Si l’argent n’était plus un problème, tu le ferais quand même ?

Petit extrait d’un long mail de Clément :

“Je n’ai jamais répondu à un de tes emails même si le coeur m’en disait car je ne me voyais pas t’emmerder.

Mais alors celui-là, c’est comme si tu l’avais écris pour moi, je te rejoins tellement à 1000%.

J’ai débuté l’interoueb il y a 3 ans et comme tout le monde me le conseillait j’ai commencé par réseauter pour changer d’entourage et me faire des contacts, ça a été très puissant, mais aujourd’hui mettre un pied dans dans un évènement me file la coulante.

Car je ne me reconnais pas dans 9 entrepreneurs sur 10 qui sont juste des salariés avec un déguisement de business owner. 

C’est d’ailleurs pour ça que l’univers start-up me fait gerber, des gars qui sacrifient leur vie pour faire des levers de fond jusqu’à plus dormir la nuit sous prétexte de la course à l’innovation.

Bref, t’es un king, moi tout ce que je veux, c’est mettre mon 10K en automatique et puis faire tout ce que j’aime, jouer aux jeux vidéos, au tennis, partir à la pêche, tout ce que je faisais quand j’étais insouciant et qu’on me parlait pas de devoir rentrer dans ma case.

Les entrepreneurs qui poursuivent l’argent ou le matériel pour but ont juste rien compris selon moi.

Tu m’inspires de ouf et je sais que je vais pas m’arrêter à juste 3 formations chez toi ;) !

Tiens, une petite question pour toi, en espérant qu’elle soit assez pertinente pour finir dans un de tes emails quotidiens !

Est-ce que si tu avais ton salaire actuel à la virgule près, sans avoir à faire à faire une seule action money making, tu continuerais à faire ce que tu fais ?

Je te pose cette question car j’ai souvent la pensée que tu réussis ta vie lorsque tu n’arrives à faire que ce que tu aimes.”

Je trouve intéressant de répondre à ça.

Parce que pile comme on en parlait dans les mails récents sur l’expatriation pour échapper au racket fiscal, le plus important pour moi, c’est notre mode de vie.

Bien plus que le blé.

Alors, je sais que beaucoup auraient envie de me tarter, parce que oui, c’est facile de dire ça quand on gagne autant.

La vérité vraie de comment je vois le truc ?

Au départ, pouvoir bosser si peu et gagner autant, et uniquement sur ce que je veux, avec qui je veux, c’était le rêve absolu.

Et l’obsession.

Jusqu’à ce que je mette à coacher, puis que je lance Life Stylers et que tout ça devienne mon mode de vie.

Le pied !

Ensuite ?

Après 2 ans à m’éclater à bien gagner, mais sans que ça soit dingue non plus, et à faire que ce que je voulais (et rarement bosser plus de 3h par jour), je me suis mis à plus penser pognon.

Par pour m’acheter des Lamborghini et des villas, j’en ai rien à cirer.

Mais juste pour assurer mon avenir.

Et ne plus avoir à travailler, le jour où ça me saoulera.

Il y a des jours, comme ces temps-ci, où je finalise un gros lancement pour un client qui démarre demain, et où je gère un peu trop de projets en même temps, où je me dis que j’en fais trop.

Que je sacrifie mon mode de vie pour assurer l’avenir.

Je pense que c’est juste humain, quand on constate sur son compte en banque ce qu’il est possible de gagner, d’être tenté de se rajouter des projets pour faire encore plus.

(Et je n’échappe pas à la règle)

L’idéal, je pense ?

C’est d’être quelque part entre les deux.

Bien gagner, en ne faisant que ce qu’on aime.

Suffisamment pour ne plus avoir à compter, hormis pour des gros achats (voiture, appart’…).

Et un peu plus, pour en mettre toujours plus à gauche, pour le jour où la flamme ne sera plus là.

Des journées tranquilles donc, la plupart du temps.

Et mettre un coup de collier une fois ou deux dans l’année pour passer au niveau supérieur, sans que ça n’implique de changer son rythme par la suite.

Aujourd’hui ?

Je pourrais arrêter Life Stylers, le copywriting, le coaching et les lancements clients.

Et très bien vivre avec ce que me rapportent mon site anglophone en automatique et les commissions que je touche sur le marketing que je fais pour les autres.

Mais tant que je kiffe…

Je pourrais aussi tout virer.

Et juste garder Life Stylers.

