A partir de combien d’inscrits ça devient rentable de mailer ?

Si un marketeux lambda s’amusait à sonder sa liste sur à partir de combien d’inscrits les gens pensent que ça devient vraiment intéressant de mailer, de créer une formation, et de la vendre ?

 

Je suppose que le plus gros des réponses dépasseraient les 500 personnes, grand minimum.

Et que beaucoup seraient bien plus élevées encore.

 

Et si on demandait à ces mêmes loustics à partir de combien d’inscrits ça devient intéressant de mailer CHAQUE JOUR (comble de la folie selon eux, même si un peu près tout le monde se met désormais à suivre mes méthodes) ?

 

Je n’ose même pas imaginer ce qu’ils sortiraient.

 

De la connerie de penser qu’il faut tant de monde ?

Grave.

 

Et je vais te le prouver.

 

Enfin, non, c’est plutôt Jessica qui va te le prouver :

(Et ses résultats sont tout sauf un cas isolé…)

 

« Hello Greg,

 

J’aime beaucoup ce format dans lequel il n’y a pas de blabla inutile mais que de vraies pépites !

 

Merci beaucoup.

J’en redemande !

 

(Note : elle parle des épisodes de Breakthrough désormais inclus chaque semaine pour les membres de la Marketing Master School)

 

J’en suis encore au début, mais grâce aux stratégies que je met en place, notamment en suivant tes conseils, j’arrive à me créer une petite audience très qualifiée.

 

Pour preuve, il y a quelques jours j’ai vendu pour 1’400.- (2×700.-) à l’occasion de mon premier lancement alors que ma liste était constituée de moins de 20 personnes.

 

Je viens donc de rentabiliser mon investissement en formations depuis le mois d’avril en lançant la mienne.

 

Je sais que ce chiffre peut sembler ridicule mais j’ai réussi à convaincre des gens d’acheter chez-moi juste en leur envoyant quelques mails et c’est génial !

 

Bises,

Jessica »

 

Les bises ?

Je les accepte.

 

Comme tu devrais accepter la leçon que nous donne la louloute, si tu veux mon avis.

 

Parce que tu ne sais jamais qui se trouve vraiment sur ta liste.

Même si elle n’est encore peuplée que de 12 ou 20 pélos.

 

Et si en plus tu suis les bonnes méthodes pour bien cibler tes clients idéaux et te constituer une liste qualifiée comme il faut ?

 

Tout peut aller vite.

Très vite.

 

Quelle que soit la taille de ta liste aujourd’hui.

 

Mais ça, ça ne se fait pas tout seul.

 

Ma part du contrat ?

C’est de te montrer tout ce que j’ai découvert de meilleur au fil des années, des projets, des thématiques, des offres que j’ai créées et des lancements ou promos que j’ai gérés pour eux comme pour moi ou encore des (milliers et milliers) de mails rédigés pour pitcher le tout.

 

Pour t’amener le plus vite possible le plus haut possible.

 

Que tu le signes ou non, ce contrat ?

Ta part pour le remplir ?

Elle t’appartient.

 

Je suis pas ta mère.

Et si je voulais torcher des fions et changer des couches, je ferais des gosses.

 

Donc oui, tu vas trouver derrière ce lien une promo comme je n’en fait quasiment jamais sur mes formations.

(La dernière énorme braderie du genre a eu lieu il y a plus d’un an)

 

Mais sache que je ne fais pas dans le babysitting.

Parce que ça ne sera pas t’aider, contrairement à ce que tu pourrais croire.

 

Greg

This is Mark & Ting

Il y a une remarque que je pourrais faire à tous ceux qui vendent leurs compétences d’une manière ou d’une autre sur le oueb.

 

A l’aveugle total.

Sans même chercher à savoir ce qu’ils font ou à qui ils s’adressent, donc.

 

Et pourtant je sais que je taperais juste 99% du temps…

 

Extra-lucide, le loustic ?

Nope.

 

Ce diagnostic, en fait, il est très facile à faire.

 

Parce qu’on est tous naturellement enclins à s’auto limiter là-dessus.

 

De quoi je te groove ?

 

Que tu n’es pas assez cher.

