Les Ebooks pourris, les ricains, Jean Rivière… : Comment je me suis formé

Une question d’Alexandre suite à mon mail de lundi dernier où je parlais d’état d’esprit pour réussir sur le web, de l’époque où je galèrais total et où je revendais tout ce que j’avais pour suivre des formations :

“Tout est question de priorité en effet… et d’honnêteté avec soi même (surtout).

Justement, quand tu mangeais des pâtes sans beurre, qui as tu suivi à tes débuts ?

Quel « gourou » t’a inspiré, quelles formations t’ont fait mettre la main à la pâte (décidément, beaucoup de pâtes) ?

Beaucoup de Halbert et cie. j’imagine ? Ca serait intéressant de savoir.”

 

Je n’ai pas suivi les Gary Halbert, David Ogilvy, Eugene Schwartz, John Carlton and co’ dès le début, non.

Tout simplement parce que comme tout le monde, je ne savais pas que ça existait le copywriting.

Je n’avais jamais entendu parler de ces mecs-là.

Faut voir que mon parcours a été un peu différent de certains au début :

Moi, j’organisais des soirées à Amsterdam.

Et je voulais les remplir plus facilement qu’en déposant juste des flyers dans les bars, en collant des posters sur les murs de la ville et en allant parler à tout le monde pour leur dire qu’ils devaient absolument venir.

A ce moment là, j’ai juste cherché tout ce que je pouvais pour faire pile ça.

Et c’est là que je suis tombé sur tout un tas de trucs.

Avec un gros paquet de merde dans le lot (ah, la bonne époque des ebooks qui te promettaient la lune…).

Progressivement, je me suis retrouvé à faire un peu comme tout le monde au départ je pense :

Un article t’emmène à un autre.

Un auteur à un autre.

Une formation à une autre.

Jusqu’à ce que tu finisses par trouver ce qui te convient.

Pile comme la plupart de mes clients ont bouffé de la formation à 2000 balles lancées en grandes pompes avant d’arriver chez les rares formateurs qui savent vraiment de quoi ils parlent.

Parce qu’ils pratiquent ce qu’ils enseignent.

Pour moi ?

Ca a été du Frank Kern, du Eben Pagan, du Dan Kennedy, du Perry Beltcher, du Ryan Deiss pour ceux qui m’ont le plus aidé dans le lot.

(Je t’en épargne des dizaines et des dizaines dont je ne me souviens plus pour la plupart).

Des gens que j’ai découvert en 2009/2010.

Et qui m’ont vraiment aidé.

(Même si tout le reste était aussi utile, parce que ça t’apprend à réfléchir comme un marketeur finalement)

Mais ceux qui m’ont le plus fait avancer, ça a été juste après.

Avec les génies du copywriting justement.

Puis Jean Rivière à ses débuts.

Pour le seul chez qui je me souviens avoir acheté des formations chez les Frenchies.

J’ai dû tout lui acheté pendant près de 2 ans, jusqu’à ce que je le rencontre et qu’on finisse par bosser ensemble.

Maintenant, je ne sais pas, mais à l’époque, c’était du lourd ce qu’il faisait.

J’écoutais ses formations quasiment en boucle…

Je me rappelle d’ailleurs d’une discussion que j’avais eu avec lui.

Quand je lui avais dit que je comptais me spécialiser sur le copywriting.

Sagement ?

Il me l’avait déconseillé.

Parce que “personne ne sait ce que c’est que le copywriting”.

Mais, heureusement, je ne suis pas sage.

Et tout comme lui l’avait déjà très bien compris, je savais que se former à la persuasion était la meilleure chose à faire pour cartonner.

Aujourd’hui ?

Cette compétence si longtemps négligée sort enfin de l’ombre.

Et tout le monde comprend que ç’est la plus utile de toutes.

Et je suis pas peu fier d’avoir contribué à ça pour les Francophones, à mon modeste niveau.

Parce que c’était pas gagné.

Maintenant ?

On me demande presque tous les jours comment devenir copywriter pro.

Que ça soit pour ses propres projets, ou faire le marketing des autres, et profiter de la demande énorme qu’il y a là-dessus.

Ca tombe bien.

