Te former personnellement et te transformer en copywriter pro ?

Une des choses qu’on me demande le plus souvent ?

(hormis du coaching et de rédiger des pages de ventes ou des mailings)

C’est de former un copywriter.

Personnellement.

(Tu es peut-être de ceux qui me l’ont demandé, ou qui m’ont dit que je devais absolument le faire)

De lui enseigner tout ce que j’ai appris depuis des années maintenant en rédigeant des argumentaires de vente et des mailings par milliers.

Et de le transformer en Jedi de la persuasion.

A chaque fois qu’on me demande ça ?

Je suis obligé de botter en touche.

D’être évasif.

De dire, au mieux, que je prépare ça pour plus tard.

Le souci ?

C’est que tu ne formes pas un copywriter comme ça.

Tu peux lui conseiller une tonne d’exercices.

Tu peux lui dire quoi faire pour progresser plus vite.

Tu peux lui montrer comment toi tu fais.

Tu peux lui montrer ce qui va et ce qui ne va pas dans un texte de vente.

Et comment améliorer.

Mais arrive toujours le moment où il faut que la personne se prenne par la main et étudie le copywriting dans son coin.

Et qu’elle craque page de vente après page de vente pour progresser.

En pensant comme son marché.

En se mettant dans sa tête.

Et se mettre dans la tête d’un copywriter…

pour apprendre à le devenir dans sa propre tête à soi…

c’est, tu t’en doutes, pas ce qu’il y a de plus facile…

Tout ce que les meilleurs copywriters au monde conseillent ?

C’est d’étudier les argumentaires de vente qui ont le plus fonctionné de l’histoire.

De les ré écrire à la main.

Suffisamment de fois pour comprendre ce qu’il s’y passe vraiment.

La structure.

Le rythme.

Les émotions sur lesquelles jouer.

Comment accrocher l’attention (et la garder jusqu’à l’achat).

Les objections à casser absolument.

Les choses à mettre, et celles à omettre.

Comment prouver ce qu’on avance, sans mettre un pistolet sur la tempe de son audience et donner l’impression de n’en vouloir qu’à son blé.

Comment enseigner et donner juste ce qu’il faut dans notre pitch pour les convaincre, sans tout dévoiler.

Comment provoquer une curiosité telle qu’il est impossible de ne pas acheter au moins pour découvrir quel est le secret dont on parle à tel ou tel moment.

Et tout ce qui fait qu’un argumentaire de vente est juste irresistible quand on le met en face de nos clients idéaux.

Ensuite ?

Il faut s’y mettre.

Pour ses propres produits.

Pour son audience à soi.

(Ou ceux de nos clients).

Puis…

Progresser à chaque fois qu’on vend quelque chose de nouveau et qu’on fait une nouvelle promo.

Vu comme ça ?

Ca parait être le parcours du combattant.

Bien que ce soit la compétence la plus importante de toutes celles que tu puisses maitriser.

(Je te mets au défi de me trouver quelque chose de plus important pour ton activité que de savoir accrocher l’attention, susciter la curiosité, convaincre et vendre, non ?)

Et c’est pile pour ça que je ne forme pas de copywriter pour le moment.

Ca me demanderait trop de temps.

(Et pareil pour mon éventuel padawan)

Et, du coup, ça serait juste hors de prix.

Je ne vois pas encore comment je pourrais proposer ça pour moins de 50 000 euros.

Et, encore.

La meilleure façon que j’ai trouvé pour enseigner le copywriting et la persuasion ?

C’est de mettre tout ça sur papier.

Mois après mois.

Avec tout ce que j’ai fait qui a le mieux fonctionné.

Et toutes mes notes explicatives.

Comme pourquoi j’ai écrit telle chose comme ça, et pas autrement.

Les questions que je me pose, et ce que je cherche à faire.

A chaque moment d’un lancement, d’un mailing ou d’une page de vente.

De façon à ce que tu t’appropries tout ça et que tu piges la façon de penser.

Et que tu puisses faire pareil à ton tour.

Plus des templates qui ont cartonné sur plusieurs thématiques dont tu peux t’inspirer

(voire carrément copier-coller pour toi)

Pour t’assurer des revenus quasi « sur demande ».

A chaque fois ou presque que tu cliques sur le bouton « envoyer » de ton auto répondeur.

Juste parce que c’est le seul raccourci que je vois pour apprendre le copywriting plus vite qu’en étudiant les légendes du truc.

Qu’en lisant et relisant les meilleurs bouquins jamais écrits sur le sujet.

En prenant des tonnes de notes pour essayer de décoder ce que le mec fait.

Parce qu’un copywriter qui explique de A à Z ce qu’il fait, je n’en connais aucun au monde.

(Et, croies moi, je suis tellement passionné par le sujet que c’est pas faute d’avoir cherché, et de continuer à le faire…).

C’est ce que je fais chaque mois dans la formation papier (aussi expédiée au format PDF) de la Marketing Master School.

Pas pour m’en foutre plein les fouilles.

Sinon je sortirais plutôt comme les autres une petite formation chaque semaine sur les techniques soit disant magiques qui te promettent des résultats de malade d’ici jeudi minuit.

Mais bien parce que c’est ce qui permet le plus facilement d’atteindre des résultats hors normes.

Même si on travaille sur une petite thématique qui ne passionne pas les foules.

Voilà, tu sais tout.

Hormis peut-être que tu peux récupérer les anciens numéros de cette formation au format PDF jusqu’à jeudi à prix fracassé sur cette page.

Greg