Mais alors, vraiment, vraiment pas.

 

Franchement :

 

Tu croies vraiment que cette compétence que tu as mise des années à acquérir et qui peut tant aider les autres vaut juste les 59 balles de ta dernière formation ?

 

Que cette méthode qui n’a certes rien de révolutionnaire que tu as créée, mais qui peut donner des résultats plus rapidement ou de façon moins chiante aux gens, ne vaut pas plus que les tarifs que pratiquent tous ceux qui se lancent après avoir lu en diagonale les 3 mêmes bouquins que tout le monde sur ta thématique ?

 

Est-ce que la transformation que tu peux donner à tes Padawans en une seule heure de coaching ne vaut pas plus que les quelques dizaines d’euros que tu es même mal à l’aise à leur demander ?

 

Et ce diagnostic là, c’est pile le même si toi tu factures pourtant 4 ou 10 fois ces tarifs là :

 

tu n’es probablement toujours pas assez cher.

 

Je sais, je sais :

Possible que tu te dises que toi, tu n’es pas encore au niveau où tu pourrais justifier des tarifs plus élevés.

 

Parce que ça ne fait pas très longtemps que tu t’es lancé.

Que tu n’es pas encensé par ceux dont la parole pèse dans ton secteur d’activité.

Ou que tu n’es tout simplement pas encore très connu.

 

Mais c’est justement là le problème :

 

On est tous enclins à fixer nos tarifs en fonction de ce qu’on pense de nous-mêmes.

(Avec tous les putains de biais et de barrières limitantes qu’on se met tout seul)

 

C’est normal.

C’est humain.

 

On est tous pareils.

 

(C’est l’un des trucs sur lesquels j’ai toujours eu le plus de mal d’ailleurs, pour tout te dire :

Oser facturer mes trucs à leur juste valeur.

 

Et croies-moi, à chaque fois que j’ose enfin augmenter mes tarifs, je me les bouffe de pas l’avoir fait plus tôt quand je vois les résultats…)

 

Mais ton client potentiel lui ?

Celui qui a un problème pénible, urgent, douloureux qui lui revient régulièrement dans la caboche ?

Ou celui qui rêve depuis si longtemps d’autre chose ?

 

Tu penses qu’il en a vraiment quelque chose à foutre de depuis quand tu fais ce que tu fais ou de combien de temps ça t’a pris pour arriver à l’aider ?

 

Et si tu proposes ta came au tarif archi bradé qu’il va pouvoir comparer au prix d’une vulgaire commodité, quel message tu lui envoies sur la valeur de ce que tu peux lui apporter ?

 

(On en parlait encore dans ma dernière semaine copywriting :

Même à des tarifs pourtant indécents pour la plupart des gens, je ne suis pas le seul à avoir raté de gros clients potentiels pourtant convaincus, juste parce que…je n’étais pas assez cher)

 

Maintenant que je t’ai dit ça ?

Il y a de bonnes chances que tu te dises « oui, oui, il a raison » au fond de toi.

 

Mais que tu te demandes comment tu pourrais bien faire pour justifier des tarifs bien plus élevés.

 

Des tarifs qui te permettront enfin d’avoir besoin de 2 fois moins de clients.

De 2 fois moins de trafic.

De 2 fois moins de conversions.

De lancer 2 fois moins d’offres.

De créer 2 fois moins de contenus payants.

 

C’est là que 2 weirdos entrent en scène, chérie.

 

Leurs noms ?

Mark.

Et Ting.

 

Je sais :

Suffisamment t’acoquiner avec eux, ce n’est peut-être pas ce que tu as prévu de faire de ta life.

 

Pourtant ?

 

Savoir toucher les clients exacts qui n’attendent que ton offre et qui vont être ravis de te payer 3, 4 voire même 10 fois plus cher que ce que tu factures aujourd’hui ?

 

This is Mark & Ting.

 

Rien que mettre le doigt sur qui ils sont, et où les trouver ?

(Ce qui devrait être la première chose à faire tellement ça peut tout changer pour toi, si tu veux mon avis)

 

This is Mark & Ting.

 

Connaître les boutons émotionnels sur lesquels appuyer pour faire passer les gens à l’action, et à l’achat ?