Parce que c’est ce que je partage chaque mois dans la formation papier spéciale persuasion incluse dans la Marketing Master School.

Et qu’en plus, je te prépare une nouvelle formation exactement là-dessus.

Où je vais te montrer comment progresser à pas de géant en vente, sans même t’en rendre compte.

(On va tricher un peu pour ça…)

Et comment tu peux devenir copywriter pro, comme moi, si tu as envie de profiter de la compétence la plus demandée qui soit sur interoueb.

Aujourd’hui comme dans 30 ans.

Cette formation ?

Elle sort demain.

Et elle est incluse, comme d’hab’, pour les membres inscrits à la MMS.

Inscrits-toi ici si ça te tente avant que j’ouvre le tarif public :

http://lifestylers.fr/marketing-master-school/

 

Greg

Ta retraite, bien plus vite, en mode voyage de rêve

Le problème de beaucoup trop de gens qui bossent sur interoueb, d’après tout ce que je vois ?

C’est qu’ils approchent le truc de la mauvaise manière.

Ils veulent d’entrée de jeu faire le truc parfait.

Le projet parfait.

La thématique parfaite.

Le site parfait.

Puis créer le produit parfait.

Tout ça, ça me fait vraiment penser à quelqu’un qui attend pendant 50 semaines un voyage de 15 jours.

Ou quelqu’un qui prépare son premier voyage à plus long cours.

On a tendance dans ces cas là à chercher à tout voir.

A profiter du peu de temps qu’on a pour s’en mettre un maximum au programme pour “rentabiliser” le truc.

Dès qu’on commence à pas mal voyager, par contre ?

On se rend compte que le meilleur moyen de voyager, c’est tout l’inverse.

C’est de ne surtout pas tout planifier.

C’est d’improviser au maximum une fois sur place.

C’est de prendre son temps.

C’est de se laisser de la flexibilité, pour profiter des coins qu’on va préférer.

Des gens avec qui on aura envie de faire un bout de route.

Ou de tout ce qui fait au bout du compte nos meilleurs souvenirs.

Parce que nos meilleurs souvenirs, c’est jamais d’aller voir la Tour Eiffel, Big Ben ou les temples d’Angkor (même si ça peut être sympa, je ne dis pas).

Sur interoueb ?

C’est tout pareil.

Au début, on veut faire le truc parfait.

Comme si on n’avait qu’une seule chance.

Comme si on n’avait que 5 semaines de vacances par an, et qu’on ne pouvait pas rater la moindre journée du coup.

Le problème ?

C’est que, comme pour le voyage, c’est en faisant les choses qu’on voit ce qui fonctionne le mieux.

Qu’on découvre ce qui nous plaît le plus.

C’est en sortant plus de formations (plus petites) comme ça qu’on trouve les produits qu’on va pouvoir remettre en promo plus régulièrement.

Parce qu’on s’est donné les moyens d’en créer suffisamment pour arriver à créer des formations qui cartonnent.

Au lieu de tout miser sur un gros lancement.

C’est là qu’on peut pourquoi pas tout mettre en automatique, comme je l’ai fait sur mon projet sur le jardin.

Et c’est là qu’on peut mettre de l’effet de levier.

Avec la pub.

Pour exposer nos meilleures offres à un maximum des personnes les plus à même d’acheter.

Et c’est exactement comme ça que je te recommande de préparer ta retraite et de te créer des revenus passifs, aussi.

Plutôt que de rusher le process ?

Prends le temps de trouver tes pépites.

Ton projet qui rapporte bien?

Puis passe tout ce qui fonctionne le mieux pour toi en mode “repeat”.

Et mets le paquet (et de l’effet de levier) dessus.

Comme si tu décidais de rester 2 jours, 2 semaines ou 2 mois de plus dans cet endroit de rêve que tu viens de découvrir un peu par hasard.

Tu vas alors dégager des retours sur investissements à faire rougir tous les experts en immo ou en trading.

Parce que tu sais déjà que ça marche.

Si tu veux gagner des années, et prendre le plus vite possible ta retraite ?

(Ou au moins être peinard jusqu’à la fin de ta vie sans attendre des années ?)

Je te montre comment c’est possible dans ma formation “Objectif retraite”.