Créer une nouvelle formation chaque mois.

Et envoyer un simple mail qui me prend 10 minutes max à écrire.

En mode Emailing 3.0.

C’est vraiment la journée de 10 minutes, ça.

Qu’on automatise ses mails dans un second temps, ou qu’on écrive juste son petit mail quotidien, en buvant son café…

Et tu peux le faire toi aussi en suivant mes méthodes.

Ca paraît beaucoup un mail par jour.

Mais tout ce que tu as à faire, c’est de trouver une idée.

De groover dessus.

Et de poser un lien vers un de tes produits à la fin.

Si tu as de bons produits à vendre qui répondent aux besoins des gens, et que tu fais ce qu’il faut pour remplir ta liste un peu tous les jours ?

C’est le plus simple, le plus efficace, et le plus fun que je connaisse.

C’est aussi pour ça que je continue Life Stylers.

Ca m’éclate.

Et je n’ai jamais l’impression de travailler.

Teste la méthode Emailing 3.0 pendant au moins 30 jours.

Et je serais surpris qu’il en soit autrement pour toi…

 

Greg

Ce que les impôts te ponctionnent vraiment (c’est bien plus que ce que tu crois)

Aéroport d’Athènes, le laptop sur les genoux à prendre le soleil matinal…

Essayons de groover avec le plus d’objectivité possible sur ce que coûtent vraiment les impôts, et si ça fait sens pour toi de partir ailleurs.

Parce que oui, il y a matière à réflexion.

Si tu ne gagnes que quelques centaines d’euros par mois avec ton activité, les impôts, tu t’en fous un peu, forcément.

(Du moins pour le moment)

Tu fais un CA annuel à 6 chiffres, ou plus ?

Là, je crois que la question ne se pose même plus.

A moins que tu sois OK avec le fait d’en redonner 50 à 70% à l’Etat.

C’est plus dans le cas où tu génères quelques milliers d’euros par mois de CA que ça peut devenir un vrai noeud au cerveau.

Surtout si toi, tu es bien dans ton pays, et que tu n’as pas envie de bouger.

(Ou que tu as des contraintes fortes, comme des gamins, qui ne rendent pas le “move” facile)

Normalement ?

En tant que marketeur (et d’autant plus copywriter) qui s’apprête à vendre une formation pour aider à résoudre le problème ?

Je devrais appuyer sur la douleur.

Remuer le couteau dans la plaie.

Et te montrer que ça te coûte bien plus cher que tu ne le penses de refiler ne serait-que 50% de ton chiffre d’affaires à ton gouvernement.

(Je vais le faire, parce que peu de gens ont conscience du vrai calcul, et rien que pour la démo de marketing…)

Mais j’avoue que le plus important selon moi, au delà de la facture salée, c’est ton mode de vie.

Et ça reste ce que tu dois considérer en tout premier.

Je vois tellement de gens s’expatrier pour échapper au matraquage fiscal et aller dans le premier Malte, Maurice ou je ne sais où dont on leur a parlé, alors que ce n’est pas pour eux…

… et qui finalement se créent une nouvelle prison (qui n’est plus fiscale, mais géographique pour le coup)

que ça vaut le coup de le mentionner.

C’est pour ça que dans ma prochaine formation “International (Wo)Man”, on va vraiment commencer par plancher sur ton mode de vie idéal.

Avant de voir comment tu peux le mettre en place, tout en économisant en impôts (ou en payant 0) et même avoir plus de cash pour bien mieux vivre que jusque là.

Mais revenons à ce que ton gouvernement te ponctionne vraiment chaque année.

Le vrai chiffre ?

Ce n’est pas celui que tu vois sur ta feuille d’impôts.

Tu vois écrit 60 000€ ?

Oui, c’est bien ce que tu leur dois.

(Juste pour essayer de combler leur dettes en général, si tu vis quelque part à l’Ouest, mais bref…)

Mais ça te coûte forcément bien plus.

Parce que ça n’intègre pas le coût d’opportunité.

Ces 60 000€, si tu ne leur donnais pas ?

Tu pourrais les transformer en 6000€ par an, en les investissant à 10%.

Et au bout de 10 ans, ce n’est plus 60 000, mais 120 000€ de moins pour toi.

Ou tu pourrais les ré investir en trafic et en leads, comme je le fais en priorité et que j’explique en détails dans ma formation “Objectif Retraite”.