 

This is Mark & Ting.

 

Te créer un positionnement supérieur aux autres qui te rend bien plus crédible et valide des tarifs bien plus élevés ?

 

This is Mark & Ting

 

Penser une offre qui va être irrésistible pour eux ?

 

This is Mark & Ting.

 

Savoir fixer un tarif, et justifier quelque chose d’hyper cher ?

 

This is Mark & Ting aussi.

 

Le fait est que je pourrais continuer TRES longtemps comme ça.

 

Because tout est this is Mark & Ting.

 

Pour m’amuser à tirer sur une ficelle que même un formarketeur pourrait utiliser :

 

Tu as le choix.

 

Continuer à faire comme tout le monde.

Continuer à facturer le même type de tarifs qu’eux.

Continuer à te brader.

Continuer à faire 2 fois plus pour les mêmes résultats.

 

Ou t’intéresser plus que les autres à ce que nos 2 psychopathes peuvent vraiment te permettre de faire.

 

La première bonne nouvelle ?

C’est que très peu de gens sont prêts à vraiment s’y plonger.

 

La seconde ?

C’est que c’est bien possible que tu te découvres une nouvelle passion.

Si ce n’est une nouvelle addiction.

 

La troisième ?

C’est que c’est bien moins compliqué qu’on ne le croit au premier abord.

(Tout n’est qu’une question de psychologie, finalement)

 

Et la quatrième ?

(Oui, je suis chaud)

 

C’est que tu peux exceptionnellement de chez exceptionnellement (la dernière fois que j’ai fait ça, c’était il y a plus d’un an, et possible que je ne le refasse jamais plus) accéder à LA promo de l’année sur toutes mes formations qui n’ont pas été retirées de la vente.

 

Je sais :

Ca va complètement à l’envers de tout ce que je viens de te dire de faire une telle offre.

 

Mais si ça permet à ne serait-ce que quelques personnes de voir leur activité complètement différemment et de vraiment penser Mark & Ting, ça aura valu le coup de faire une exception à la règle.

 

Je te dis tout sur cette promo de malade sur cette page :

http://lifestylers.fr/la-promo-de-2019/

 

Greg

C’est LA promo de 2019

Pas besoin de préliminaires aujourd’hui baby…

 

Parce que je viens d’ouvrir LA promo de 2019 sur toutes mes formations encore accessibles.

 

(La dernière du genre date d’il y a plus d’un an, et pas sûr que j’en refasse une comme ça un jour vu comment les choses évoluent…)

 

Plutôt qu’un long discours inutile ?

Je te donne tous les détails et te dis comment totalement me racketter sur cette page :

http://lifestylers.fr/la-promo-de-2019/

 

Greg

Ce que tu peux vendre de plus cher, investissements à 100% de rendements par an et ma nouvelle drogue

Mon obsession du moment ?

(Et tu l’as peut-être remarqué car j’en parle beaucoup ces temps-ci)

 

C’est sur comment arriver à faire le triple loop nécessaire dans sa caboche pour mettre le doigt sur qui vont être les meilleurs clients pour toi.

Sur quoi leur vendre précisément.

Et comment.

 

(Bien au delà du traditionnel client idéal, donc.

Je te parle là de tes clients « ultra idéaux »

Comme ceux à qui je pourrais et devrais vendre du consulting à plusieurs centaines de milliers de Deutsche Marks modernes par an, en ce qui me concerne)

 

Parce qu’une fois que tu y arrives, il se passe un phénomène bizarre.

Mais tout sauf déplaisant.

 

Genre dope d’un nouveau genre.

 

Tu es instantanément apaisé, d’une part.

 

Tu as un sentiment de clarté tel, que c’est comme si tout se débloquait enfin.

 

(C’est l’un des plus gros déclics que je te souhaite d’avoir, d’ailleurs.

Et le plus tôt possible, tant qu’à faire)

 

C’est surtout un champ des possibles complètement dingue qui s’ouvre à toi.

 

Avec moins d’actions à faire.

Moins de personnes à convaincre.

Moins d’audience à avoir.

