif ?

Ne jamais changer ?

Ne jamais tester quelque chose qui a plus de potentiel ?

 

Non.

 

Ca veut juste dire que plus c’est simple, et plus tu limites le nombre d’actions que tu as à faire, plus tu te tiens facilement à ton système.

 

Et plus tu fais les mêmes choses encore et encore, jour après jour, ou mois après mois, plus tout devient facile.

 

Automatique.

 

Mais attends, y a encore mieux :

 

En te concentrant uniquement sur une méthode ou deux comme ça, et en pratiquant tous les jours, tu deviens vite très bon.

 

(C’est comme ça par exemple que je sors des mails comme celui-ci en quelques minutes à peine.

Quand tu en as fait 10, puis 100, puis 1000…)

 

Tu vas vite.

ET tu es meilleur.

 

C’est pour ça que j’ai recommandé à Julien comme à tant d’autres de ne pas partir sur trop de stratégies différentes pour remplir sa liste.

Maximum 2.

 

Et idéalement une en « gratuit », pour des inscrits hyper qualitatifs.

Et une en payant, pour plus de volume.

 

Car mieux vaut là aussi maitriser moins de méthodes, mais les maitriser à fond.

 

Ne pas avoir à tout apprendre à chaque fois.

Progresser plus vite.

Avoir bien plus vite d’excellents résultats.

Etc, etc…

 

Evident tout ça ?

Yep.

 

Sauf que dans les faits, pas grand monde s’y prend comme ça.

 

Mais le meilleur du meilleur du meilleur of the best dans tout ça ?

 

C’est qu’en simplifiant tout à l’extrême comme ça et en faisant toujours les quelques rares actions qui comptent vraiment, tu te libères une énergie dingue.

Et ton cerveau a tout le temps dont il a besoin pour être créatif et penser au plus important :

 

Les idées.

La stratégie.

La vision à plus long terme pour enfin passer de sacrés paliers.

 

Voire tenter des choses qui peuvent paraître sortir de nulle part mais qui finissent par donner finalement bien plus de résultats que toutes les techniques du monde.

 

Perso ?

Pour moi comme pour mes clients ?

C’est toujours comme ça que j’ai fonctionné.

 

Et c’est comme ça que j’ai mis le doigt sur les trucs (parfois complètement what the fuck au départ) qui ont le plus transfigurés mes résultats ou ceux de mes clients.

 

Le meilleur de tout ça ?

Dans quelles directions je te recommande de mettre ton cerveau à divaguer pour trouver ce genre de choses ?

 

C’est tout le programme de la formation d’août de la MMS.

 

Avec mes meilleures leçons de business pour fêter les 25 millions de ventes minimum générées pour mes clients et ma pomme par mon Mark et mon Ting.

 

GROSSE édition retournage de crâne ?

Sans doute.

 

Pour ceux qui la verront comme ça, du moins.

 

Seul moyen de la recevoir, vu que j’ai fermé les inscriptions à la School pour un bon moment ?

 

Passer par ce lien avant que je ne la fasse expédier :

http://lifestylers.fr/la-marketing-master-school-daout-chez-toi-au-format-papier/

 

Ce qui va arriver très vite maintenant.

 

Greg

Pourquoi je ne cherche pas à vendre aux mêmes « clients » que mes concurrents

Quelque chose qui peut très vite t’envoyer dans le décor si tu ne fais que te fier aux apparences ?

 

La façon dont les excellents copywriters choisissent de marketer ce qu’ils vendent.

Et, surtout, à qui précisément ils DECIDENT de s’adresser.

 

C’est naturel, et on est tous pareils :

Quand on débute, on va chercher à faire du reverse engineering.

A comprendre l’envers du décor.

 

Ce que fait un marketeur qu’on admire, et qui semble vraiment excellent.

Pour proposer la même chose, adaptée à notre projet à nous.

 

Le souci avec ça ?

C’est que ses objectifs, sa stratégie, les clients qu’ils ciblent ne sont pas les mêmes que les tiens.

 

Je te donne un exemple concret que tu connais bien pour que tu voies bien le truc :

Le mien.

 

Quelqu’un qui chercherait à convaincre ses inscrits de la même manière que je le fais se planterait forcément si il passait à côté d’un point essentiel de ma stratégie :

 

Je ne cherche pas à vendre aux hyper-acheteurs sur Life Stylers.

 

Tu sais :

Ces personnes qui sautent sur tout ce qui brille et sur ce qui a le sex appeal du nouveau.

Du ninja.

Du facile.

 

Mais au contraire, aux sceptiques.

 

Ca peut paraitre étonnant, je sais.

 

Parce qu’il est a priori beaucoup plus facile de vendre aux addicts de la recherche de la nouveauté et du système magique.

