Ma meilleure technique de vente EVER

Si tu me demandais quelle est ma meilleure technique de vente ?

La plus irrésistible de toutes celles que j’ai testées depuis que je fais du Mark et même du Ting ?

 

Tu me rendrais la tâche très facile.

 

Parce que c’est une question à laquelle je te répondrais sans même hésiter un quart de seconde, tellement elle m’a permis de catapulter mes résultats dès que j’ai enfin fini par piger le « truc ».

 

Il m’a d’ailleurs fallu très longtemps, pour le trouver, ce truc.

Et encore plus pour vraiment maitriser la technique en question.

 

Mais dès que ça a été le cas, pfiou…

 

(Je te parle de 50% de ventes en plus environ, quel que soit l’offre, le prix, le projet ou la thématique.

Même si c’est forcément dur de savoir dans quelle mesure attribuer ces résultats uniquement à cette seule technique)

 

Pourquoi ça a mis autant de temps avant que ça fasse enfin déclic ?

 

Parce que c’est une technique qui n’est enseignée nulle part.

(Je n’ai toujours pas trouvé le moindre livre sur la persuasion, la moindre formation en vente ou en copywriting qui la détaille comme ça)

 

Et que très, très peu de gens au monde la maîtrisent vraiment.

(Le compte tient sur les doigts d’une seule main)

 

Oui, bien sûr, elle ressemble à tout ce qui est enseigné de meilleur sur le sujet.

 

Et notamment à ce qui déclenche bien plus l’achat que n’importe quoi d’autre :

La curiosité.

 

(Oui, la curiosité vend plus que tout le reste.

Y compris plus que ce qu’on veut à tout prix.

 

Comme Gary Halbert l’avait appris à son protégé à l’époque : un certain John Carlton, pourtant…)

 

Parce que cette technique repose à 100% dessus.

 

Oui, bien sûr, elle repose aussi sur ce que veulent les gens.

Et les bénéfices que tu vas mettre en avant pour leur montrer à quel point ce que tu vends va tout changer pour eux.

 

Mais la différence avec tout ce que tu connais sans doute aussi, et ce qui la rend aussi irresistible ?

Elle tient dans la façon dont tu vas parler de ta solution.

Elle tient dans la façon de présenter tes arguments et ce que tu comptes vendre à ton audience dans tes textes.

(Le principe est bien sûr exactement le même si toi tu fais plutôt de la vidéo, de l’audio ou des webinaires)

 

Une façon qui pousse la curiosité à son paroxysme, sans pourtant rien concéder ni dévoiler.

 

Tellement qu’il est impossible pour les gens de savoir quel est le secret dont tu peux pourtant leur parler très longtemps…sans acheter ne serait-ce que pour savoir de quoi il s’agit.

 

Le truc, si tu le fais bien ?

Et même si ils n’achètent pas de suite rien que pour enfin savoir ce que c’est ?

 

C’est que ça va continuer à leur trotter dans la tête.

 

Plus tard dans la journée.

Puis dans la semaine.

 

Jusqu’à ce qu’ils finissent par revenir sur ta page de vente et d’acheter, rien que pour découvrir quel était ce fameux truc.

 

Et même s’ils soupçonnaient de savoir ce que c’était ?

Bien possible qu’ils achètent aussi juste pour en avoir le coeur net.

 

Et enfin résoudre l’énigme que tu as ancré dans leur tête.

 

C’est ça la puissance de cette technique.

 

(Je déteste ce terme, mais c’est bien de ça qu’il s’agit pour le coup)

 

Cette technique ?

J’en ai déjà parlé dans la coquine à vente papier de la MMS.

 

Mais elle tellement puissante que quitte à faire une édition spéciale avant/après où je te montre des mails que certains de mes clients ont rédigé, ce qui clochait avec ou ce qui était améliorable, et des versions retravaillées bien plus persuasives…

…c’était obligé que le sujet revienne sur le tapis.

 

D’ailleurs ?

Il faudrait que je fasse rapidement une édition exclusivement là-dessus, avec des tas d’exemples.

 

Mais un exemple, tu vas déjà pouvoir en trouver un dans la nouvelle édition.

Avec tout le principe expliqué.

 

Et un exemple ?

Tu es en train d’en lire un nouveau.

 

Là, tout de suite.

Dans ce mail.

 

Est-ce que je te recommande d’utiliser cette tactique dans tous tes mails ?

Pas forcément.

 

Parce que ça pourrait devenir too much.

 

Et que mieux vaut varier pour sans cesse surprendre ton audience et qu’ils ne deviennent pas immunisés à tes techniques.

(Tu sais comment c’est : trop des meilleures choses…)

 

Aussi ?

Ca ne m’étonnerait pas que moins tu t’y connaisses en marketing, plus ça soit facile à utiliser pour toi.

 

De par la nature même de ce que c’est.

 

Seul moyen de le savoir ?

Etre membre de la Marketing Master School avant demain soir, et que je ne fasse expédier cette édition.

 

Tu peux t’inscrire ici :

http://lifestylers.fr/marketing-master-school/

 

Greg