 

Et c’est finalement des résultats massifs que tu sais que tu vas forcément finir par obtenir, si tu fais juste ce qu’il faut encore et encore.

 

Et bien plus vite que si tu cherchais à séduire ton audience entière ou que si tu t’acharnais à vendre au plus grand nombre.

 

Je sais :

Ce que je te dis là peut sembler évident.

 

Vraiment définir son client idéal.

Et ne se concentrer que sur lui.

 

Jusqu’à pousser le schéma à l’extrême et changer tout ce qui est nécessaire à ton activité pour ne plus finalement faire que ça.

 

Sauf que, là, on parle juste de tes meilleurs clients potentiels.

Ce qui est complètement différent.

 

Et sauf aussi que ce n’est vraiment pas si simple d’avoir ce déclic.

 

Comme ça a été le cas pour Nathalie, l’une des clientes qui était à ma dernière semaine copywriting.

 

Il a vraiment fallu que je la pousse très loin pour qu’elle l’est, ce foutu déclic.

Mais maintenant que c’est fait…

 

D’ailleurs ?

 

Enfin mettre le doigt sur LE truc que tu dois vendre plus que tout le reste ?

Sur ce que tu peux vendre de plus cher ?

Aux personnes PRECISES à qui les vendre en top priorité, si ce n’est exclusivement, tellement tu peux leur vendre 10, 50 ou 100 fois plus chers qu’au commun des gens qui s’intéressent à ton domaine ?

Comment les trouver et les toucher ?

 

C’est finalement, sans y penser, ce qu’on a fait pendant 3 heures avec mes clients un soir où l’un d’entre eux a allumé le dictaphone.

 

Bien sûr, on a aussi abordé d’autres sujets.

Comme ceux que je te listais dans mon mail d’hier.

 

Mais tout ce qu’on a fait pour le reste revenait finalement à ce sujet essentiel.

Sauf que ce n’était pas fait de manière directe ou consciente.

 

Si tu cherches une formation qui te montre comment trouver quels sont tes clients « ultra idéaux », étape par étape ?

Comment définir quoi leur vendre ?

Comment les trouver et attirer leur attention ?

Etc, etc…

 

Alors cet enregistrement n’est clairement pas pour toi.

 

Mais si tu veux voir au contraire comment des marketeurs tant aux techniques qu’au mindset affutés réfléchissent là-dessus, et que tu comprends bien que tu as beaucoup plus à en retirer que d’une énième formation scolaire, alors tu ne veux pas passer à côté de cette ressource vraiment particulière.

 

Et pour t’en convaincre ?

Je t’invite à bien relire ce que je te disais hier sur cette page.

Ne traine pas, par contre.

 

Parce que je retire définitivement cet alien de la vente dès ce soir.

Et qu’il ne sera plus jamais accessible après ça.

 

Greg

 

PS : Vu les mails que j’ai reçus hier, tu as peut-être tiqué aussi sur cette partie :

 

« Et notamment Antoine, qui avait d’ailleurs utilisé sans vraiment le savoir, comme il en a parlé lui aussi, une stratégie similaire pour infiltrer les milieux où se trouvent les opportunités d’investissements à des rendements systématiquement supérieurs à 100% l’année, et rencontrer ceux avec qui tu pouvais les négocier sans avoir un million minimum à poser sur la table.

Et qui, mieux encore, te garantissent même ces rendements par contrat »

 

Le fait est que, oui, ce type d’investissement existe.

 

C’est juste que ceux qui s’en chargent pour toi ne peuvent pas légalement mettre en avant leurs garanties.

Et donc le crier à la Terre entière avec leur marketing.

 

Et si on n’a pas donné de noms dans cet enregistrement sur à qui t’adresser pour y accéder, aucun doute que tu trouveras par toi-même si tu fais ce qu’il faut après avoir écouté cet enregistrement.

Ce qui se dit le soir devant la cheminée dans une semaine copywriting à 7500€

Peut-être que tu te demandes ce qui peut bien se dire le soir, tranquillement devant la cheminée, lors des semaines copywriting que j’organise de temps à autre juste pour quelques clients triés sur le volet…

 

Forcément ?