Exceptionnellement en promo sur cette page, jusqu’à ce soir minuit.

Greg

Rentes à vie : Pourquoi faire ça, et se retrouver à se créer un job en plus ?

Ca doit être la nature humaine mais bon…

Le plus souvent ?

On cherche toujours à gagner de plus en plus.

En se disant qu’on pourra ainsi s’offrir le top du top.

Voyager plus.

Accéder à plus de luxe.

Etre tranquille.

Ne plus avoir à travailler.

Etre à la retraite plus tôt.

Tout ça, tout ça…

Du coup ?

On se rajoute des projets inutiles.

Et on se retrouve à se créer un autre job plutôt que le mode de vie qui nous fait rêver.

En parlant de retraite, et de se créer des revenus passifs pour la financer ?

C’est la même chose.

Même les gens qui bossent sur le web regardent ce qu’il y a moyen de faire hors web pour se créer des rentes à vie le plus vite possible.

Comment investir dans l’immobilier.

Comment placer son argent.

Quels investissements financiers peuvent nous donner des revenus passifs, mois après mois.

Je ne dis pas qu’il ne faut pas du tout s’y intéresser.

Mais plutôt de le faire dans un second temps seulement.

(Et uniquement si nécessaire).

Maintenant, les investissements immobiliers pour moi ?

C’est uniquement pour acheter cash.

Et seulement une fois que j’ai déjà doublé, triplé ou bien plus démultiplié ce que je gagne grâce au web.

En ré investissant là où je peux obtenir de très loin les meilleurs ROI, sans rien avoir à apprendre de nouveau, donc.

Vraiment pas envie de bloquer des dizaines ou centenaires de milliers d’euros dans des investissements qui ne vont pas me rapporter avant des années.

Surtout quand je peux les ré investir de suite et récupérer bien bien plus.

Parce que quand on bosse sur le web, on a la chance de pouvoir obtenir des retours sur investissement largement supérieurs que grâce à tous ces leviers là.

Alors…

A quoi bon mettre une énergie folle à apprendre un tout nouveau domaine plein de pièges à déjouer (comme l’immobilier) quand on apprend déjà comment vendre un maximum sur internet ?

Quand on se concentre déjà sur les compétences qui nous permettent de toucher de plus en plus de personnes déjà intéressées par ce qu’on à vendre ?

En bref :

A quoi bon repartir de zéro dans un nouveau domaine de compétences hyper exigeant (parce que qu’on parle d’immo, de bourse, de trading, de crypto monnaies, de ce qu’on veut dans le genre, c’est bien de ça qu’il s’agit)…

… quand on est déjà en train de faire ce qu’il faut pour maitriser des techniques qui permettent d’obtenir le même type de résultats ?

Et, surtout, bien plus vite ?

A mon avis ?

Pas à grand chose.

Parce que tu peux y arriver sans avoir à apprendre un tout nouveau domaine, comme l’immobilier ou la bourse.

Tu peux y arriver en te la jouant extrêmement safe (on ne parle pas ici de spéculer sur le Bitcoin ou je ne sais quelle nouvelle cryptomonnaie…).

Tu peux y arriver en ne faisant rien de plus que ce que tu fais aujourd’hui :

Bosser sur ton business sur le web.

Et c’est pile ce que je vais te montrer dans un instant, pour que tu puisses transformer de la façon la plus rapide 1€…en 10€.

Puis en 100€.

Et ainsi de suite…

Jusqu’à avoir beaucoup plus vite qu’avec n’importe quel moyen que je connaisse les sommes nécessaires à investir dans des options plus traditionnelles qui t’assureront ton futur.

Et de toucher à vie, 5000€ par mois de rente sur tes investissements.

Tout le système que je suis depuis que j’ai fini par piger tout ça ?

Je l’avais enregistré dans une formation, Objectif retraite.

Pour t’aider à devenir rentier sans attendre des années ni bosser 12 heures par jour.

Avec ton plan d’action et ton système pour générer 5000€ de revenus passifs, à vie.

Cette formation, tu peux la récupérer en grosse promo sur cette page.

 

Mais jusqu’à demain soir seulement.