Et là, ce n’est plus 60 000€ que ça te coûte, mais potentiellement pas loin d’un million, avec les années.

Ok, tout ça ?

On en reparle dans “International (Wo)Man” dès la semaine prochaine.

Ainsi que de tout ce que j’ai découvert pour vivre bien mieux, et obtenir bien plus, en allant simplement où tu es le mieux traité, pour chaque chose importante pour toi.

Ca va être une longue formation.

Et du coup ma formation de juillet + août, dans la même.

Pas le pire moment donc pour devenir membre de la MMS et de récupérer ça à moindre coût si le sujet t’intéresse, ou que tu veux simplement t’expatrier et internationaliser ta vie pour profiter de ce que le monde peut t’offrir si tu vois plus large…

Greg

Tes résidences idéales, à travers le monde, financées par ce que tu économises en impôts…

De la sublime vieille ville de Tbilissi, au réveil d’un gros samedi soir…

On est partis en cacahuètes total à groover pendant des heures hier soir avec les amis géorgiens et d’un peu partout autour du monde.

Des Life Stylers des temps modernes qui internationalisent à 2000% leur vie.

(Quitte à devoir se barrer des pays du racket fiscal, autant profiter des énormes et multiples options qu’offrent le fait de vivre où tu veux, quand tu veux…).

Au delà d’où chacun monte sa boîte ?

D’où on cale notre résidence fiscale ?

D’où on investit ?

Et de toutes les options que chacun ont pris ou considèrent pour la suite ?

On a discuté jusqu’à plus soif (enfin, si je puis dire…) d’où vivre.

Aux différents moments de l’année.

Et d’avoir la combinaison de résidences idéales (appart, maison, bungalow, chalet, ce que tu veux…) en fonction des types d’ambiance qu’on recherche, à chaque moment.

Ca a donné des trucs comme ça :

– le petit chalet, dans les montagnes géorgiennes ou bulgares

– l’appartement dans une ville “facile”, où ça parle anglais, où tu trouves tout ce que tu veux, et hyper connectée pour voyager où tu veux sans enchaîner les escales (comme Amsterdam)

– la résidence d’été, sur la plage, au bord de la mer (au Monténégro par exemple)

– celle d’hiver, plus dans la nature mais pas loin d’une ville où sortir et de la plage, comme c’est facilement trouvable en Amérique latine ou en Asie

– la cabane de pêcheur au bord d’un paisible lac balte ou finlandais, pour profiter d’un peu de fraîcheur en plein été et se poser tranquille à bouquiner ou réfléchir “stratégie”

– le studio de passage dans un des hubs avec les meilleurs connections du monde pour les vols, comme à Dubai, pour passer rapidement d’Europe en Asie, et y poser ses affaires pour toujours pouvoir voyager léger…

Et je ne sais combien d’options dans le genre.

Alors, c’est sûr, si tu achètes toutes ses résidences là, ça commence à faire une belle facture.

Et tu n’as probablement pas besoin de tout ça de toute façon.

Même si tu peux tout à fait acheter certaines de ses résidences en mode “lifestyle investment”.

C’est-à-dire que tu en profites quand tu veux, et que tu les loues le reste du temps.

Tu n’obtiens pas les mêmes retours sur investissements que des investissements purs et durs si tu fais ça.

Mais tu as ton chez toi, arrangé comme tu veux, et ça ne te coûte rien (ou vraiment pas grand chose) d’y passer un ou 2 mois dans l’année grâce à ce que tu fais rentrer avec les locations.

Jusqu’à ce que ça soit à toi ou que tu décides de revendre (avec une jolie marge si tu fais bien les choses), pour acheter ailleurs.

Bien sûr ?

Tu peux aussi investir dans une de ces résidences, pour y faire ta base.

Là où tu passes le plus de temps.

Et louer à loisir le type de résidences que tu veux dans le type d’endroits que tu veux, quand tu veux.

Le fait est que les options sont infinies.

Et que dès que tu commences à faire un minimum de cash avec tes projets, ça te coûte de toute façon bien moins cher que de régler ce que l’Etat va te ponctionner…

Tout ça ?

Et bien plus encore ?

On va en parler dans ma prochaine grosse formation “International (Wo)Man”.

Elle sera incluse comme d’hab’ pour les membres de la Marketing Master School.