On se pose, après de longues journées à bosser des mailings et un argumentaire de vente.

 

Mais entre passionnés, ça continue forcément à parler Mark & Ting.

 

Et c’est même là que ressortent toujours les meilleurs trucs.

 

Parce que le cerveau des participants est au taquet sur leurs projets comme jamais.

 

Il y a des questions qui fusent.

Des idées qui viennent.

Des déclics qui se font.

Et des plans stratégiques de domination mondiale de sa thématique qui se dessinent.

 

Dans ma dernière « édition » ?

C’est même allé très, très, très loin.

 

Notamment un soir, où, coup de bol, l’un de mes clients a eu la bonne idée de lancer le dictaphone pour tout enregistrer.

 

Il y a eu de la pépite de partout, bien sûr.

 

Avec des choses comme…

 

– Une idée de business de malade dont tu peux t’inspirer (pas copier…) si toi aussi, tu veux vendre de l’ultra cher dans la thématique du make money

 

– Comment transformer une simple modalité de ton activité en argument de vente qui va faire visualiser à tes futurs clients à quel point ton service est haut de gamme

 

– Comment transformer les limites d’une offre très chère (et le fait que tu ne vises que très peu de clients) en une offre supplémentaire justement pensée pour séduire, différemment, le reste de tes clients qui ne pourront pas se l’offrir

 

(L’avantage de ça ? C’est que tu te retrouves très vite avec 2 offres à même de convaincre tous les profils de tes prospects.

 

Et que tu peux du coup mettre bien plus de budget publicitaire ou d’efforts marketing pour trouver bien plus facilement les quelques clients pouvant s’offrir tes prestations ou services premium, tout en ne perdant pas « bêtement » tous les autres inscrits que tu vas récupérer dans l’opération…)

 

– La thématique la plus cheatée qui soit (non seulement les gens qui s’y intéressent sont blindés, mais leur égo les pousse à tout acheter)

 

– Où sévissent les meilleurs copywriters du monde (si tu veux étudier leur travail…)

 

– Les conseils du spécialiste francophone du networking pour savoir à l’avance dans quels évènements te rendre et trouver le plus facilement tes clients ou partenaires idéaux (et la simple astuce pour t’assurer de ne pas te déplacer pour rien)

 

– La façon la plus efficace de convaincre les gens de faire appel à toi si tu es copywriter (et d’ailleurs la meilleure façon de convaincre les gens de faire appel à toi… tout court)

 

– Comment savoir qui cibler et que vendre exactement pour le maximum de résultats, en visualisant une simple courbe

 

– Ce que ceux qui font des audits ou des diagnostics peuvent t’apprendre sur comment orienter tes questions pour ça soit tes clients potentiels qui te disent eux-mêmes tout ce dont tu as besoin pour les convaincre de faire appel à toi

 

Et tant d’autres encore.

(Impossible de tout lister ici)

 

Mais le plus gros…

… ça a vraiment été de rendre clair pour eux la stratégie qu’ils devaient suivre dorénavant.

 

Ce sur quoi ils devaient se focaliser avant tout le reste pour franchir de nouveaux gros paliers de résultats.

 

Jérémy Kohlmann, pourtant pas le premier venu en Mark et Ting, en parlait à la fin comme d’ « une soirée à un million d’euros ».

 

(A voir comment il va exécuter tout ça dans l’année à venir, bien sûr, pour concrétiser son nouveau plan)

 

Mais ça lui a fait mettre le doigt sur ce qu’il devait absolument mettre en avant dans tout ce qu’il fait tellement il a une compétence qui peut tout changer pour tellement des gens.

 

Un truc qu’il fait depuis des années.

Qui est naturel pour lui.

 

Et qui peut à la fois aider ceux qui bossent sur le web à se faire les contacts à même de totalement changer leur carrière.

De trouver des clients prêts à les payer très cher qu’ils ne convaincraient jamais autrement.

Ou des partenaires prêts à les recommander auprès de leur audience.

 

Sans parler que ces techniques là, elles te permettent aussi si bien utilisées de te faire transférer toute l’autorité ou la crédibilité dont tu as besoin pour rassurer tous les sceptiques qui se demandent si tu es vraiment the real thing, ou une énième imposture sur écran comme ils en découvrent 10 par jour.