 

Greg

Ma thune ? Elle a fait (plein de gros) bébés toute seule

Tu sais ce qu’ils te disent tous :

Dès que tu commences à avoir du blé, tu dois l’investir.

Pour qu’il travaille pour toi.

Et qu’il fasse des bébés tout seul.

Comme les royalties que touche Jean-Jacques Goldman à chaque fois qu’un de ses tubes (ou un de ceux qu’il a écrit pour les autres) passe à la radio.

(C’est-à-dire à peu près chaque minute.

Yep.

Blindé le mec)

Et vas-y qu’à force d’intérêts composés, ces bébés, ils vont grandir.

Vite.

Est-ce qu’ils ont tort, les gourous de l’investissement qui te disent ça ?

Non, c’est pas le problème.

Après tout, l’objectif pour tout entrepreneur, c’est d’en mettre suffisamment à gauche.

Pour ne plus avoir à travailler.

Parce qu’il y a de belles rentes qui tombent en “automatique” mois après mois.

(Et peu importe qu’elles se fassent via des investissements immobiliers, financiers ou je ne sais quoi).

Le grand mécanisme qu’on nous vend comme THE solution ?

C’est de s’endetter.

Intelligemment, certes.

(Pas dans des crédits conso à la con, pour une bagnole ou même pour se payer sa résidence principale, hein…).

Mais s’endetter quand même.

Pour investir dans des apparts, par exemple.

Et que ça soit la banque et nos locataires qui les financent pour nous.

En répétant l’opération autant de fois que possible.

Jusqu’à ce que les crédits soient remboursés.

Et que ça soit le jackpot.

Sur le papier (et même en pratique, si on omet que ça prend un temps fou et que ça demande d’acquérir tout un tas de connaissances qu’on n’a pas forcément pour éviter la catastrophe) ?

C’est pas con du tout.

Sauf que ça prend des années tout ça…

Et j’ai failli faire la grosse connerie l’an dernier de partir à fond dans ce délire là.

Puis, j’ai eu un moment de lucidité.

(Juste à temps pour le coup !).

Du genre :

“**tain Greg ! T’es vraiment trop *** !

Qu’est-ce que tu vas t’en…quiquiner à sortir de telles sommes auxquelles tu ne pourras plus toucher pendant des années

tout ça pour faire un malheureux 5 à 10% par an ???!!!”

(oui, je me tutoie…)

“Alors que tu sais déjà comment faire ça, parfois même en juste quelques heures !”.

Le truc ?

C’est que toi comme moi, oui, on a une chance énorme.

On bosse dans un domaine où on peut obtenir des retours sur investissements juste hallucinants !

Et je ne te parle pas là d’atteindre du 15%.

Du 20%.

Voire même du 30% de retour sur investissement.

Non.

Je te parle de faire x 10.

x 50.

Ou x 100.

Avec des chiffres très conservateurs, je vais même te montrer comment il est possible de faire 118 fois plus qu’avec les investissements traditionnels, en juste 2 ans.

Soit du 900% de retour sur investissement !

Là ?

Tu te dis peut-être que j’ai deux ou trois fusibles qui ont fondus…

(Ce qui n’est peut-être pas faux, mais, ça, c’est une autre histoire^^)

Mais si tu t’intéresses un minimum au monde du web (et des effets de levier qu’il est possible d’obtenir en vendant tes produits à un nombre quasi illimité de personnes), tu vas voir en lisant cette page que c’est d’une logique implacable.

Et que c’est ce que font déjà les plus gros acteurs qui sévissent sur la toile.

Greg

Comment s’adresser à deux types de clients idéaux… en même temps

Une question de Guilhem sur ses projets E-Commerce, mais qui peut te servir aussi si toi tu vends autre chose que des produits physiques :

“Mes produits se vendent déjà sur Amazon mais il y a 2 types de clients (femme et homme) donc est-il possible qu’il y ait plusieurs clients idéaux ou alors comment distinguer le bon ?

Je te donne en exemple : un produit acheté et utilisé au quotidien par les femmes (ex accessoire beauté) mais aussi bcp acheté comme cadeau par les hommes pour leur femme. 

Comment tu gères ce genre de cas ? C’est pas aussi simple qu’un accessoire de sport pour maigrir ou il est facile de connaître les motivations et besoins sous jacents.