(Surtout sur ma thématique)

 

(Ce n’est pas pour rien si nombre de formateurs ont réussi à se faire des fortunes en étant si médiocres en persuasion, après tout.

Il suffit presque de promettre la lune pour beaucoup vendre)

 

Sauf que, dans les faits…

 

Le problème avec les ultra acheteurs ?

 

C’est que tu te retrouves avec des « clients » qui ne sont pas des clients justement.

Mais juste des acheteurs.

 

Ils ont succombé à tes belles promesses, sans réfléchir.

 

Et, forcément, la plupart ne feront rien de ce que tu leur vends.

 

Ils n’appliqueront rien.

Ils n’obtiendront donc pas de résultats.

Et ne risqueront pas d’être satisfaits.

 

C’est le souci quand tu cherches à vendre aux addicts de la dopamine à la recherche de leur shoot.

 

Si tu fais des ventes ?

Oui.

 

Et potentiellement beaucoup.

 

Mais tu ne te crées pas de vrais clients.

 

Des convaincus.

Qui vont te suivre pendant des mois ou des années.

 

Et qui vont du coup bien plus te rapporter.

 

Et tu te retrouves à devoir sans cesse re créer du racoleur.

 

Sans parler que c’est bien plus agréable d’avoir à gérer ce type de personnes que ceux qui ne lisent même pas tes argumentaires de vente, qui achètent sans réfléchir, et qui se retrouvent à se plaindre sans arrêt ou à te donner mauvaise presse alors qu’ils n’auraient jamais du acheter en premier lieu.

 

Et que c’est bien plus chouette d’avoir des clients qui réussissent grâce à toi.

 

Est-ce que ça veut dire que tu ne dois pas chercher à vendre aux junkies de la dopamine ?

Pas forcément.

 

Là encore, c’est une question de stratégie.

De choix.

De positionnement.

De ciblage.

 

Comme c’est toujours le cas.

 

C’est d’ailleurs pour ça que je cherche bien plus à te montrer pourquoi je fais les choses telles que je les fait dans mes formations.

Comment je les réfléchis, en fonction du projet et du contexte.

 

Plutôt que de te donner du tout cuit à recopier sans réfléchir.

 

Ca ne serait juste pas t’aider.

 

Mais ça implique que mon travail n’est pas pour tout le monde.

 

Et la prochaine édition de la coquine à ventes de la Marketing Master School est vraiment dans cette veine là.

Certains vont adorer ce qu’ils vont y découvrir.

Parce que ça va littéralement leur retourner le cerveau, et leur faire penser leur business et leur marketing complètement différemment.

 

Les autres, eux ?

Ils risqueraient d’être déçus.

 

Et ça sera notamment le cas avec la partie où je vais te montrer pourquoi je préfère vendre aux sceptiques, plutôt qu’aux ultra-acheteurs.

(Et comment t’y prendre si tu veux faire pareil)

 

Parce que ça va te demander de te poser, et de réfléchir un minimum.

 

Une bonne chose, si tu veux mon avis.

 

Mais vraiment pas la came de tout le monde.

 

Tu l’as peut-être vu :

Il n’est plus possible de rejoindre la Marketing Master School pour le moment.

 

Et ça, pour un bon bout de temps.

 

Mais je sais que cette édition peut tellement changer les résultats de ceux qui se donneront la peine de vraiment la creuser et d’adapter leur business en fonction de ce qu’ils vont y découvrir…

…que je te laisse la possibilité de la recevoir chez toi.

 

Pour ça ?

Il te suffit de remplir le bon de commande présent sur cette page avant que je ne la fasse expédier :

http://lifestylers.fr/la-marketing-master-school-daout-chez-toi-au-format-papier/

 

Précision importante :

Il s’agit d’une formation papier.

 

Physique donc.

 

Que je te fais expédier chez toi, ou où tu es ce mois-ci.

 

Greg

Basées sur au moins 25 millions d’euros de ventes générées : leçons de business d’un hyper seller

Ton loustic favori, tout loustic qu’il a beau être ?

Il a mis à jour ses comptes.

 

Et le voilà directement responsable de plus de 25 millions d’euros de ventes avec son marketing depuis qu’il s’est acoquiné avec Boule et Bill.

 

(Je parle uniquement de ventes que je peux vraiment tracker :

C’est-à-dire les ventes que j’ai faites pour moi, ou pour lesquelles je suis rémunéré à la commission par mes clients)

 

Bref…

Bien que ce chiffre n’est que ce qu’il est, soit juste un chiffre, symbolique, et qu’il y a forcément des gens qui ont fait bien plus que moi, je me suis dit que ça ferait une belle occasion de marquer le coup.

 

Et de te donner les leçons marketing et business les plus marquantes que j’ai découvertes au fil des années, des projets et des thématiques dans cette édition d’août de la coquine à ventes de la Marketing Master School.

 

Avec surtout les plus contre intuitives.