Mais ça sera mois rentable pour les autres, tellement j’ai de choses à te montrer pour créer ta société à l’étranger, ne plus payer d’impôts, voyager à moindre coût et profiter d’opportunités d’investissements que tu ne trouveras jamais dans ton pays…

Le tout dans un plan d’internationalisation globale, 100% légal, en fonction de tes envies à toi.

 

Greg

J’améliore ton marketing ?

En train de bosser sur le marketing d’un service que s’apprête à lancer un de mes clients quand je reçois ce mail de Geoffroy suite à la dernière formation papier incluse dans la MMS :

“Petit mail pour te dire merci pour cette dernière MMS dans laquelle tu abordes un cas concret de page de vente .

Mais gros point positif, tu es parti d’un exemple avec des erreurs.

Et je me suis mieux rendu compte des corrections à apporter.

Parfois cela ne tient pas à grand chose mais reformuler 4 ou 5 phrases en une seule peut parfois changer l’impact complètement.

Ou modifier le temps d’un verbe conjugué.

Bref, expérience à renouveler de temps à temps si possible car cela m’a fait comprendre pas mal de choses.”

Une expérience à renouveler, en effet.

C’est vrai que ce n’est pas quelque chose que je fais assez, mais qui peut encore plus t’aider que quand je te montre ce que je fais et que je t’explique pourquoi je le fait comme ça.

(Qu’on parle de titres, de mailings, d’argumentaires de vente, de publicité, de landing pages ou quoi que ce soit).

Là, ça me permet de mieux te montrer ce qui me paraît améliorable.

Et de comment je l’améliorerais.

Du coup ?

Je vais refaire ça dans les prochaines éditions de la formation papier “Dans la tête d’un Copywriter Pro”, que tu reçois (ainsi que mon autre nouvelle formation audio ou vidéo) chaque mois si tu es membre de la Marketing Master School.

Tu peux donc m’envoyer par mail ce sur quoi tu veux mon avis.

Et je sélectionne ce qui me paraît le plus intéressant dans le lot pour l’édition suivante de la MMS.

Et je le retravaille devant toi, en t’expliquant ce que je garde, ce que je changerais, pourquoi, et ce que je mettrais à la place.

Bien sûr, je ne pourrais pas détailler et analyser tout ce que je recevrais de tout le monde, faute de temps et de place.

Mais l’important pour cartonner sur le web, c’est de comprendre les principes.

La psychologie.

Le “wording”.

Les tournures de phrases.

Et tout ce qui permet de faire faire à nos prospects ceux qu’on veut qu’ils fassent.

Dans leur intérêt, et celui de notre compte bancaire.

Et rien que de le voir fait pour d’autres personnes, même sur d’autres thématiques, devrait beaucoup t’aider à augmenter ta liste et tes ventes.

Tu peux donc m’envoyer ce que tu veux :

Un mailing que tu as fait.

Une page de vente.

Un texte de publicité.

Une offre que tu as mis en forme.

Peu importe.

C’est l’esprit de la formation papier de la MMS de toute façon de voir tout ça, mois après mois.

Un coup un truc, un coup un autre.

Pour progresser, encore et encore.

Toujours un peu plus.

Dans ce qui est la seule formation du genre qui existe.

Et clairement ce qui aide le plus mes Choupies à augmenter leurs résultats (plus encore que mes formations audio ou vidéo, car là, on rentre dans les détails du copywriting et de la persuasion).

Si tu veux profiter de ça aussi, tu peux t’inscrire et rejoindre mes Padawans sur cette page : http://lifestylers.fr/marketing-master-school/

(Et recevoir de suite en cadeau de bienvenue ma formation Emailing 3.0 qui te détaille tous les principes derrière mon système de mailing quotidien, ou la formation de ton choix si tu l’as déjà)

 

Greg

C’est comme des orgies romaines de ventes ce truc…

Tbilissi.

Super journée hier à finaliser quelques paperasses pour ma résidence, visiter des apparts et finir sur un festin digne d’une orgie romaine…

(J’ai essayé de compter le nombre de fois où un toast a été porté.

J’ai fini par perdre le compte après la vingtaine…

Rassure-toi, on a trinqué à ta santé aussi, vu que de toute façon ici, à force, tu as fini par trinquer à celle d’un peu près tout le monde^^)

Je ne pense pas ré investir ici ce coup-ci, parce que les meilleurs deals impliquent des rénovations que je n’aurais pas le temps ou l’envie de suivre dans les prochains mois.