Comment parler à ces 2 types de personnes dans le cas ou on met le produit sur son site ecommerce, le but n’étant pas de ne vendre que sur Amazon et surtout comment gérer la relation avec ces 2 personas ?

Par ex comment aborder ces 2 types de personas par mail : faire 2 listes distinctes avec des sujets totalement différents mais dans ce cas il faut pouvoir distinguer les motivations de chaque client après l’achat et les balancer dans la liste adéquate ? 

Mais du coup comment choisir les produits complémentaires à vendre sur le shop : shop plutot masculin genre cadeaux pour femmes + produits pour hommes ou boutique vraiment ancrée femme ? 

C’est vraiment mon casse tête du moment.

Guilhem”

 

Sur ce coup-là, oui, faut être un peu ninja ;-)

Le but ?

Avoir une description produit qui parle aux 2 types d’avatars (la consommatrice, et le mec qui ferait un cadeau).

Donc deux descriptions produits différentes.

Faire 2 fiches produits différentes sur Amazon pour le même produit.

Avec 2 titres différents.

Dans celui où tu vises les hommes mettre quelque chose comme « idée cadeau pour femmes » ou un truc comme ça dans le titre.

Et une description produit dédiée pour ces messieurs.

Et pour ta propre boutique ?

J’en ferais 2 différentes en fait, de boutiques.

Une avec l’angle cadeau pour les miss, une qui s’adresse directement à elles.

Problème réglé.

Ciblage facilité.

Pas de souci de double avatar.

Et deux boutiques au lieu d’une, sans avoir à faire beaucoup de taf en plus.

C’est pareil si toi, tu vends tes produits à la fois aux professionnels et aux particuliers.

Dans ces cas là ?

Tu ne dois pas t’adresser à tes deux cibles de la même façon.

Parce qu’elles sont très différentes.

Parce que leurs motivations ne sont pas les mêmes.

Et que les mots et arguments que tu veux utiliser pour faire mouche n’ont rien à voir.

Peut-être que toi aussi d’ailleurs, tu pourrais dupliquer ta boutique comme Guilhem pour t’adresser à deux types de clients complètement différents…

On voit bien sûr aussi comment faire ça dans E-Commerce 3.0

Greg

Une leçon de mindset venue de Belgique

Tu vas peut-être avoir envie de me tarter en lisant ce retour que m’a fait Caroline vers la fin du lancement d’E-Commerce 3.0.

Tu vas peut-être penser que, ça y est, le Greg il s’est transformé en gros moralisateur à 2 balles.

(Et tu n’aurais sans doute pas tort, si on ne creusait pas un plus le sujet ensemble ensuite et que je te disais pourquoi je te partage ça…)

 

“Hello Greg, 

Juste pour te faire un témoignage, que quand on veut investir en soi, tout est possible :

Comme je te l’ai dit, je n’avais pas la possibilité de prendre la MMS ce mois-ci suite à quelques soucis.

Au final, j’aurais dû, mais tant pis pour moi, ça m’apprendra. 

Par contre, la formation E-Commerce 3.0 je la voulais absolument, avec tous les bonus. 

Sauf qu’il me restait 10€ sur mon compte en banque.

Je débute, donc forcement, je n ai pas encore de grosses rentrées et je dois me démmerder avec ce que j’ai pour payer mes factures. Mais JE VEUX réussir. 

C est un pacte avec moi-même. Et je savais que cette formation et les bonus m’y aideraient beaucoup. 

Donc mercredi soir, je me suis trituré le cerveau pour te sortir les 200 premiers euros. 

J’ai fait toute ma baraque et ai récolté tout mes jeux et dvd que je n utilisais plus. J’ai vendu mon ancien gsm. 

Et pour mon ipad et ma liseuse, je les ai mis en gage. 

Je touche la semaine prochaine. J’i rai les rechercher. 

Comme quoi, il y a toujours une solution quand on sait que ça en vaut le cout. 

Et ça en vaut le coup. 

D ailleurs, je me suis promise de ne plus jamais louper une seule MMS. Quitte à fumer moins. 

Et comme tu dis, je me suis tellement décarcassée pour me payer cette formation qu’il est hors de question que je ne la suive pas et avec coeur. C est logique et psychologique. 