Celles qui ont eu le plus d’impact.

 

Au delà des « coups » d’un jour ou d’un mois qui permettent de faire un gros lancement ou un beau pic de ventes.

 

Mais qui ne te permettent pas de faire vraiment grossir ton business comme il se doit :

 

Avec une vraie stratégie.

Un vrai plan.

Une vision à plus long terme que juste sur ton prochain lancement.

 

En mode « tiens, qu’est-ce que je vais pouvoir vendre de nouveau à mon audience la semaine prochaine pour faire un beau mois ? ».

 

C’est pour ça que ne tu ne vas découvrir aucune « technique » ou « tactique » de ninja dans cette édition.

 

Ce n’est donc clairement pas pour toi si tu cherches un système à utiliser tel quel dès la semaine prochaine pour ton business.

 

Parce que tout ce qui a eu le plus d’impact pour moi comme pour mes clients depuis que je sévis sur autant de projets et de thématiques, ce n’est justement pas les techniques.

 

Mais les principes.

 

Les règles selon lesquelles tu décides de faire du business.

Les concepts qui t’incitent parfois à tout remettre en cause.

A tout changer.

 

Des décisions particulièrement extrêmes.

 

Quitte à risquer que ça fasse un flop monumental parfois.

 

L’exemple le plus marquant et le plus évident ?

C’est quand j’ai décidé de tenter le tout pour le tout la première fois pour l’un des clients dont je me chargeais du marketing.

 

Il y a des années déjà.

Bien avant que je ne le fasse sur Life Stylers.

 

En lâchant l’optimisation à l’extrême sur un peu près tout ce qui est optimisable…

pour passer à un système ultra simple et on ne peut moins optimisé :

l’emailing quotidien.

 

Alors que ses résultats étaient déjà quand même bien massifs, et que j’avais donc une sacrée pression.

 

Maintenant que j’ai rédigé des milliers de mailings et que quasi tout le monde s’y est mis ?

Ca parait être une décision facile.

 

A l’époque, par contre…

 

Mais ce qui nous a le plus permis de continuer à augmenter leurs chiffres d’affaires ?

Ca a rarement été une question de système ou de business model.

 

Au contraire :

les plus beaux mooves, on les a fait avec ce que je vais te partager dans cette édition d’août de la MMS.

 

Ce qui peut le plus t’aider ?

Ce n’est pas non plus ce qu’on a fait exactement avec mes clients.

 

(D’ailleurs, comme tu sais peut-être, j’ai des clauses de confidentialité avec les principaux clients pour lesquels je me charge ou je me suis chargé du marketing.

 

Elles me rapportent beaucoup, dans un sens.

Vu qu’elles m’ont permis de négocier des royalties bien plus élevées dans mes deals au départ.

 

Mais d’un autre côté, elles me coutent bien cher.

Car je ne peux pas dévoiler de chiffres, de nom, de site, ni montrer quoi que ce soit de ce que j’ai fait eux.

 

Ce qui n’est pas bien grave, car je ne cherche pas à m’adresser à la terre entière avec Life Stylers.

(je m’y prendrais TRES différemment si c’était le cas).

 

Et puis ça laisse des ventes et des clients à mes « concurrents » par la même occasion :-P)

 

Tout ça pour dire que je ne vais pas te montrer d’exemples concrets.

Ni te dire sur quelle thématique exacte j’ai utilisée tel ou tel concept.

 

Mais ce n’est pas absolument pas un problème.

Parce que l’important c’est comment les principes qui ont permis ces résultats peuvent t’inspirer toi.

 

Pour que tu deviennes, peut-être, le premier sur ta thématique à faire les choses d’une toute nouvelle façon.

Et que tu ressortes instantanément du lot parce que tu dictes le tempo du game, au lieu d’être la 757e version de ce que font déjà tous les autres.

 

Ou que tu trouves une toute nouvelle façon de faire qui va te permettre de toucher bien plus de tes clients idéaux.

Et de les convaincre.

 

Ou encore que tu mettes le doigt sur ce truc qui t’empêchait de franchir les niveaux de ventes sur lesquels tu bloques peut-être depuis un moment.

 

Et c’est ça mon seul objectif avec cette édition encore moins pour tout le monde que d’habitude.

Vu qu’elle va te demander de te creuser le crâne.

 

Et qu’elle risque de complètement te retourner le cerveau si tu le fais vraiment.

 

Bien que je suspecte que cette édition soit l’une des plus profitables de toutes celles que j’ai crées depuis 2014 ?

 

J’ai décidé de retirer pour un bon moment la page d’inscription de la Marketing Master School.

 

Et ça dès ce soir.

 

Il ne te reste donc plus longtemps pour pouvoir t’inscrire via ce lien si tu le souhaites:

http://lifestylers.fr/marketing-master-school/

 

Greg