Mais, en parlant d’orgie romaine…

La promo qui vient de se terminer sur ma formation “Objectif 1000€ par jour (vraiment) en automatique” a été un véritable déluge de ventes encore une fois.

J’ai beau faire du Mark et du qui tu sais depuis des années, ça me scotche à chaque fois :

Tu crées une formation avec un vrai bon concept.

Quelque chose que tout le monde veut.

Parce que ça correspond à l’un de le leurs plus gros problèmes, et/ou qui leur permet de réaliser l’un de leurs plus gros désirs.

Dans ton argumentaire de vente ?

Tu démontres que ce que tu avances fonctionne, et peut fonctionner pour eux aussi.

Tu leur fais visualiser ce que ça va changer pour eux d’avoir ton produit.

Et tu suscites la curiosité au maximum sur la méthode exacte pour atteindre le résultat que tu promets.

Le résultat, si tu fais ça bien ?

Un bestseller à coup sûr.

Que tu va pouvoir vendre pendant des années.

Tu fais un premier carnage quand tu lances ta formation.

Et, à chaque fois que tu la remets en promo ?

Re carnage.

Je sais, ça paraît facile dit comme ça.

Le fait est que ça l’est, avec les bonnes méthodes et un peu d’expérience.

(C’est à force de lancer des produits que tu “captes” vraiment ce qui marche sur ta thématique, même si tu peux bien sûr faire un strike du premier coup si tu connais bien ton marché).

Ces méthodes, et mon expérience sur un paquet de thématiques différentes ?

Je te les partage dans ma formation “ La machine à créer des formations bestsellers : le système pour trouver chaque mois des idées de produits qui cartonnent, et les transformer en offres irrésistibles, presque à tous les coups…

(Même si aujourd’hui tu ne vois pas comment tu pourrais créer plus de 3 formations potables sur ta thématique…)”

que tu peux télécharger de suite sur cette page.

Greg

Mon plus grand défi ?

On me demande souvent pourquoi j’ai décidé de lancer mon site sur le jardinage, et, surtout, sur le marché anglophone.

(Je cible les ‘ricains, les canadiens, les rosbeefs, les kangourous et les kiwis)

Beaucoup plus que pour le blé ?

(Même si c’est maintenant ce qui me rapporte le plus, avec les royalties que je touche sur le marketing que je fais pour mes clients)

Je l’ai fait pour le défi.

Pour voir si c’était possible d’arriver à de beaux résultats en s’attaquant aux américains d’une part.

Mais, surtout, pour voir si c’était possible de créer un projet VRAIMENT 100% automatisé.

Rien à voir donc avec ce que vendent la plupart des formateurs en Mark ou en Ting avec leur tunnels de vente.

Où tu te retrouves à devoir sans cesse…

… créer du contenu pour te faire connaître

faire appel à des partenaires et organiser des gros lancements pour vendre

devoir gérer des publicités sur Facebook sans cesse (si tu as déjà vu une campagne qui est rentable à vie, sans rien avoir à retoucher, tu me dis, perso j’en ai jamais vu une…)

… devoir toujours créer de nouvelles offres pour rentabiliser ses investissements en publicité parce que notre tunnel de vente ne…vend pas assez.

Pour moi, ça, ça ne ressemble vraiment pas à ma définition de quelque chose d’automatique.

Ce que je voulais c’était ça :

Quelqu’un qui m’envoie le type de trafic que je veux, exactement où je veux, quand je veux.

Une séquence email.

3 ou 4 produits à vendre.

Et c’est tout.

Basta.

Je « commande » du trafic que je sais qui va convertir.

Il rentre dans ma séquence.

Je vends.

Et je gagne plus que ce que j’investis en publicité de façon prévisible derrière.

Et c’est tout.

J’ai donc réfléchi jusqu’à trouver comment c’était faisable.

Et je l’ai mis en place.

Ce que j’ai découvert ?

Comment monter un site rentable vraiment automatisé à 100 %, comme je l’ai fait, et qui tourne tranquillou depuis plus d’un an maintenant ?

(il ne reste plus que le support client à gérer une fois tout en place. Que tu peux bien sûr sous-traiter)

Je te le montre dans “Objectif 1000€ par jour (vraiment) en automatique.

Que tu peux encore récupérer en grosse promo jusqu’à minuit sur cette page :

http://lifestylers.fr/objectif-1000e-par-jour-vraiment-en-automatique/

 

Greg