Alors, tu as tout à fait raison. Surtout que cette formation vaut bien plus. 

Caroline” 

 

Ok, groovons vite fait là-dessus :

Si E-Commerce 3.0 vaut bien plus, comme le dit notre Padawan Belge ?

Ce n’est pas la question.

Et ce n’est pas à moi de le dire.

(Même si en tant que marketeur, c’est mon job de te le prouver.

Mais ça, c’est fait, et ce n’est plus le débat ici)

Si tu dois vendre tout ce qui ne te sert plus pour suivre des formations marketing (que ça soit les miennes, ou d’autres) ?

Moins fumer ?

Ou quoi que ce soit ?

Là encore, ce n’est pas à moi de te le dire.

Chacun fait ce qu’il veut.

(Et encore heureux)

Si je partage ça, c’est pas pour que tu le voies comme un leçon de morale.

Mais de mindset.

Du type d’état d’esprit qu’ont ceux qui finissent forcément par réussir.

Quand je me suis lancé ?

J’étais pile dans le même cas que Caroline.

Oui, moi aussi, j’ai ramé.

La pire année de ma vie ?

A mon retour en France, en 2010.

Après des années à Amsterdam et une année à Prague où je mixais petits boulots, musique et organisation de concerts (c’est comme ça que j’ai fait mes premières armes en marketing), quand je suis rentré, j’avais plus un radis.

(Bon, j’avais bien claqué mon blé aussi…)

Ce que j’ai fait en 2010 ?

4 choses :

– je bouffais des pâtes (et quand je mettais du ketchup dedans c’était la fête, souvent, c’était même sans beurre)

– je voyais mes vrais amis

– je comptais les jours restant avant le prochain versement de mon RSA et de mon allocation logement, en comptant mes pièces jaunes

et…

je me suis formé au marketing.

A mort.

J’y mettais les rares sous qu’il me restait.

Après, j’ai vendu quasiment tout ce que j’avais qui pouvait se vendre pour investir dans d’autres formations.

(J’ai passé plus de temps sur Ebay et à la Poste à expédier mes trucs cette année là qu’au supermarché…)

L’année d’après ?

Je me suis vraiment lancé, et j’ai monté mes premiers sites qui m’ont rapporté plus que 5 euros par mois.

Et ça a décollé tout de suite.

Au point que très vite, des gens m’ont demandé de les aider sur leurs sites.

C’est comme ça que je suis devenu coach.

Et que, quelques années plus tard, j’en suis venu à monter Life Stylers.

Pourquoi je te dis ça ?

Pas pour que tu vendes tout ce que tu as pour t’acheter mes formations.

Non.

Mais pour te dire que tout ça, c’est une question de priorités dans la vie.

On se donne les moyens de réussir, ou on ne se les donne pas.

C’est pas plus compliqué que ça.

Et sur le web comme pour n’importe quelle autre activité, y a que comme ça que ça peut fonctionner.

Aussi, avec le recul ?

J’ai compris que les formations qui m’ont le plus aidé n’étaient pas forcément celles que j’ai appliquées.

En mode plan d’action de A à Z.

Mais celles qui m’ont donné une culture marketing.

Les principes.

Les bons réflexes.

La psychologie.

Exactement comme ce qui nous aide le plus à l’école, ce n’est pas d’apprendre quelque chose de précis.

Mais d’apprendre à réfléchir par nous-mêmes.

Mon conseil ?

Suis un ou deux formateurs (pas plus) dont tu aimes particulièrement le travail.

La personnalité.

La façon d’expliquer les choses.

Et suis toutes leurs formations (ou au moins tout ce que tu peux).

Même sur les thèmes qui ne t’intéressent pas a priori.

(Bizarrement, c’est ce qui aide le plus)

Ecoute-les en boucle.

Jusqu’à t’approprier tout ce qu’ils partagent.

Le résultat ?

Il risque de te surprendre…

Et si à tes yeux, je suis ce formateur, ou l’un d’entre eux ?

Le meilleur moyen d’accéder à toutes mes nouvelles formations, à tarif cassé, c’est derrière ce lien que je te le donne.

Greg