 

Tout comme elles peuvent aussi te permettre d’accéder aux personnes que tu catégoriserais comme « impossibles à rencontrer ».

Ou de t’aider à rencontrer le Choupie ou la Choupette de ta vie.

 

Ses trucs sont assez oufs, et ils m’ont moi-même scotché.

 

D’ailleurs, il a tout lâché, pour aider nos 2 autres Padawans.

 

Et notamment Antoine, qui avait d’ailleurs utilisé sans vraiment le savoir, comme il en a parlé lui aussi, une stratégie similaire pour infiltrer les milieux où se trouvent les opportunités d’investissements à des rendements systématiquement supérieurs à 100% l’année, et rencontrer ceux avec qui tu pouvais les négocier sans avoir un million minimum à poser sur la table.

 

Et qui, mieux encore, te garantissent même ces rendements par contrat.

 

Ca a aussi aidé Nathalie, en plus de tous les autres « tips » qu’on lui a donnés, pour qu’elle puisse enfin toucher bien plus facilement ses clients idéaux.

 

Des gens pour qui la valeur est énorme, et pour qui des prestations à 80 ou 100k pour 2 ou 3 mois de taf seulement peuvent se justifier facilement.

 

A condition justement de taper juste et de ne chercher à s’adresser qu’à eux.

De trouver les meilleurs moyens de les cibler et de les toucher.

Et de savoir quoi leur dire pour attirer leur attention et les convaincre.

 

Ce qui est quelque chose qu’on a poussé très loin.

 

Même si pour ça, j’ai dû un peu « abîmer » notre Choupette pour que certains concepts fassent tilt, et qu’on a dû faire le tour de beaucoup de choses en Marketing Direct.

 

(Cette partie peut d’ailleurs beaucoup t’apprendre sur comment penser comme un marketeur pro, autant que sur comment aller chercher des clients idéaux normalement pas simples du tout à toucher sur la toile)

 

Bref ?

Impossible de te résumer tout ce qui peut se dire pendant 3 heures comme ça.

 

Si tu vois la vraie valeur de tout ça ?

Sache que j’ai décidé de rendre cet enregistrement accessible derrière ce lien.

 

Mais vu la valeur à l’intérieur, justement ?

Je ne peux le proposer éternellement à n’importe qui et sa cousine.

 

Donc je retire tout dès demain soir.

Et il ne sera plus jamais accessible après ça.

 

Greg

Je te retourne le crâne par procuration ?

Je ne sais pas si tu as déjà foutu les pieds dans un mastermind.

Ou un week-end Mark et Ting.

 

(De haut niveau, j’entends.

Avec du gros level autour de la table)

 

Mais si c’est le cas, tu sais à quel point tu en ressors un peu près dans le même état que d’une machine à laver.

 

Tellement c’est intense.

Tellement ton cerveau se met à turbiner 50 fois plus qu’en temps normal.

Tellement tu as d’idées.

Tellement tu mets le doigt sur des choses auxquelles tu n’avais jamais forcément pensées comme ça.

 

Ou que tu avais besoin d’entendre différemment, pour que ça fasse enfin tilt.

 

Et il faut l’avouer :

Y a un moment après ça où il faut se poser.

 

Pour se rappeler de comment tu t’appelles.

Et faire le tri dans tout ce sur quoi tu as mis le doigt.

 

Même si, comme tu sais, je suis pas du genre à trainer dans ce genre d’évènements…

(l’avantage d’être surpeuplé dans ma tête de base et de pouvoir « masterminder » tout seul ?)

 

…ça m’a fait le coup à chaque fois.

 

Et c’est la même chose à chaque fois que j’organise une semaine copywriting avec mes clients.

 

Lors de la dernière en date ?

On a poussé tellement loin dans la stratégie que mes clients se sont étiolés au fur et à mesure de la semaine, tellement je leur ai retourné le crâne.

 

(Ce qui est une très bonne chose.

Ils étaient venus pour ça, après tout)

 

L’ironie ?

C’est que ça a été la même chose pour ton loustic de marketeux.

 

Qui a eu quelques gros nouveaux « breakthroughs » aussi dans l’opération, comme tu as peut-être décelé dans mes mails récents.

 

Pourquoi je te parle de ça ?

 

Pour deux raisons :

 

La première, c’est que je te recommande vraiment de t’exposer à ce type de formats dès que possible.

 

Et quand je dis ce type de formats, ce n’est pas forcément un mastermind ou une semaine copywriting avec Tonton

Croquettes.

(Surtout si le niveau n’est pas élevé)

 

Ca peut même ne rien à voir avec ça.

 

Ce que j’entends par là, c’est tout ce qui te permet de voir comment pensent les esprits les plus affutés du game.

 

Comme dans un vieux livre de marketing direct, où les Ogilvy, Caples ou Halbert ne parlent finalement que des fondamentaux.

Comme dans un enregistrement limite inaudible de 3 jours où feu Dan Kennedy groove tellement sur les principes que tu as l’impression que le machin n’en finit jamais.

Ou en allant fouiller dans les études de psychologie sociale ou sur ce que sont les vrais déclencheurs qui nous poussent tous à faire tel ou tel choix malgré tous nos biais cognitifs.

 

Je sais :

Ca te file pas la trique ce que je te dis là.

 

Et c’est tant mieux.

 

Parce que peu sont prêts à se plonger dans ce genre de trucs.

(Pourtant passionnants et hautement addictifs une fois que tu y trempes le iep’)

 

Et c’est encore moins seks’ quand tu penses que c’est le genre de trucs où tu peux finalement ne pas apprendre la moindre technique ou stratégie.

 

Mais tous ceux que j’ai vu étudier régulièrement ce genre de choses sont aussi, sans aucune exception, tous les meilleurs marketeurs que je connaisse.

 

Parce qu’ils ont compris que c’est en passant le plus de temps possible à essayer de piger comment pensent les meilleurs qu’on progresse le plus.

 

Ce qui m’amène à ma deuxième raison de te parler de ça :

 

J’ai envoyé ce matin aux membres de la MMS un long enregistrement d’une discussion issue de ma dernière semaine copywriting.

 

C’est ultra long.

(3 heures)

 

Il y a forcément des moments qui ne vont pas t’intéresser directement.

(Le dictaphone a été posé sur la table, et il a enregistré tout du long ce qu’on s’est dit devant la cheminée.

Et je ne n’ai pas fait le moindre editing dessus)

 

On parle spécifiquement des projets et de la stratégie de mes clients qui étaient là, of course.

 

Et les 3/4 de ce sur quoi on a groové ne te sera peut-être d’aucune utilité directe.

 

Même si je pense que tu trouveras rarement autant de pépites en si peu d’heures de contenu que dans cet enregistrement.

 

Pourtant ?

C’est le genre de choses que les plus gros players du web viennent chercher dans les masterminds ou dans les consultings les plus chers qui soient.

 

Et rien que pour ça, je me devais de mettre à disposition cet enregistrement aux quelques uns qui y voient l’intérêt.

 

Car c’est le genre de trucs qui peut finalement plus te faire progresser ou te donner plus de « aha moments », comme disent les ricains, que via n’importe quelle formation.

 

Fais ce que tu veux de ce mail.

 

Mais sache que tu peux récupérer cet enregistrement jusqu’à ce jeudi soir uniquement , via ce bon de commande.

 

Et vu que ceux qui ont le « Direct Response Marketing Mindset » méritent d’être récompensés ?

Tout comme ceux qui savent passer à l’action, vite ?

 

Je brade totalement le truc pour les premiers, avant de te donner bien plus de détails sur tout ce dont on a parlé, et d’arbitrairement augmenter le tarif, sans prévenir .

 

(Plusieurs des stratégies qu’on a abordées pourraient facilement être vendues des milliers d’euros, comme tu verras dans mon mail de demain.

Et encore plus si j’avais le temps de vraiment bien marketer et packager ce « produit ».

Mais tout le monde n’a pas le temps libre d’un formarketeur…)

 

La méritocratie selon Greg ?

J’avoue.

 

Mais c’est très bien comme ça.

 

Greg